Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Les grands évènements et les enjeux de la semaine du 1-7 juin 2009!

Convertir en PDF

Version imprimable

Suggérer par mail

Ecrit par Dr Djimé Adoum, tchadnews.info   

La semaine qui a pris fin le dimanche 7 juin 2009 sera sans doute inscrite dans les annales de l’histoire comme l’une des plus significatives.  Nous allons parcourir de manière sommaire les grands événements qui l’ont marqué et qui ont retenu notre attention.

Afrique : Controverse autour du décès du Président Omar Bongo Ondimba.  Selon des sources proches de l’Elysée citées par RFI, le Président gabonais El Hadj Omar Bongo  Ondimba  (OBO) s’est éteint le dimanche 7 juin 2009.  Ceux qui ont essayé de joindre le Premier ministre gabonais Jean Eyeghe Ndong pour vérifier l’information étaient surpris d’entendre que ce dernier n’était au courant de rien.   Comédie de mauvais gout ou secret d’état ?  De toutes les façons ce n’est que le lundi 8 juin que le décès du Président OBO est rendu officiel. 

 

Rappelons que feu Président OBO a gouverné le Gabon  pendant pratiquement 41 ans (1967 à 2009).   A en croire beaucoup d’observateurs, sa mort risquerait de créer un schisme entre ses enfants (Pascaline Bongo Ondimba, directrice de cabinet et Ali ben Bongo, ministre de la Défense) et le reste de la classe politique gabonaise.   Le Doyen de la politique africaine laisse derrière lui une zone de contradictions et de turbulences sociopolitiques.   Il reste à vérifier si les gabonais s’en tiendront à la constitution jusqu’aux élections sensées avoir lieu 45 jours après le décès du Président OBO ?  Comment joueront ses pairs de l’Afrique centrale ?  Paix à son âme !

 

Moyen Orient : Le rais américain Barack Obama s’est rendu  en Arabie Saoudite et en Egypte ou il a livré un discours très fort le jeudi 4 juin 2009.  Dans son discours sans complaisance, le Président Obama a relevé 6 repères essentiels (voir discours en vidéo).   Il rétablit les relations entre les Etats-Unis et l’Islam, martèle sur le droit de l’homme et celui des minorités parmi tant d’autres priorités.  Il a demandé aux israéliens et palestiniens de finir  avec les tergiversations et œuvrer  pour la création d’un état palestinien.  C’est irréversible a-t’il voulu faire comprendre !

 

Nous savons que cette région est gouvernée par des monarchies et présidences à vie.  Tout en sachant  que son hôte fait partie des inamovibles, le rais américain n’a pas dit un seul mot.  Nous estimons que le choix n’est pas fortuit.  Vu que M. Obama s’attaque au nœud gordien qui mine le Moyen Orient depuis très longtemps (le problème israélo-palestinien), il a peut-être jugé utile de ne pas réveiller les démons de la longévité.  Il est plausible et compte tenu du problème très délicat des palestiniens, les doléances des peuples gouvernés par les monarchies et les présidences à vie soient légèrement décalées pour quelque temps.  Nous espérons que 3 à 5 ans suffiraient largement pour ce noble but.   Bon courage !

 

Les libanais sont allés aux urnes.  Les résultats préliminaires soutiennent la victoire de la Coalition du 14 mars dans laquelle se trouve Saad Al-Hariri, candidat potentiel au poste de premier ministre, poste  qu’occupait son père feu Rafiq al Hariri, assassiné le 14 février 2005.  Cette coalition bénéficie du soutien incontesté des américains, des saoudiens et des égyptiens.  Elle a remporté 71 sièges sur les 128 sièges que compte le parlement libanais.   La Coalition 8 qui comprend le Hezbollah de M. Hassan Nasrallah et soutenue par la Syrie et l’Iran a remporté 57 sièges.  Le chef du Hezbollah a reconnu sa défaite.

 Espérons que les parrains pèseront de tout leur poids pour aider les libanais à retrouver la paix issue des urnes.  La nouvelle ouverture et le charme diplomatiques du Président Barack Obama envers la Syrie et l’Iran seront d’une grande utilité dans le rapprochement  des deux camps politiques libanais.