Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak



J’espère partager avec toi le profond désir de voir que le Tchad progresse et aille sur des sentiers plus lumineux, et on peut éviter des vaines polémiques pour aller à l’essentiel car le travail qu’il faut pour notre pays est immense. Je m’en explique !

Cher Radjil, et cher compatriote si tu le permets.

Je voudrais simplement te répondre dans les grandes lignes de ton analyse. Ce qui est déjà bien, c’est que tu essaies d’avoir un sens critique par rapport au débat qui se passe et c’est bien ! Pour autant, cela ne te donne pas le droit de faire toutes les affirmations.

Tu dis : ….Mais bon, voyons un peu comment  Masra a servi  France24 et RFI dans leur stratégie de contrôle de notre opinion en visant notamment les jeunes du Tchad dont le ngone est présenté comme l’un des mieux épanouis sur le plan académique et intellectuel  (étudiant science po paris, auteur d’un livre non vérifié et au titre stratégique et provocateur de « Tchad : Eloge des lumières obscures »). A notre avis, Masra est une construction politicomédiatique de ces caméras et micros gaulois pour concurrencer les sites tchadiens, désormais autonomes et importants, et qui appellent au « sursaut national », « mobilisation générale »...

Ma réponse : Je ne suis pas une construction politicomédiatique de RFI ou France 24 et je laisse les internautes en juger en suivant mes interventions sur RFI (Invité Afrique du 08 mai 2009 et appel sur l’actualité du 10 mai 2009) et France 24 (http://observers.france24.com/en/content/20090511-tchad-une-terre-brulee-chefs-guerre-partagent)

Je n’ai pas souvenir que  ces médias m’aient présenté come le « mieux épanoui sur le plan académique et intellectuel », en disant simplement que je finissais mes études à Sciences Po et mon Doctorat à la Sorbonne. Et je ne me ferai pas autant d’éloge que ce que tu dis… Si tu souhaites vérifier mon livre publié aux éditions l’Harmattan  en voici un lien : (http://www.wikio.fr/livres/tchad-eloge-des-lumiere-obscures-du-sacre-des-cancres-a-la-dynastie-des-pillards-psychopathes-9782296078338-857782,b.html)

Veux-tu une explication de l’oxymore qu’on a utilisé comme titre en opposant Lumières à Obscurités, tu peux lire une de mes interview reprises dans un site tchadien cette fois : http://www.tchadoscopie.com/article-28720532.html ; je te donne quelques indices, c’est que si  tu prends un peu de recul, dans « Lumières Obscures » que tu qualifies de provocateur, il y a « Lumières »…mais c’est une lumière conditionnée…

Tu peux avoir cet essai à Ndjaména à la librairie La Source ; sinon mon adresse électronique c’est : assucces@yahoo.fr au cas où tu souhaites que je t’en envoie un exemplaire. Ce sera sans doute intéressant que tu lises avant de faire des affirmations…. L’appel pour ce sursaut national, c’est le fond de mes dernières interventions et surtout de mon analyse dans l’essai : Tchad, Eloge des Lumières Obscures ; cela m’a paru si important que je le dis en introduction de cet essai, qu’il est facile d’identifier les détracteurs, mais il est plus important de dire en quoi, par nos attitudes (complaisance, refus d’engagement…) nous sommes pour  quelque chose dans notre situation.  Car en réalité, il n’y a de pouvoir politique que parce qu’il ya un peuple. Et seule la conscience d’une telle réalité par les Tchadiens que nous sommes,  fera que notre pays ne ressemble plus pas à une gigantesque ferme où un métayer trait dans la torture des vaches à lait. Cet essai aboutit à un appel aux sources d’énergie que peuvent constituer les femmes, la jeunesse, la diaspora et bien sûr tous ceux qui veulent bien aider à  construire une histoire du Tchad autre que celle actuellement connue. Il s’est agi pour nous (puisque j’ai coécrit ce livre avec Béral Mbaïkoubou) de plaider pour une révolution dans nos états d’esprit pouvant prendre corps dans des actions et engagements amenant autre chose à notre pays. Par contre cher Radjil, je ne suis pas sûr que nous parlions de la même mobilisation sur des bases similaires. On en reparlera si tu souhaites !

