Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak


Les conflits armés qui sévissent dans certains pays de la sous région résultent le plus souvent de la mal gouvernance, selon Gourbal Djiddi Nakour, président fondateur du Parti d’Action Républicain (PAR), une formation de l’opposition politique tchadienne, qui dispose d’une aile armée (les Forces armées républicaines) basée dans le lit du Lac Tchad.

De passage à Niamey, Nakour s’est entretenu avec nous sur la situation socio-politique qui prévaut dans son pays, le Tchad, engagé depuis quelque temps dans un processus de réconciliation nationale, après une série d’assauts de mouvements rebelles qui a failli emporter le régime de Idrissa Déby Itno.

Dans l’espoir de trouver une solution durable à ce conflit, des tables rondes, regroupant toutes les forces socio-politiques tchadiennes, ont été organisés à Tripoli, au Gabon, à Cotonou pour poser les jalons de la réconciliation et d’une stabilité durable au Tchad.

Mais la situation reste toujours critique, en dépit de l’arrêt des hostilités sur le terrain et des négociations engagées entre les mouvements rebelles et le gouvernement tchadien, sous les auspices de certains pays africains et partenaires occidentaux, estime Nakour.

Pour lui, à travers ces tables rondes initiées ici et là, «le régime Deby cherche juste à gagner du temps» ; «ce qui l’in-téresse, c’est le ralliement pur et simple des opposants et non une réconciliation nationale dans le cadre d’un pluralisme politique, avec un gouvernement d’union nationale qui va fédérer tous les fils du pays».

Le président du parti d’action républicain estime que «le peuple tchadien a assez souffert de Deby». «Depuis 17 ans qu’il est au pouvoir, Deby n’est pas parvenu à résoudre les problèmes sociaux, économiques, politiques. Malgré tout, on constate qu’il s’accroche au pouvoir», fustige Nakour, qui considère que la persistance de la rébellion au Tchad et liée à cette situation.

«Nous avons connu la guerre pendant 47 ans ; moi je suis né dans la guerre. La solution au problème tchadien ne peut provenir que des Tchadiens eux-mêmes. Et les Tchadiens le savent, le veulent et le peuvent », indique-t-il, demandant aux partenaires d’arrêter de soutenir un régime qui persécute son propre peuple.

Sur la politique de la main tendue à certains opposants politiques en exil initiée par le président tchadien, Nakour trouve là aussi à dire que cette démar-che n’a rien de rassurant. «La nomination de Mahamat Nour, si c’est de lui que vous parlez, au poste de ministre de la défense ne rassure pas. Il y a aujourd’hui deux forces en présence sur le terrain et cette situation n’est pas pour rassurer les populations».

O. Issa

Source: http://www.republicain-niger.com/Index.asp?affiche=News_Display.asp&articleid=4116&rub=International