Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak


Inscrit dans son agenda de 2006 à 2011 dans une projection de plan de  développement du pays, dénommé « quinquennat social », le régime militaire du général Idriss Deby au Tchad depuis 1990, tente tant bien que mal de s’investir tardivement dans une politique d’urbanisation massive à travers  certaines réalisations d’infrastructures socio-économiques.

 

Aujourd’hui, à travers la Télé Tchad, outil de propagande médiatique du pouvoir en place, on peut s’apercevoir que le  « bled » est partiellement en chantier au regard des travaux réalisés  ici et là. En soi, tout investissement  dans les grands travaux, n’est une mauvaise chose.

 

En réalité cette option d’Idriss Deby, conseillé par la France, viserait à  effacer dans les esprits de l’opinion publique nationale, le cliché négatif de son régime perçu comme le symbole de répression politique  contre les membres de l’opposition démocratique et significative au Tchad.

 

Force est de constater que sa politique actuelle d’endormir les sensibilités politiques perspicaces et éveillées, n’aboutira pour justifier la paix, la quiétude et  la stabilité politique  dans le pays.

 

Nous pensons donc que Idriss Deby doit impérativement, se rendre compte qu’aucun développement n’est réalisable à l’heure actuelle, tant qu’une portion  même minime soit elle  du territoire national, reste occupée par des groupes armés hostiles à son régime d’où l’urgence à souligner demeure sans nul doute : la tenue d’un dialogue politique inclusif avec l’ensemble des segments de la vie sociopolitique et économique du pays pour une véritable réconciliation nationale qui garantirait  un réel essor à sens symétrique.

 

Si d’un côté lui et ses proches s’accaparent massivement les deniers publics  à l’aide des détournements  illégaux dans le souci d’appauvrir une masse écrasante de nos populations et de maintenir  sur elle une certaine domination économique, cela fait apparaître immédiatement une grave discrimination sociale à dénoncer et condamner sans réserve.

 

C’est pourquoi, nous estimons que son quinquennat social n’est  que de trompe-œil, auquel nul ne peut accorder un crédit.


 

Makaila Nguebla