Tu dis : ….Ma réponse à Masra va s’exprimer à travers ces questions : comment se mettre dans une position de jeune et intellectuel tchadien et occulter que c’est le néocolonialisme qui vous tend les micros et caméras qui soit à l’origine des geurres au Tchad ? Comment le ngone n’a pas pu dire cela alors qu’il a eu le courage de qualifier son beau pays de « terre brulée » et ses siens du titre pejoratif de seigneurs de geurre ? Comment un étudiant de science politiques qui noramalement sait déconstruire des réalités politiques, puissent occulter que tous les problèmes proviennent d’une bande de dirigeants managés et soutenus par les mêmes gaulois qui tendent les micros et pour leurs intérêts sordides ?

Ma réponse : je n’occulte et je n’ai l’intention d’occulter quelque  élan néocolonialiste qui soit, même si je ne tombe pas dans le simplisme de dire que le néocolonialisme est seule source  de ce mal ambiant. Pour le reste,  est-ce occulter le néocolonialisme que d’exprimer sur ces médias mon désaccord avec le fait que la France soutienne unilatéralement un camp, à savoir celui du régime de N’Djamena au nom de la légalité ? J’ai appelé lundi sur RFI (appel sur l’actualité), la France à reconnaître qu’il existe aujourd’hui une réelle  crise de légitimité du régime de N’Djamena et ainsi donc de plaider pour mettre tout cela sur les tables et d’être impartiale. Je précise qu’en disant cela, je ne perds pas de vue à qui on a affaire dans tel ou tel autre mouvement armé. J’espère que c’est ton cas. J’aurai aussi aimé te faire plaisir en évitant un descriptif que tu qualifies de péjoratif « terre brûlée » ou « seigneurs de guerre ». Mais la réalité des choses est là et en la présentant ainsi, ce n’est pas pour dire que je suis fier de cette réalité qui est nôtre depuis tant d’années. Quand nous n’aurons plus des seigneurs de guerre, quand la terre ne brûlera plus et que notre Bleu Jaune Rouge flottera au rang des nations qui auront véritablement brillé par leur stabilité, leur mérite ; je l’appel de mes profonds vœux et sois sûr j’y insisterai ! Et c’est à nous tous de chercher cette autre Tchad qui ne tombera pas du ciel, nous le chercherons,  pas en maquillant  notre histoire sociopolitique couronnée des 50 ans de guerre.

Tu dis : …Et cela au moment même où tous les noyaux élitaires et politiques sont pris en ôtage au risque, pour celui qui proteste, de connaître le sort du grand citoyen Ibni Oumar ?...

Ma réponse : sur le sort réservé à IBNI, ceux qui me connaissent n’ignorent pas mon point de vue sur cette tragique situation. Je ne suis pas en train de dire ici que j’approuve toute la politique que menait IBNI OUMAR, mais qu’une telle situation se soit passée, n’est que tragique pour notre histoire sociopolitique. Au-delà des manifestations que j’ai co-organisées ici à Paris pour exiger la lumière sur son sort, des conférences organisées pour cela, je te fais découvrir quelques lignes de mon livre sur cela ; page 136 « …Toujours est-il que la tentative de prise de pouvoir manquée des rebelles est  assortie de la tragique disparition… et la mort aujourd’hui certaine  du Docteur Ibni Oumar Mahamat Saleh ; une disparition derrière laquelle, il n’était pourtant  point besoin de commissions d’enquête, ni de Maître Djaïbé ALLAHISSEM, ni de la communauté internationale pour identifier la main vampirique du pouvoir d’Idriss DEBY qui, dès les premières heures,  qualifiait cette tragique situation de « détail », détail par rapport à son maintien au pouvoir ! Pour ce Seigneur de guerre Deby, démocratie et liberté sont des mots frivoles ; que le sang coule à flot, qu’il coule des enfants ou  des femmes, des adversaires politiques,  des militants des droits de l’Homme ou des hommes de presse,  peu importe ! Ce sang des Tchadiens lui permettra  d’étancher sa soif de pouvoir et d’abreuver ses sordides passions ! Et alors, Messieurs Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner, la vérité que vous vouliez exiger d’Idriss Deby, la voilà !

