Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Mandat d'arrêt imminent contre le président soudanais Omar el-Béchir ?


Selon une information de l'ONG Human Rights Watch, la CPI a l'intention de lancer dans deux jours un mandat d'arrêt international contre le président soudanais Omar el-Béchir. Il est accusé de "génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre" au Darfour.


Ça chauffe pour Omar el-Béchir. Selon l'ONG internationale de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch, la Cour pénale internationale de La Haye (CPI) lancera dans un peu moins de 48 heures , le mercredi 4 mars à 14H00, un mandat d'arrêt international à l'encontre du président soudanais. On se souvient qu'en juillet 2008, le procureur de la CPI, Luis Moreno Ocampo, avait préconisé l'émission d'un tel mandat pour "génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre" perpétrés dans la région rebelle du Darfour.

A l'époque, et au nom d'une conception spécieuse de la solidarité, plusieurs Etats membres de la Ligue Arabe , de l'Organisation de la Conférence islamique ou de l'Union africaine (UA) avaient dénoncé l'initiative. Invoquant l'article 16 du statut de la Cour de La Haye, d' autres pays plaid èrent en faveur d'une formule de compromis: la suspension pour un an, via une saisine du Conseil de sécurité des Nations unies, des poursuites engagées contre Bechir, en contrepartie de concessions significatives de sa part, notamment la traduction en justice de deux officiels soudanais protégés par son ré gime ou la levée des entraves au déploiement d'une force d'interposition ONU-UA. Telle fut, un temps, la position de Paris et Londres . "Les réticences persistent, confie à lexpress.fr Jean- Marie Fardeau, directeur du bureau français de Human Rights Watch, mais elles ne sont guère relayées au sein du Conseil par la Russie ou la Chine, alliées de Khartoum.

En clair, la martingale de l'ONU n'a pas fonctionné. Quant à la France , elle a depuis lors adopt é une posture plus acceptable, plaçant la barre plus haut vis-à-vis de Béchir. De notre point de vue , rien ne saurait d'ailleurs justifier le gel de la procédure qui vise celui-ci. Il s'agit de juger des faits et des actes passés, et non des intentions présentes."

Source: L'express