Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

L’histoire d’un pays ne se réinvente pas et on ne peut pas fermer les yeux la dessous non plus, c’est un vécu ! La question que Joe pose est pertinente : le point de départ ?

Seulement, d’autres lecteurs ont peut être mal compris son argumentation. A mon avis le point de départ doit être de savoir : quel est le problème ?

Globalement au Tchad, depuis l’indépendance, a-t-on eu de changement à jeu égal au pouvoir? Je ne crois pas et ce n’est pas le fait des nordistes ou de sudiste, soyons simplement objectifs.

Le fait de prendre les armes n’est à mon avis pas une pratique initiée par un nordiste et cela n’est vraiment pas notre problème au pays : même s’il en existe des nordistes et des sudistes, des centriste etc. La reprise des armes et l’accélération de la violence, sont la conséquence d’autres problèmes que l’on a besoin de savoir avant de s’accuser dans tous les sens, partialement.

Parlant de régime actuel, dirigé par monsieur Deby : il y a tout le monde ! Ne me dites pas que c’est par obligation que ce beau monde accompagne Deby dans cette macabre gestion.

Les armes ont crépité au sud bien avant la rébellion de l’Est, c’est encore récent ça! Ces frères dits du sud, ont en effet déposé leurs armes et sont venus vers Deby pour la paix, dites moi ce que ces vaillants compatriotes et les accords qu’ils ont signé sont devenus ?

A un moment, il faut savoir mettre le doigt sur le réel problème et proposer des moyens de pression nécessaires, y faire face au lieu de divaguer dans des analyses infructueuses et souvent insultantes, sans objectivité. Quoi, qui bloque la possibilité d’instaurer la paix au Tchad : les sudistes ou les nordistes, les rebelles ou le système Deby ? Dans tout cela, les Tchadiens croupissent dans une misère sans comparaison et sans distinction régionale.

Si le cahier de charges de la conférence nationale souveraine avait été appliqué correctement, on aurait évité surement la reprise des armes. Je me dis que ces recommandations de la CNS constituent pour le moment, un bon point de départ ?

Eh bien justement : Monsieur Moungar, élu souverainement premier ministre, qu’est il devenu ?

Aujourd’hui, toute l’opposition confondue, toute la société civile, tout tchadien demande plus ou moins une CNS Bis à travers un dialogue inclusif, n’est ce pas !

Ceux qui ont pris les armes ne sont pas bêtes, ni violents par nature ou culture. C’est un moyen, tremplin pour en arriver à ce que tous les Tchadiens souhaitent. A chacun ses armes, pour un jeu égal, qui en fait constitue un élément des réponses attendues par tout Tchadien! Et inspirons-nous de faits pour ne pas confondre vitesse et précipitation! Je ne suis ni du sud, ni du nord, ni du centre, simplement Tchadien.

Bonaventure AMARRE

N’djamena