Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

L’année dernière, notre frère Brahimi Mahamat Abdelkerim, parlant de la rébellion, a fait cette déclaration qui a suscité beaucoup de réactions : « Nous échouons parce que nous menons une politique d'exclusion ».  Aujourd’hui, les faits lui donnent raison. Oui, l’opposition armée échoue parce qu’elle n’inclut pas tous les fils de sa lutte et ce, pour diverses raisons : orgueil, fierté, politique d’exclusion (justement), aveuglement (aussi?), têtes dures, égoïsme,…

Il faut avouer que nous détestons la vérité. Je ne comprends pas pourquoi est-ce que nous manifestons cette résistance à la parole vraie. Est-ce que c’est à cause des personnes qui disent cette vérité ? Je n’en sais rien mais au vu de tout ce qui se passe aujourd’hui, nous détestons la vérité parce que de tout ce qui dit aujourd’hui et qui est reconnu tardivement c’est-à-dire aujourd’hui seulement, il n’ya absolument rien de nouveau.  

Il ne faut pas penser exclusion ou mise à l’écart mais il faut penser inclusion, unité, rassemblement, famille, amitié, fraternité, solidarité, etc.

Je vous ai dit que plus haut que nous n’aimons pas la vérité pour diverses raisons. Quand on fait une affirmation, il faut pouvoir la justifier ou l’expliquer pour qu’on sache le pourquoi et c’est ce que je m’en vais vous le faire : De tous les sites et blogs Internet tchadiens, seul le site www.librafrique.com a ouvertement pris très tôt position contre les pratiques et les illusions des actuels politico-militaires et leurs chefs. Nous trouvons en tête cette contre-opposition le directeur de publication du site M. Joe Al Kongarena. Ce que nous ne disons pas et nous ne remarquons pas, c’est que nous sommes en train de donner raison à cette contre-opposition  sur tous les plans. Mes frères, l’intelligence et la sagesse voudraient que même Idriss Deby Itno que nous combattons, s’il critique nos faiblesses et nos erreurs, nous devons écouter pour tirer ce qui est nécessaire à notre lutte. Malheureusement, nous confondons tout dans la rébellion : nous confondons vérité et adversaire, critique utile et opinion piégeuse d’adversaire, compétence et incompétence,…Nous ne savons rien exploiter de tout ce qui se dit sur la rébellion, en bien ou en mal. Et avec nos seules idées, nous ne parvenons à rien. Nous avons exclu les sudistes de cette rébellion actuelle. C’est une erreur car nous avons oublié  que Deby a associé les sudistes pour renverser Habré.

Ce n’est pas Deby le grand danger mais c’est notre politique d’exclusion qui tuera notre lutte si nous refusons de changer la façon actuelle de mener l’opposition politico-militaire.

Il faut impérativement transformer cette situation d’échec répété en une politique de succès et de situation de réussite. Il faut :

  • Tout recommencer à zéro et redéfinir une politique inclusive qui donne aussi aux sudistes une place honorable et un rôle important à jouer au sein même de la tête exécutive de la rébellion; c’est seulement à cet élément que le mot national a son plein sens. Sinon, nous allons nous mentir à nous-mêmes.
  • Choisir un leader plus compétent et réfléchi qui peut comprendre les enjeux politiques et diplomatiques en même tant que les stratégies militaires sur le terrain car seul la combinaison de ces 3 éléments pourrait produire un résultat de succès;
  •  Offrir au peuple un choix sérieux plutôt que proposer Idriss Deby ou son propre ombre;
  • Savoir et apprendre à filtrer les critiques utiles venant des partisans de la rébellion ou même des adversaires de la rebellion;
  • Agir rapidement parce que tardivement, le temps joue contre nous;
  • S’unir! l’unité, cet élément est capital sinon oublions simplement la lutte et déclarons-nous aventuriers;
  • Prendre contact tout le monde pour développer une communication plus efficace et intelligente parce que je vois que nous tournons en rond et nous ne sommes pas en mesure de défendre nos idées et convictions. Nous avons des gars qui ont des talents et la compétence de communiquer mais la rébellion ne les laisse pas s’exprimer et ne les utilise pas assez ou qu’elle ne les utilise pas à la place qu’il faut et de la manière la plus utile et efficace. Nous devons aussi initier des contacts, sensibiliser et rallier d’autres personnes qui nous seront très utile. Il ya des personnes qui ne sont pas dans la rébellion mais dont le savoir-faire, la persuasion, la capacité à construire et défendre une cause ou à la déconstruire sont incontestables et seront très utiles à la résistance nationale. Ils peuvent vraiment aider à justifier notre lutte car depuis 3 ans, nous ne parvenons pas à convaincre et nous nous contentons à tourner en rond dans nos arguments que les autres en font une bouchée. Avec tout ce monde, nous éviterons beaucoup de tergiversations.

Mes propositions de solution se basent sur l’humilité, l’ouverture d’esprit et de vision d’une politique inclusive sur la base des leçons tirées de nos multiples échecs et erreurs passées. Nous pouvons refuser par orgueil ou fierté mais il faut à un moment produire un résultat pour justifier son orgueil et sa fierté. Nous n’avons aucun résultat ni justification. Alors c’est un non-sens de s’entêter inutilement. Seule une nouvelle et grande famille pourrait produire un résultat. Ce n’est pas une faiblesse mais plutôt une expression d’une grande force si nous nous ouvrons aux autres dans notre lutte pour le changement. Une telle ouverture politique a le bénéfice d’enlever à nos ennemis tous les arguments de régionalisme, d’ethnisme, de tribalisme,…Alors mes frères,  Ouverture ! Ouverture ! Ouverture! Qui dit mieux ?


Adoum Hassan Issa


la_voix_du_citoyen@yahoo.fr