Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Dakar, le 19 Mai 2009

 

Le Secrétaire Général

DU BLOC POUR LE RENFORCEMENT

DE LA DEMOCRATIE AU SENEGAL

 

Objet : Plainte contre Monsieur Nicolas Sarkozy De Nagy Bocsa, citoyen Français.

 

Monsieur le Procureur,

Par son discours à Dakar, Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa a ostensiblement bafoué les règles de l’hospitalité africaine. Il a voulu se faire remarquer par l’Afrique comme étant un ami diseur de vérités. Il n’a fait que raviver l’humiliation de la présence coloniale passée et notre manque de souveraineté actuelle. L’homme qui ouvre les salles d’audience en Afrique le dimanche, a voulu montrer au monde qu’au Sénégal, il lui était possible de tout dire et de tout faire comme ses ancêtres l’ont fait.

C’est en cela que sa transgression des règles élémentaires de bonne conduite est une insulte à l’Afrique toute entière. Un langage injuste, des mots erronés, une analyse tronquée, des conclusions fausses, un ton ironique, un air docte, une humiliation constante tout le long de son discours. Son injure a rouvert les plaies, a blessé et a choqué dans cet auditorium où la réplique n’était pas permise.

A Dakar, ce français a magnifié la colonisation et a fait de l’Afrique une oubliée de l’histoire. Il a signé et a persisté et c’est pour cela qu’au nom  « des Arabes d'Algérie, et des nègres d'Afrique », je porte plainte contre Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa  citoyen français, pour manque de respect, insulte raciste, xénophobe, ségrégationniste envers l’Afrique et l’homme noir, et pour attaque contre mon identité mes sentiments et mes valeurs.

Les preuves de l’insulte sont dans son discours : Allocution de M. Nicolas SARKOZY, Président de la République, prononcée à l'Université de Dakar, le 26 juillet 2007.

Dans l’espoir d’une suite favorable, veuillez agréer Monsieur le Procureur, l’expression de ma plus haute considération.

 

 

A Monsieur le Procureur                   El Hadj Hamidou DIALLO

De la République Du Sénégal,