Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Après avoir échoué dans leur tentative d'atteindre N'Djamena, les rebelles se replient vers le Soudan. Mais Khartoum ne veut plus servir de base arrière.

 


L’objectif N’Djaména ne sera pas atteint. Pour chasser Idriss Déby du pouvoir, les rebelles devront encore attendre. Lancée à partir du Soudan, l’attaque déclenchée le 4 mai dernier par une alliance de mouvements « politico-militaires » baptisée Union des forces de Résistance (UFR) prend des allures de défaite cuisante. Les troupes de l’armée tchadienne, appuyées par trois avions de chasse Sukhoi de fabrication Russe et des hélicoptères, ont stoppé la progression des insurgés, qui se dirigeaient vers la capitale. Selon des sources fiables dans la capitale tchadienne, les colonnes dirigées par Timan Erdimi n’ont pas résisté à la contre-offensive des forces gouvernementales. Selon le bilan officiel livré par les autorités, les troupes rebelles auraient perdu 225 hommes tandis que 212 autres auraient été faits prisonniers. Pour autant, l’Etat major des assaillants ne s’avoue pas vaincu. « Nous ne sommes pas battus. Nous sommes dans le sud-est du Tchad, à une quarantaine de kilomètres de la frontière soudanaise. Ce n'est pas fini. Nous avons eu des pertes la semaine dernière mais nos forces sont intactes ou presque » déclare le porte-parole de l’UFR.

Reste que les fameux pick-up transportant les troupes rebelles, renonçant à poursuivre leur route vers N’Djaména, auraient donc tenté de se replier vers leur base arrière soudanaise. Mais  des informations laissent entendre que Khartoum aurait opéré un brusque revirement de politique étrangère, décidant de refouler ses encombrants alliés à la frontière. La situation des rebelles dispersés au sud-est du Tchad est donc confuse pour l’instant. Pour sa part, N’Djaména ne relâche pas la pression. Idriss Déby a ordonné à son armée de « poursuivre le ratissage et de traquer ceux qui errent dans la nature ».

Par : Georges Dougueli -