Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

M.Abderahman Abbas, exilé politique et demandeur d’asile tchadien en Suisse, est membre de l’Union des Forces pour la Démocratie et le Développement (UFCD) partie intégrante de l’Union des Forces de la Résistance.

 

Après avoir fini  ses études en informatique en Allemagne, M.Abderahman vit depuis novembre 2008 en Suisse, où il a postulé à un statut de protection humanitaire internationale auprès des autorités compétentes.

 

Sa demande de réfugié politique, étant déboutée, notre compatriote, a été transféré d’une ville à une autre par les autorités suisses sans lui donner le mobile de son transfert.

 

Selon des sources proches de ses amis qui ont contacté notre rédaction, M.Abbas ignore  tout ce dont il est reproché et craint fortement pour sa vie depuis son entrée en Suisse.

 

Il est tout de même surprenant pour tout observateur d’apprendre que la Suisse qui est fière de sa tradition humanitaire, connaisse aujourd’hui un recul préjudiciable au niveau de son dispositif d’accueil des étrangers en général et surtout pour des demandeurs d’asile en particulier dont la vie est menacée en cas de retour dans leurs pays d’origine.

 

 Les instruments  internationaux en la matière telles que :

 

- La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme  et des Peuples de 1948  et la Convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés, constituent des références en termes des garanties fondamentales de la personne en droit humanitaire.

 

La Cour européenne des droits de l’homme qui est en phase avec ces accords internationaux, a examiné la compatibilité des mesures prises par les Etats relativement à tous les aspects de la procédure d’asile avec les dispositions de la Convention. Elle étudie aussi le rôle de protection subsidiaire offert par les organes de Strasbourg pour protéger les personnes qui risquent de faire l’objet d’un traitement prohibé.

 

La Suisse, pays respectueux de ses engagements internationaux, ne peut dont transgresser ses valeurs humanistes et procéder sur son territoire à la restriction d’octroi de statut de réfugiés aux personnes persécutées dans leurs pays.

 

 

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que le Tchad, l’un des pays africains troublés par des conflits politiques et  armés récurrents, règne également  une culture d’impunité sans précédent dans l’indifférence absolue des organisations internationales.

 

 
Devant un tel défi, le cas de M.Abderahman Abbas retient clairement l’attention de  toute personne soucieuse du respect des droits de l’homme à l’échelle universelle.

 

 

C’est pourquoi, nous exprimons ici toute notre inquiétude sur le sort de M.Abbas dont l’extradition vers le Tchad risque de mettre en danger sa vie et son intégrité physique et morale.

 

Pour ce fait, nous demandons l’indulgence des autorités suisses compétentes de renoncer à l’expulsion vers le Tchad de M.Abderahman Abbas où il risque d’être arrêté et de subir des actes inhumains et dégradants dés sa descende d’avion. Car, le pouvoir tchadien est connu de tous pour sa politique répressive et de représailles à l’encontre des opposants  en exil.

 

En outre, nous sollicitons le soutien des organisations humanitaires suisses d’intercéder auprès de leur  Gouvernement  pour aider le demandeur d’asile tchadien et lui faciliter les tâches pour qu’il entre dans ses droits  et obtienne son statut de réfugié qui est resté pendant devant les services compétents.

 


Makaila Nguebla