Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La Tunisie est dans l’obligation de se passer de ses meilleurs atouts professionnels dans le domaine du tourisme.

Cette nation des cartes postales jettent ses animatrices de tourisme en prison sans même mesurer la gravité de ses erreurs judiciaires.

La dernière animatrice en date porte le nom de madame Sameh Harakati.

Dans cette Tunisie des plages et des vacances, l’ombre de l’injustice ne cesse de se manifester à grande échelle.

La persécution tunisienne dans le domaine de la justice plane sur tout le monde.

Au point que certains parlent désormais du syndrome “à la Sameh Harakati”.

Dès qu’une personne se trouve être victime d’une grave injustice, les internautes mettent en avant le cas tragique de cette femme.

Nous pensons que par la force des choses, elle est devenue bien malgré elle, l’exemple même d’une parodie de justice.

Le plus dramatique dans ce phénomène médiatique est que la perception de cette comparaison a dépassée les frontières de la Tunisie. 

On se met à observer des cas à la Sameh Harakati dans tout les coins du monde.

La Tunisie a donné vie à un nouveau syndrome, le souci  est que celui-ci porte un visage.

Nous pensons que ce fardeau évocateur sera dur à assumer pour madame Sameh Harakati.

Qui voudrait représenter une telle icône ?


Une machine est en route, elle s’étend de plus en plus en dénonçant chaque jour des nouvelles victimes des divers systèmes juridiques en place à travers les continents.

Se déclarer comme un martyr de l’injustice et s’imposer dans la liste des personnes victimes du syndrome à la Sameh Harakati ne doit certainement pas servir les intérêts de cette dernière.


Il serait alors préférable que cette jeune tunisienne soit rapidement libéré pour ne pas que cette image lui colle à la peau pour tout le restant de son existence.  


La Tunisie doit se charger de maîtriser cette publicité néfaste qui ne sert en aucun cas cette belle nation et cette jeune femme. 


Nous irions plus loin en suggérant à la Tunisie de se débarrasser du syndrome à la Sameh Harakati en ouvant la priorité à l’application immédiate des droits de l’homme et des libertés. 


La libération de cette jeune Sameh devient une priorité dans un monde qui a perdu toute sa sagesse.


Comité de Soutien de Mme Sameh Harakati