Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Dakar, samedi 13 juin 2009, place du Souvenir.


Jour merveilleux pour moi où mes frères nous honoraient de leurs réussites universitaires mais surtout jour mémorable pour tous ces jeunes dynamiques, enthousiastes, éveillés et brillants qui se voient ainsi récompenser de leurs années de labeurs et d'ardeurs intellectuelles en recevant le précieux sésame qu'est le diplôme qui couronne la fin de leur formation universitaire. Un jour donc de satisfactions mais aussi de réflexions autour de grandes ambitions professionnelles qui s'annoncent riches et fructueuses.

 

Dans cette foule bruyante, joyeuse et colorée, je me sentais un perdu dans ce brouhaha jovial, tantôt emporté dans mes propres souvenirs d'étudiant, mon regard balayait la grande salle de la cérémonie où nous étions confortablement installés pour plusieurs heures durant.

 

Dehors, le soleil et la brise marine nous gratifiaient d'un temps doux, ce qui contribue incontestablement à rendre encore plus cool ce jour de remise de diplômes aux étudiants méritants.

 

C'est dans cette détente récréative que tu apparaissais tel un ange. Je ne sais par où t'es arrivée, tu as surgi de nulle part. Faufilant entre les rangs, ta démarche angélique et silencieuse contrastait avec ta chevelure rousse, plutôt rebelle. Le chemin s'ouvrait tout seul devant toi, on aurait pensé à une lionne qui arbore fièrement sa crinière. Mais non ! T'es loin d'être une fauve sauvage car ta finesse, ta splendeur, ton élégance, ...ect. faisaient de toi une femme que certains qualifiaient à tort ou à raison de fatale.

 

Mon premier regard se noya dans un océan de douceur. Tes yeux, si grands et si beaux, sont d'une profondeur sans fin où on peut se plonger des heures durant et explorer tout le bonheur du monde. Leur clarté m'a ébloui et il m'a fallu rassembler toutes mes énergies pour reposer un deuxième regard sur le tien, invariablement tendre et doux. Puis un troisième, un quatrième et sans pouvoir m'en empêcher mon regard te cherchait inlassablement dans la salle, dans la cour, partout. En un laps de temps, t'es devenu mon centre d'intérêt. Désolé pour la cérémonie que je ne suivais plus.

 

Une inconnue que je n'ai pas peur d'aimer, sans doute suis-je loin d'ignorer, au fond de moi, de mes pensées qu'elle est celle que je voulais trouver.


Je ne sais pas vraiment comment expliquer, pourquoi, c'est compliqué. Mais je suis sûre qu'aimer et être aimé est la plus belle chose qui peut m'arriver en ce moment.


Je sais que tout cela est très récent, mais je crois en mes sentiments, mon cœur se plaint en ton absence et te revoir serait une délivrance.


Aujourd'hui j'espère encore, vas-tu appeler ou bien alors ? Je vais devoir pleurer sur mon sort pour un signe, un geste, ce clin d'oeil que tu as tendrement déclenché à mon regard insistant, et qui fut pour moi un véritable électrochoc digne de réveiller un cardiaque sur son lit d'hôpital.


A toi chère inconnue, j'attendrais encore et toujours ton appel.

 

Abderahmane Ahmat

abderah2005@yahoo.fr