Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

C’est au Tchad et précisément dans les affaires de Deby qu’on observe les imprudences de toute nature. Il demeure maître de ses décisions mais certaines font sursauter. Ahmat Yacoub dans une mission de médiation dans les arrières de Abderaman Moussa. Les tchadiens ne se consolent pas jusque-là, de la désignation des putes à des postes au sommet que voici la meilleure des bêtises fait jour. Ahmat Yacoub chef de mission à la Médiation Nationale. Mais voyons ! De quelle médiation s’agit il ? Ramener les uns et les autres à Ndjamena ? Régler ou instruire sur des litiges entre villageois, éleveurs et agriculteurs ? Oui mais que vient faire cet individu ici… Quand même monsieur le président. Un esseulé du genre Ahmat Yacoub ? Voici ce qu’il disait s’agissant d’un des leaders de l’opposition. « Je préfère être avec Deby que d’être avec Acheikh Ibn Oumar. » ou encore «… c’est moi qui ai fabriqué et détruit Mahamat Nour tout comme je détruirais les autres membres de l’opposition armée… Adouma, Soubiane et consorts…» Il le jurait sur la tombe de son père.

 

Il y a la comme quelque chose qui cloche. Ou bien Yacoub a dupé Deby ou bien le président a une autre mission dans la médiation à travers ce dernier. Dans ce cas, on travaillerait sous une stratégie de réconciliation sélective avec un diktat dangereux.

 

En tout état de cause, l’additif de ce parvenu à la mission de Abderaman Moussa compliquerait davantage la tâche. Le duo Moussa-Yacoub finirait par s’entrechoquer sans l’ombre d’un doute. Le premier est d’un tempérament calme et observateur et le second une brute toute faite. Aucune expérience dans la tache des sages moins encore des rouages de l’état. Un piètre imitateur genre m’as-tu vu. Sa participation dans une entreprise d’hommes de niveau capoterait d’emblée son organisation. Il est de trop dans toutes les réflexions mais sans finesse dans le concret. Pire, ce monsieur est maître dans l’art du plagiat et de l’usurpation des titres. A ne pas abandonner seul dans votre bureau ou avec vos affaires. C’est un imprévisible ami, un gentil moqueur pour ne demeurer qu’un simple plaisantin.  Entre l’arabe qu’il a appris et le français comme langue seconde, il s’est fabriqué une image de journaleux et initié deux autres bricoleurs à Al wihda. Mais très vite s’est rendu compte de son incapacité à gérer une entreprise de presse. Une seule issue pour Yacoub Dabio, c’est de prendre la poudre d’escampette. Il finit dans le bled de qui est l’aveugle et quel est le roi borgne. Attention Yacoub, dans ce pays désormais nous veillons au bon grain et à l’ivraie. C’est d’avance raté !

 

Mahamat Adam Djoumâ