Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:Urgent- Le blogueur Mahaydine Babouri libéré grâce à une médiation familiale //Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

La détérioration de la situation au Tchad n’est pas uniquement due, comme N’Djamena le prétend, au débordement de la crise du Darfour et à l’instrumentalisation par Khartoum de chefs de guerre tchadiens. Elle est également l’expression de la crise politique que traverse le régime semi-autoritaire d’Idriss Déby.

La stratégie contre insurrectionnelle utilisée par Khartoum dans la guerre au Darfour, l’implication massive du Tchad, officielle et officieuse, dans ce conflit et l’absence d’espace politique ont abouti dans ce dernier pays à une expression par les armes des divergences politiques. Les liens de plus en plus profonds entre la guerre au Darfour et les affrontements au Tchad soulignent la convergence des deux crises et donc la difficulté croissante de les régler indépendamment l’une de l’autre.


L’arrivée d’Idriss Déby au pouvoir en 1990 augurait de nouveaux espoirs.La politique régionale de la Libye se normalisait et la fin de la guerre froide permettait l’émergence du multipartisme. Mais la culture de parti unique et la volonté de contrôler le champ politique ont eu raison des aspirations populaires exprimées lors de la Conférence nationale souveraine de 1993.