Tu dis : Cher Masra, les jeunes du Tchad attendent de leurs frères qui sont épanouis intellectuellement d’éclaircissements indépendants et crédibles sur ce qui se passe. ……….. Hay Masra, tu aurais du expliquer à notre jeunesse les manœuvres à l’ONU…

Ma réponse : Je pense que tu as une esquisse de réponse déjà ici dans Tchad, Eloge des Lumières Obscures ; « …Il n’est pas rare d’entendre les autorités françaises justifier, encore aujourd’hui,  leur soutien au régime de DEBY par le « caractère légal » de celui-ci, feignant d’oublier que la légalité peut se décréter, contrairement à la légitimité. Car, qui ignore aujourd’hui que même sous les régimes Fascistes  et Nazi, il existait  une batterie de « choses légales » qui sont des aberrations et dont l’humanité se souvient  aujourd’hui comme de la Nuit Cristal, héritage « passif » des années Hitler.

Tu dis :… Lakine, une chose est sûre : le Tchad est un pays béni et cela intérresse sa jeunesse aujourd’hui. Qu’elle soit au Tchad ou ailleurs, cette jeunnesse cherche à démentir ceux qui doutent de notre peuple. Ce pays a des ressources philosophiques et civilisationnelles encore valorisables pour son peuple et le monde entier. Et quand on scrute les milieux politiques de l’opposition, les courants et engagements se construisent souvent à travers un retour vers les lumières tchadiennes. ………:….. Et notre jeunnesse qui est au centre de tout ce qui se passe n’a pas besoin de ces petits discours. Notre jeunesse a besoin de comprendre sur quoi se base ce système au final appatride et donc mafieux. Mais monter dans les généralités simplistes comme aimeraient à le faire les dirigeants français pour nous qualifier tantôt « d’Etat  néant » (Chirac et consort), tantôt d’ « affamé » (ONG) ne rend ni intélligent les jeunes qu’on veut mobilisés et ni même honneur à notre peuple qui, même sous cette dictature appatride et clainque vit sur une terre bénie et dans la dignité…

Ma réponse : Tu ne devrais même pas te plaindre car je dis sur le fond ce que tu reprends ici, dans mon intervention sur France 24 qui te dérange. Voici ce que j’ai dit : Je voudrais surtout m'adresser aux jeunes Tchadiens ; à vous qui êtes au Tchad et qui avez cette odeur nauséabonde dans le nez, lorsque vous n'êtes pas de part et d'autre utilisés comme chair à canon. Je voudrais m'adresser aussi aux jeunes Tchadiens qui sont un peu partout dans le monde, ici, en Europe, au Moyen orient, Aux Etats-Unis, au Canada, en Asie et en Afrique pour diverses raisons, notamment pour les études. Nous devrions nous convaincre qu'il nous appartient de construire un avenir différent pour notre pays. Je sais que nous sommes de plus en plus nombreux à partager cette volonté de paix. Nous ne devons pas ignorer le fait que la Liberté ne sera pas un cadeau de papa noël ou un geste de générosité d'un marabout à la sortie de la mosquée un vendredi. Nous ne saurions donc continuer à rester en marge, et regarder notre destin traîné dans la boue comme cela, encore longtemps.

Il nous faudra de l'audace, du courage et de l'endurance. De l'audace, il nous faudra, pour rompre avec les erreurs et hypocrisies du passé. Du courage, il nous faudra pour rompre avec les peurs qui nous emprisonnent et nous empêchent de plaider pour une autre image du Tchad. De l'endurance aussi, il nous faudra, parce que ce sera un grand pèlerinage sur les sentiers toujours difficiles de l'engagement.

