Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Non M. Galmai, ce n’est que le début !  Par Dr Djimé Adoum, tchadnews.info  (Ce nous, c'est moi, Djimé Adoum et il me convient de l'utiliser au lieu du "je")

 

Ces lignes que nous écrivons jettent la base d'un long débat.  Nous commencons d'abord par une petite remarque à l’endroit de M. Cheikh Tidjane Galmai, administrateur du site www.tchachadi.com.  Dans son éditorial du lundi 1er juin 2009,  M. Cheikh Tidjane Galmai titre son éditorial « C’est la fin du monde ! » Pour soutenir ce titre, il rapporte que « Selon certaines révélations, Docteur Adoum Dijmé ne serait  l’auteur d'aucun des ces articles qu'il signe. Pour faire ce travail, semble-t-il, M. Adoum a une armée des secretaires à sa disposition. » 
 
Nous vous épargnons les détails et en cas de besoin nous invitons les lecteurs à visiter son site. 
Nous signalons en passant que nous écrivons et parlons parfaitement en Français, en Anglais, en mauvais Espagnol mais vachement compréhensible.  Nous sommes auteurs de nos articles, ne possédons pas de Benz et sommes effectivement Arabe et venant de Karal.  Nous avons bel et bien obtenu nos diplômes (Licencié es science et Ingenieur Agronome, Masters en production et physiologie végétale, et un Ph.D. en Agro et Agro vulgarisation, tout cela à l’Université du Maryland, College Park, Maryland, 20742.  Aussi, nous aimerions informer nos aimables lecteurs et pour autant que nous sachions, nous ne sommes pas les seuls à avoir épousé en dehors de la terre des Sao.  En moins que M. Galmai veuille nous apprendre quelque chose de nouveau, le Tchad est fait des enfants de divers horizons.  Les exemples abondent et nul besoin d’aller dans les détails.
 
Nous n’avons nullement l’intention de polémiquer à ce niveau et les résultats de M. Galmai nous seront d'une grande utilité.  Nous avons des secrétaires au bureau mais celles-là ne parlent pas du tout Francais.  Il nous sera un réel plaisir de les montrer à M. Galmai lors de sa prochaine visite à Washington.  Nous pensons que le problème est ailleurs et pour mieux le comprendre, nous allons le mettre dans son grand contexte tribalo-ethnique et le lier aux abimes dans lesquelles se trouvent le Tchad.
 
A titre de rappel, le Tchad n’a pas trouvé son souffle d’état organisé, libre et démocratique depuis son indépendance.  Ceux qui se sont succédé à la tête du pays l’ont traité comme vache à lait et l’ont exploité hors normes.  Comme il faut dire les choses comme il se le doit, les méridionaux (Tombalbaye et Malloum) ont gouverné de l’indépendance à 1979 et les septentrionaux ont pris la relève depuis lors en commençant par les Président Goukouni, Hissein Habré et Idriss Deby Itno.  Ils ont tous accédé à la tête de l’état par un coup de force.  Ces derniers sont tous originaires de la région du Borkou-Ennedi-Tibesti (BET).  Sans beaucoup s’attarder sur les détails, ce sont donc les fils d’une même région qui ont pris le reste du pays en otage.  Cette alternance des fils du BET à la tête du Tchad dure pratiquement 30 ans.
 
Nous rappelons à M. Galmai que la fin du monde n’a pas encore commencé.  Essayons de conserver notre acquis de Toumai et sa signification pour le Tchad et l’humanité.  Non M. Galmai, ce n’est que le début.  Nous allons voir ensemble ce que les fils du Nord ont fait pendant les 30 dernières années, un temps largement suffisant pour tirer des conclusions assez significatives quand à la véracité des observations selon lesquelles le Tchad est perçu comme le pays le plus corrompu de la planète et est aussi classé parmi les 5 pays les plus pauvres.
 
Nous nous sommes déjà confronté à ce type de comportement quand nous évoquions le concept de « binome gorano-zaghawa ».  Le concept était une manière très simple de dire à ceux qui tiraient sur le Général Nouri et M. Erdimi de faire preuve de bon sens.  A notre humble opinion, il y avait bien d’autres maquisards et ce n’était pas juste de doigter les deux.  Nous n’étions pas compris et cela a occasionné la sortie maladroite de M.Hallanga Abba cowboy (couché dans l’obscurité).  Selon les écrits de M. Hallanga Abba cowboy sur zoomtchad, nous avons voulu « barrer la route » du pouvoir aux Goranes et aux Zaghawas et nous a traités de tous les noms d’oiseaux.  Il a oublié de remarquer que les Goranes et les Zaghawas s’alternent au pouvoir depuis 30 ans.  En d’autres termes, les autres tribus n’ont aucun droit de devenir président au Tchad.  Il n’est pas revenu nous informer sur les raisons qui ont empêché le Gorane Nouri et le Zaghawa Erdimi de s’entendre sur le partage du gâteau à Ndjamena. 
 
Pour que nous puissions accomplir ce travail, nous essayerons de comprendre le rôle qu’ont joué les différentes tribus au Tchad et les hommes (toute tribu confondue) qui occupent le terrain  politique et militaire depuis lors.   Les tous derniers événements seront certainement pris en considération pour nous éclairer davantage.  Nous le répétons à qui ou a qui ne voulait l’entendre que la guerre ne resoud aucun problème.    Les Goranes et les Zaghawas ont trouvé une manière maligne de jeter les autres dans l’enfer.  A bon entendeur salut !