Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Qui veut la peau d’Abderamane Koulamallah ?

Le monde de la rébellion tchadienne donne l’impression assez étrange d’être habité par des psychopathes dans le vrai sens du terme. Sous la fausse apparence d’unité et de partage d’une même conviction politique se cachent en réalité des individus dont le comportement, au demeurant antisocial, se traduit par un excès d’agressivité pulsionnelle des uns envers les autres. Tapis dans l’ombre de la rébellion, certains idéologues des mouvements armés se sont donnés pour mission de dévaloriser systématiquement tous ceux qui, à tort à raison, semblent représenter un obstacle potentiel à leur épanouissement personnel une fois parvenus au pouvoir. Des exemples d’agression, de diffamation, de médisance et de tout ce qui concourt à jeter le discrédit sur des responsables des mouvements armés sont légion sur internet. Il ne sert à rien d’en faire l’inventaire. Les internautes tchadiens sont habitués à lire ces mesquineries et les connaissent par cœur.

Il convient tout simplement de constater qu’une nouvelle fois, ces mêmes individus tapis dans l’ombre de la rébellion ont cherché à frapper au cœur même de l’UFR. Une agression en coupe réglée lancée contre Abderamane Koulamallah par, tenez-vous bien, le représentant du RFC aux Etats-Unis d’Amérique. Le monsieur, pour le besoin de la cause, s’est adjoint un compatriote vivant au pays d’Obama (pour faire diversion certainement). Dans une adresse au porte-parole de l’UFR signée RFC, nos deux compères, dont l’un aurait été spécialement chargé de cette agression par un des responsables politiques haut placés des mouvements armés, se sont donnés à cœur joie dans le travail de dévalorisation de Koulamallah. Sinon, comment comprendre qu’un représentant d’un des mouvements de l’UFR publie sur internet une adresse aussi insultante et humiliante au porte-parole de l’UFR en lui rappelant subrepticement et avec un brin d’hypocrisie que « notre but n'est pas de vous critiquer négativement, comme beaucoup le font, quoi qu'il ait mille et une raisons de le faire » avant d’ajouter de façon tout aussi injurieuse que « vous ne pouvez pas vous inscrire dans une logique offensive en apportant des démentis en permanence et ce avec des signatures amalgamant l'homme d'affaire et l'homme politique ».

Est-il besoin de rappeler au soi-disant représentant du RFC-USA que la courtoisie recommande de faire des remarques et des observations à ses collègues d’abord en privé, avant de rendre public les divergences en cas de nécessité ? Croire que ce représentant ignore ces préalables de courtoisie, ce serait une insulte à son intelligence. Non ! Les remarques désobligeantes et injurieuses à l’endroit de Koulamallah sont faites de manière délibérée et sur instructions expresse d’un ou de plusieurs responsables des mouvements armés haut placés. Dans quel intérêt ? Je ne suis pas devin et je ne crois pas non plus que le représentant du RFC-USA ait le moindre intérêt à se livrer à des injures publiques contre le porte-parole de l’UFR. L’intention machiavélique derrière cette adresse, assez particulière par le ton ironique, mais solennel, suppose un intérêt tout aussi machiavélique. Et un tel intérêt est loin d’être partagé par tout le monde au niveau de la rébellion. Seuls quelques individus, du reste bien connus de la population, en ont fait le socle de leur existence sur le plan politique. Mais, ne voulant pas prendre les devants, ils opèrent par agents interposés dociles et naïfs qui, n’ayant pas grand-chose à se reprocher dans les 15 dernières années avant 2005, n’hésitent pas à se faire donneurs de leçons au monde entier.

Mais ils donnent des leçons parfois injurieuses, à la demande des responsables diaboliques, qui leur disent par exemple de rappeler à Koulamallah, comme à un enfant de 4 ans, que « les communiqués et messages émanant de l'UFR doivent plutôt être authentifiés tant par la forme, le fond, le sceau, le support pour éviter toute confusion avec votre adresse personnelle au point de proclamer en paraphrasant une formule monarchique "L'UFR c'est moi!" ». Quel manque de délicatesse et de courtoisie à l’endroit d’un camarade de lutte chargé d’animer la communication du mouvement ? Mais puisque l’intention de nuire à l’homme et à son honorabilité était délibérée et expressément commandée, il ne manquait plus au représentant du RFC-USA chargé de faire le travail de dévalorisation de Koulamallah, que d’enfoncer le clou en faisant semblant de lui rappeler publiquement qu’ « il est possible pour vous de rendre service à l’UFR et à son président en anticipant les désirs des militants qu’en vous cantonnant a des communiqués qui font de vous un homme qui est à la fois au Soudan et en France ».

Koulamallah n’a pas le don d’ubiquité, nous le savons tous. Il est à Paris et signe des communiqués depuis Hadjar Marfaïne. C’est juste une façon de dire que la base de la rébellion n’est pas Paris, mais Hadjar Marfaïne. D’ailleurs, Koulamallah ne se cache pas pour signer ces communiqués depuis Hadjar Marfaïne. Il n’a aucune intention de tromper qui que ce soit, et l’UFR l’avait approuvé. Tous les communiqués ont été transmis à l’AFP et à Tchadactuel qui ne les ont pas rejetés. Quel crime le porte-parole de l’UFR a-t-il commis en procédant de la sorte ?

Point n’est besoin de chercher des explications. L’attaque contre Koulamallah est une œuvre montée par les plus hauts responsables des mouvements armés. L’intention est peut-être de pousser le porte-parole de l’UFR à la sortie et de précipiter encore un peu plus l’implosion de ce mouvement. Nouri et Soubiane ne sont pas dans l’UFR. Pourquoi voudrait-on indiquer la porte de sortie à Koulamallah ? L’accusation de complot entre parents à la tête du régime et à la tête de la rébellion pour bloquer le renversement du régime n’est peut-être pas une accusation gratuite. Affaire à suivre….

Hassan Ramadane
Tucumcari
Etats-Unis