Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Les présidents gabonais et sénégalais rivalisent de susceptibilité. Et Wade d’accuser Bongo de financer son ancien premier ministre, Macky Sall.


Entre Petit Papa Bongo, le président gabonais, et « Pa » Wade, le chef de l’Etat sénégalais, l’ambiance n’a jamais été au beau fixe. Question de susceptibilité entre deux présidents qui tiennent autant à leur image de sage du continent, qu’à leurs dimensions internationales. Sujet habituel de bisbille : le titre de doyen des chefs d’Etat africains. Pour le nombre d’années au pouvoir, le vieil Omar gabonais l’emporte largement, plus de quarante quand il s’incruste au Palais du Bord de mer, contre

Sauf qu’en janvier 2009, un fâcheux est venu plomber un peu ce match nul, et jeter un voile sur le comptage. Rien de moins que Macky Sall, ancien Premier ministre de Wade et ex-n°2 du parti présidentiel, le PDS (parti démocratique sénégalais).

L’ancien premier ministre de Wade cherche un nouveau Papa

Depuis sa disgrâce fin 2008, Macky, éjecté de la présidence de l’Assemblée nationale sénégalaise après avoir été dégagé de la Primature, se trouvait légèrement orphelin. Dur pour l’homme qui avait été présenté comme l’un des « fils » politiques d’Abdoulaye Wade et monter comme un rival, pour la succession du Président, à Monsieur Fils, Karim Wade.

Aussi Sall s’est-il enquis de trouver un nouveau Papa. Au hasard, le bon père Bongo, toujours prodigue avec ses enfants et à la « lumineuse » clairvoyance.

D’autant que le président gabonais avait déjà eu la joie de croiser Macky Sall. En 2007, du temps où Macky était directeur de campagne du président-candidat Abdoulaye Wade, en route vers un deuxième mandat à la magistrature suprême.


Ni une, ni deux, l’ancien Premier ministre écrit une lettre de vœu à
Petit Papa Bongo, que nous reproduisons ci-contre. L’en-tête seul ne pouvait qu’agacer le président sénégalais. « A son excellence Monsieur El Hadj Omar Bongo Ondimba, président de la République Gabonaise, doyen des chefs d’Etat africains ».


 seulement 9 pour « Gorgui »(le vieux en wolof)
Wade. Pour le nombre d’années tout court, le match est plus rude entre les artères des deux. Au moins officiellement, le Sénégalais l’emporte avec 82 ans, conte 73 à son challenger gabonais…


Source: Bakchich