Tu dis : … Evolution d’autant plus palpable et importante qu’elle constitue le rémede aux dynamiques décandentes dans lesquelles le Tchad est plongé depuis 19 ans et par des bandes appatrides et sans véritables liens affectifs avec le pays.  D’ailleurs, l’analyse de cette transition sera l‘objet de mon prochain livre qui paraitra aux éditions du Mbé...

Ma réponse : en attendant la sortie de tes deux livres que tu annonces aux éditions du Mbé, tu  pourrais nous dire ce que tu qualifies de « retour des lumières pour le Tchad ». Tu sembles implicitement dans tes analyses être perturbé par le  fait que j’ai parlé du Tchad comme une terre brûlée que se partagent des chefs de guerre pendant tant d’années. Je voudrais bien m’attarder sur les 19 dernières années avec DEBY comme toi, mais n’oublie pas que  ce n’est que la situation la plus actuelle ( donc qui saute au mieux  à tes yeux peut être) d’une longue histoire couronnée de 50 ans de guerre et d’instabilités permanentes née des hypocrisies et bavures politiques des uns et des autres, depuis le premier régime de François Tombalbaye et Félix Malloum d’ailleurs.  Je n’invente pas l’histoire en disant ainsi les choses et je le dis sans esprit de dédain pour le Tchad que j’aime profondément. Je le dis sans désir de construire mon avenir sur la tombe de ceux qui ont gouverné ou qui gouvernent encore notre pays et avec  la foi dans le fait qu’ils peuvent changer (du moins pour tous  les acteurs encore vivant : du pouvoir aux rebelles, de l’opposition politique à la société civile,…). Et quand je parle des chefs de guerre, ne pense pas seulement au rebellions actuelles…. Et cher Radjil, si tu veux faire partie de ceux qui veulent aider à changer vraiment les choses au Tchad, sans doute conviendrais-tu que nous devrions lire les choses sans complaisance afin de sortir de  cette impasse sociopolitique. C’est un chapelet de responsabilités  qu’il nous faut égrainer.

Tu dis enfin : …Masra et tous les ngone, entrons dans l’histoire de notre pays en construisant et auprès plutôt de nos siens. Et pour ça, on n’a pas besoin de copier les autres pour les faire plaisir ou toute autre stratégie et ni même d’aller avaler et cracher ce qu’on nous met dans la bouche. Restons dans le mbé pour dire les choses d'une façon indépendante et honnorante comme l'ont fait Michelot, Baddaoui et mlle Acyl et non aller condamner et insulter les siens chez des strcutures néocoloniales comme RFI et France24. L'indépendance du Tchad passe par celle de nos esprits...

Ma réponse : Déjà si tu peux dire à quoi renvoient le ngone (fils ?) et le mbé (pays ?) ? Et plus  haut : Lakine (pourtant ?) Da baraka ya djama ( c’est de la bénédiction.. ?)

Je ne suis sûr que tous les internautes ni même moi sachions à quoi tu fais allusion. Et puis symboliquement parlant, je ne suis sûr que certains de ces mots soient au sens propre…Tu as le droit de reconnaitre les qualités de nos frères Michelot, Baddaoui et  notre sœur mlle Acyl et de reconnaître leur indépendance d’opinion ; je veux bien y croire et ne pas en disconvenir. Pour ce qui me concerne,  sois sûr qu’à l’inverse de ce que tu crois, jouer le perroquet, ce n’est pas ce que j’ai appris ni dans mon éducation, ni dans mon instruction. C’est pour cela que sans haine et sans arrogance, souffres de constater que  j’essaie de n’applaudir que l’essentiel. Ne confondons pas la nécessité pour notre pays de sortir de cette impasse actuelle et l’applaudissement aveugle de tout venant. Car ainsi, beaucoup de tort à été fait à notre peuple.

Ce qui importe vraiment….

Je veux finir en te renouvelant que ce qui importe pour moi, c’est toutes les propositions pouvant amener conduire à construire un Tchad sur des bases plus solides. Si tu cherches sur ce côté-là, sois sûr qu’on se trouvera. En attendant de lire tes deux livres, vivement que cela aboutisse….commence par sortir le premier livre d’abord  et l’autre suivra !

Succès MASRA, fait le 13 mai 2009