Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak



Décidément tout porte à croire que la lutte pour le  changement politique au Tchad, passe inévitablement autour d’une nouvelle réflexion et d’une nouvelle démarche, qui va  aboutir à la naissance ou à la création d’une troisième voie, au sein de l’opposition armée tchadienne de l’est.

 

Le retrait du FSR et de son leader Ahmat Hassaballah Soubiane, devient de plus en plus significatif pour de nombreux tchadiens de la diaspora et ceux qui, de l’intérieur, observent avec un intérêt particulier les opposants armés d’Idriss Deby en  portant sur eux  leurs jugements et appréciations politiques.

 

En d'autres termes, la prise de distance  de  Ahmat Hassaballah Soubiane de cette coalition de l’opposition politico-militaire s’explique aussi par le fait qu’il n y a jamais eu de consensus dans la désignation de Timan Erdimi à la tête de l’UFR mais que ce dernier, a été purement et simplement imposé à tous les chefs de mouvements armés. Cette imposition qui est venue d’en haut n’a laissé aucun choix aux différents leaders de l’opposition armée pour leur permettre de se concerter et décider en toute indépendance de la personne qui serait en mesure de les conduire pour la victoire finale.

Ceux qui ont imposé Timan à la tête de l’UFR, ont privilégié beaucoup plus leurs intérêts et ceux de leur propre pays sans pour autant tenir compte de nos intérêts et ceux de notre peuple meurtri par deux décennies de dictature, de népotisme, de gabegie et de corruption érigée en système de gestion. C’est mal connaître aussi les réalités du Tchad mais également celles de certains leaders comme Soubiane qui sont jaloux de la souveraineté de notre pays qui n’a besoin d’un protectorat.

Ceux qui nous aident doivent comprendre le sens de notre lutte et nos relations devront être basées sur le respect mutuel sans aucune ingérence dans nos affaires internes et qu’on nous traite en tant qu’amis mais pas en tant que valets.

 

Le peuple tchadien, terrifié et apeuré par des répressions systématiques répétées de Deby et de ses proches, se montrent prudents et réservés à l’égard d’un changement politique du régime actuel, par un autre qui s’inscrit dans la continuité des actes les plus barbares et dévalorisants jamais perpétrés à l’encontre des citoyens soumis et résignés dans leur propre pays.

 

Cette situation constatée et décriée  par nous tous, conduit chacun d’entre nous, ce dernier temps, à revoir le schéma actuel de lutte pour un nouveau sursaut national et patriotique de l’ensemble des fils du Tchad, conscients que le changement politique doit s’inscrire logiquement que dans la rupture.

 

Le Front pour le Salut de la République (FSR), dont la démarche politique, vise à rassembler les Tchadiens de divers horizons, apparaît comme un point de chute sur qui l’attention est focalisée.

 

Les Tchadiens, qui sont aujourd’hui, réticents devant la configuration politique de l’opposition armée dans son organigramme actuel, peuvent donc militer sans peur au sein du Front pour le Salut de la République (FSR) qui travaille activement pour la mise en place d’une large coalition en vue d’aboutir à un véritable changement dans le pays.

 

A l’heure actuelle, beaucoup de mouvements opérant à l’est sont exclus de l’UFR pour la seule et simple raison qu’ils ne rentrent pas dans le schéma de décideurs de la cause tchadienne et ces mouvements se retrouveront dans le choix opéré par Soubiane. On ne peut pas comprendre l’obstination des dirigeants de l’UFR en pratiquant cette politique d’exclusion mais les jours à venir nous édifieront beaucoup plus sur les véritables intentions de nos futurs « libérateurs ».

 

Rappelons donc que depuis l’accession au pouvoir en 1990, d’Idriss Deby au Tchad, le dirigeant du FSR, Ahmat Hassaballah Soubiane, s’est opposé à lui par ses idées et ses actes. Il a alerté Idriss Deby et dénoncé publiquement  les dérives les plus autoritaires susceptibles d’enfoncer le pays vers le règne d’un régime exceptionnel tel que celui qu’ils ont combattu au nom de la démocratie.

 

Ce cursus de contestataire du leader du FSR, répond nettement aux vœux et à la volonté du citoyen lambda tchadien, qui souhaite que ses droits légitimes, bafoués sous ce régime,  lui soient restaurés, et que  sa dignité et son honneur préservés.

Le peuple tchadien est dans une phase décisive de son histoire politique, il doit maintenant  faire un choix lucide au delà des préjugés instrumentalisés et exploités par ceux qui l’ont aujourd’hui opprimé et humilié.

 

Makaila Nguebla.