Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Le régime de Ndjaména a organisé une gigantesque manifestation à la place de l’indépendance pour protester contre ce qu’il appelle « l’agression soudanaise », après les derniers affrontements du mois de mai dernier,  qui ont opposé l’armée gouvernementale aux troupes de l’Union des Forces de la Résistance (UFR).


Pour de nombreux citoyens tchadiens, la valeur, principale inconnue de cette  pseudo-manifestation, reste incontestablement le coût financier mobilisé pour converger comme des troupes de bêtes  vers la place de  l’indépendance des  membres des organisations sociales et des partis politiques proches de la mouvance présidentielle.

 

En effet, selon des sources bien informées, proches de l’opposition, pour en savoir sur cette manifestation, tenez-vous bien ! Elle a coûté pour les contribuables tchadiens la faramineuse somme de huit cent millions de franc cfa ( 800.000 .000 f cfa).


Vous pouvez comprendre donc aisément pourquoi, des hommes politiques comme le Dr Kassiré Coumakoye, autoproclamé, coordonateur de ladite marche, ont pleinement raison de s’affubler en arborant les couleurs du drapeau national, pour duper Idriss Deby et soumettre à lui leur hypocrite allégeance.


Au Tchad, la tradition politique a montré que  lorsque le peuple dit en arabe dialectal : « M.le Président anina maak waa rak qui veut dire en français nous sommes avec toi et derrière toi » : il n’est justement pas  ni avec toi ni derrière toi.


Depuis l’indépendance du Tchad à nos jours, de François Tombalbaye, au général Félix Malloum, à Goukouni Weddeye en passant par Hissein Habré,   tous les régimes qui se sont succedès à la tête du pays, ont appris à leurs dépends à travers cette propension d’hypocrisie politique ambiante de ceux qui prétendent appartenir au  parti au pouvoir.


C’est pourquoi, Idriss Deby doit tirer une leçon de ses prédécesseurs qu’au Tchad, les gens n’ont aucune conviction politique à un système,ils le font par intérêts.


Dans ce pays, nous avons abouti à la conclusion selon laquelle, les rapports humains sont fortement matérialisés au point de transgresser les  valeurs propres d'une société tchadienne de plus en plus en perdition.


Makaila Nguebla