Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Le régime belliqueux de Khartoum a une nouvelle fois abattu ses cartes. En envoyant son ministre signer un énième accord avec le Tchad dimanche dernier à Doha, Oumar Hassan El Béchir a sonné le tocsin du côté de ses affidés qui, dès lundi, ont traversé la frontière tchadienne. Ainsi, le Tchad est une nouvelle fois agressé, menacé ! Le régime fantoche de Khartoum veut encore déstabiliser le Tchad. Son dessein inavoué est d’installer ses marionnettes à N’Djaména et faire de notre pays une vaste province du Soudan.


Depuis la dernière raclée infligée à ses protégés, il y a à peine un an, Oumar Hassan El Béchir s’est adonné à son sport favori. Après avoir appâté les reliquats de ses mercenaires défaits en 2008, le maître de Khartoum les a recomposés, en leur imposant même un nouveau leader.

Pendant ce temps, les chefs militaires soudanais reconstituaient le stock d’armes, de munitions et de véhicules des mercenaires, sans oublier, bien sûr, les pétrodollars distribués à tour de bras par El Béchir lui-même. Tous ces préparatifs s’effectuaient dans la perspective bien entendu de l’accord de Doha qui a été l’élément moteur, le signal, pour déclencher les hostilités.


C’est clair, le Soudan a suivi une nouvelle fois une feuille de route bien tracée et connue de tous. Le modus operandi est le même. Après la signature de chaque accord avec notre pays, les mercenaires soudanais, sur instructions des autorités de Khartoum, entrent en territoire tchadien pour tenter de renverser les institutions de la République. Et c’est depuis le déclenchement du génocide darfouri que le Tchad vit au jour le jour cette déstabilisation. Pourtant, épris de paix, notre pays a toujours œuvré pour réconcilier les frères ennemis soudanais, allant jusqu’à prêter ses bons offices pour parvenir à cette fin, sans calculs ni intérêt quelconque.


Une chose est sure : au concours de duplicité, Oumar Hassan El Béchir remportera sans aucun doute le premier prix, tant ses paroles et ses actes sont antagonistes. Il signe un accord de paix aujourd’hui, et l’encre de sa signature à peine sèche, il envoie dès le lendemain ses mercenaires attaquer le Tchad. Oumar Hassan El Béchir se moque éperdument de la communauté internationale. Et il ne se cache plus !

Source: site de la Présidence