Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

                       Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH)


COMUNIQUÉ

Djibouti : La FIDH réclame la libération du président
de son organisation membre à Djibouti


Paris, le 4 avril 2009 -

La Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) réunie en Bureau international (BI) du 3 au 5 avril 2009 condamne l'arrestation M. Jean-Paul Noël ABDI, président de son organisation membre à Djibouti, la Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH) et réclame sa remise en liberté immédiate.
 

Ce matin, le 4 avril 2009, M. Jean-Paul Noël ABDI, a de nouveau1 été arrêté dans le centre-ville de la capitale de Djibouti, par des éléments du Service de recherche et de documentation (SRB) de la gendarmerie nationale et a été emmené à la Brigade Nord de la gendarmerie de Djibouti avant d'être placé en garde à vue. Il doit être déféré devant le parquet demain dimanche 5 avril 2009, probablement selon la procédure de flagrant délit qui permet la comparution immédiate et la probable condamnation et incarcération du mis en cause. La FIDH dénonce l'utilisation d'une telle procédure, notamment dans le cadre d'atteintes aux libertés de presse et d'expression, en ce qu'elle ne vise qu'à condamner de manière expéditive la personne visée.


Selon les premières informations, un mandat d'arrêt aurait été délivré à son encontre pour « injures publiques à l'autorité judiciaire »2 pour avoir, dans une note d'information en date du 26 mars 2009, dénoncé les graves manquements de la justice djboutienne et en particulier son absence d'indépendance, illustré par la non-motivation et la non-rédaction de certains jugements et décisions de justice en particulier dans les procès sensibles comme celui du père Sandro3.

Cette nouvelle arrestation intervient dans un contexte socio-politique tendu. Dans la perspective du 9 avril 2009, dixième anniversaire de l'arrivée au pouvoir du président Guelleh, l'arrestation de M. Jean-Paul Noël Abdi, constitue une mesure de contrôle de la société civile indépendante et démontre que les autorités djiboutiennes veulent faire taire toute voix contestataire à Djibouti. Alors que l'élection présidentielle d'avril 2005 n'avait vu que la candidature unique du président Guelleh et que son mandat arrive à son terme en 2011, le parti au pouvoir a solennellement demandé le 4 mars 2009, au président de modifier la constitution pour lui permettre de briguer un troisième mandat présidentiel consécutif.


« La FIDH condamne cette énième arrestation de Jean-Paul Noël Abdi et comme à chaque fois, les accusations ne sont que des prétextes à la criminalisation des défenseurs des droits de l'Homme. Les autorités djiboutiennes doivent libérer immédiatement M. Abdi » a déclaré la présidente de la FIDH, Mme Souhayr Belhassen avec les 21 autres membres du Bureau international de la FIDH réunis à Paris jusqu'au 5 avril 2009.

1Depuis 2007, jean-Paul Noël Abdi a fait l'objet de nombreuses arrestations, convocations et détentions. Voir les communiqués de la FIDH et les appels urgents de l'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'Homme; http://www.fidh.org/-Djibouti,63-#pagination_derniers_articles

2Si une telle incrimination est retenue, il risque selon les articles 430 et 432 du Code pénal djiboutien, 1 an d'emprisonnement et 500 000 Francs djiboutien.


3
Ce prêtre catholique italien, Sandro De Pretis, était incarcéré en détention préventive à Djibouti depuis le 28 octobre 2007 sous l'accusation de recel et diffusion d'images pédopornographiques. Il a été condamné le 26 mars 2009 à 5 mois d'emprisonnement dont trois mois et quatre jours de prison ferme. Le procureur de la République de Djibouti, qui a demandé cette arrestation, est lui-même l'objet d'un mandat d'arrêt de la part du gouvernement français qui l'accuse de «subornation de témoins» dans l'affaire Borrel. La LDDH a toujours considéré qu'il s'agissait d'accusations montés de toutes pièces et avait constaté de nombreuses irrégularités de procédures. Voir http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+WQ+E-2008-0829+0+DOC+XML+V0//FR


-- 
Gaël Grilhot
Responsable du service de presse – Press office Director
Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH)
International Federation for Human Rights (FIDH)
               +33-1 43 55 90 19         -                +33-6 72 284 294        
ggrilhot@fidh.org
http://www.fidh.orgwww.blogfidh.org