Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Les Brèves de N’djaména : Deby, orphelin de son marabout blanc



Inconnu du grand public, fort discret, il était la conscience noire de Deby. Jean-Michel Redon (JMR), puisque c’est de lui qu’il s’agit, était l’homme le plus écouté de Deby. Ce dernier ne peut prendre aucune décision de quelle que nature que ce soit sans l’avis de cet individu. Officiellement en charge de la Coopération à l’Ambassade de France à N’djamena (Ex Chef de Mission de la Coopération), mais en réalité, Redon était le véritable patron de l'Ambassade et de la Françafrique à N’djamena.


Selon des sources sûres, dans l’histoire de la diplomatie française, il est le seul de son rang à demeurer au même poste, au Tchad, pendant plus de 10 ans et selon les mêmes sources le séjour de M. Redon ne prendrait fin qu’avec la fin du régime de Deby.
Mais le séjour a été écourté en catimini avant le départ son protégé du pouvoir. JMR était le lien direct entre l’Elysée, le Quai d’Orsay et Deby. C’est ce Monsieur qui inonde Sarkozy et Kouchner des fausses informations, des ragots, teintés de manipulations barbouziennes : « Deby est le seul homme capable de maintenir le Tchad dans le giron de la francafrique. Après Deby, ce sera le déluge, le retour au « Tchad néant » des années 80. Deby est le rempart contre l’expansionnisme libyen et l’islamisme du Soudan, Deby est le seul vrai ami et défenseur des intérêts de la France au Tchad, etc., etc. ».

En barbouzerie, il s’y connaît parfaitement, puisqu’il a été Chef de mission de la Coopération française à Moroni (Comores) du bon temps des Bob Denard et Cie. Pendant l'attaque rebelle manquée de février dernier, il se trouvait au QG de l'armée tchadienne, à organiser la riposte, en permanence en relation avec Kouchner, qu'il intoxique complètement. En même temps qu’il embellit Deby et son régime jusqu’à l’affabulation, le même Monsieur a brossé un tableau extrêmement calomnieux et injurieux vis-à-vis de l’opposition armée et les différents leaders, qualifiés « d’islamistes fanatiques, agents de la nation arabe et chargés de propager l’islam en Afrique et y chasser toute trace de la civilisation occidentale de l’Afrique ». Quand l’Alliance Nationale fut formée, effrayé par la perspective de l’arrivée du Gl Nouri et de M. Hassaballah Soubiane au pouvoir à N’djaména, JMR développa une campagne particulièrement odieuse contre ses deux personnalités de l’opposition, sur leurs vies privées et publiques

Sur place à N’djamena, il était pratiquement le conseiller de l’ANS, la police politique de Deby ; pas un jour où il ne remettait pas une fiche sur tel ou tel opposant politique. En février 2008, en pleins combats de N’djamena, Tchadactuel avait déjà rapporté que l’arrestation des opposants fut effectuée sur suggestion de l’Ambassadeur et de son Conseiller en arguant qu’ils ont capté des conversations téléphoniques entre les chefs rebelles et les dits opposants. Ainsi donc, l’arrestation des opposants et l’assassinat d’Ibni étaient pilotés par l’Ambassade de France et connus dès les premières heures par l’Elysée et le Quai d’Orsay. Les gesticulations françaises qui ont suivi l’assassinat d’Ibni, ne sont que du pur cinéma. D’ailleurs un site tchadien vient de confirmer que Sarkozy et Kouchner ont parrainé l’assassinat d’Ibni.

M. JMR, ancien séminariste défroqué, à la messe tous les dimanches matin, mais le soir avec Deby en train de régler le sort des innocents, est un personnage intelligent, redoutable et sans scrupule. Pur produit de la barbouzerie française, il est capable de passer sur les cadavres de tous les tchadiens pour recevoir des mains de Deby les liasses de pétrodollars. Selon un coopérant à N’djaména, JMR est aussi le point focal au Tchad et en RCA, du cabinet « BK Conseils », la Société de Bernard Kouchner qui produit des rapports bidon sur le système sanitaire dans les pays « du champ », pour siphonner les maigres ressources de ces pays. Comme on le voit le M. est non seulement un fin manipulateur politique, mais surtout un affairiste ; mieux il serait le transporteur des sacs, pas du riz cette fois-ci mais des pétrodollars du Tchad, pas vers la somalie mais vers la métropole, et distribuerait aux différents destinataires.

Les politico-militaires ayant été embourbés dans leurs chamailleries internes, il s’est un petit peu déconnecté ces derniers temps de ceux-là et s’est concentré désormais sur l’opposition intérieure. Les hommes politiques tels le député Saleh Kebzabo et l’ex-Ministre Salibou Garba sont quotidiennement marqués à la culotte, tandis que les universitaires tels Ngali Gatta et Alhabo Ahmat sont marqués au pantalon. La vie de tout ce monde est en danger. Ils peuvent être à tout moment arrêtés, assassinés ou simplement disparaître sans laisser des traces comme Ibni. JMR n’y hésitera pas avant de quitter le Tchad pour jouir des pétrodollars teintés du sang des tchadiens que le dictateur Deby lui remet contre les loyaux services.

Malgré les demandes persistantes de Deby, JMR est débarqué du Tchad sans tambour battant, mais son œuvre reste intacte.

Beremadji Félix
N’djaména