Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Hissein Habré a marqué l'histoire du Tchad d'une empreinte quasi indélébile. Plus de 18 ans après son départ du pouvoir, cet homme continue d'alimenter les conversations. L'homme est poursuivi pour les atrocités, sans précédents, commises sous son régime dictatorial et sanguinaire qui a duré 8 longues années. Le bilan macabre fait état de 40 000 morts et 200 000 disparus et plusieurs centaines de cas de tortures dans la célèbre piscine de la DDS (=SS). Hissein Habré a donc laissé au Tchad, plusieurs centaines de handicapés psychomoteurs, des veuves et veufs, des orphelins... Mais ce n'est pas tout.
 
S'il y a une chose qui est très inquiétante pour l'avenir du Tchad, c'est qu'Hissein Habré trouve encore dans notre pays, des partisans de son règne, des hommes qui rêvent de rétablir le règne d'Hissein Habré au Tchad, avec ou sans Habré. L'histoire de l'humanité est jalonnée de paradoxes très choquants. L'Allemagne a ses néo nazi, l'Italie a ses néo fascistes. Et le Tchad aussi a ses... néo habréistes, alors que Hissein Habré est vomi par l'immense majorité du peuple tchadien. C'est un fils indigne de l'Afrique, pour reprendre l'expression d'un journal burkinabè. Comme la tuberculose qui revient en force avec le SIDA, les habréistes profitent de l'état de faiblesse et de confusion actuelle du Tchad pour vouloir effectuer leur retour.
 
Hissein Habré est apparu sur la scène politique au Tchad de 1974 avec l'affaire Claustre, jusqu'au 1er décembre 1990, date de son départ du pouvoir. En ce laps de temps, l'homme a eu le temps de transformer les mentalités. Hier, Habré était à la fois le représentant du Nord et le symbole de l'Islam. Celui qui le critiquait, s'attaquait à tout le nord du Tchad, et également à la religion musulmane. On l'appelait même "l'oeil des musulmans". Un jour de novembre 1978, Habré en personne, en tant que Premier Ministre, s'est rendu en personne dans les locaux de la RNT pour arracher le micro à un speaker qui parlait sara sur les antennes de la radio nationale. Pour le Premier Ministre, l'arabe devait passer avant tout, et le sara était appelé à être banni de la radio nationale. Pour réaliser l'unité du Nord autour de sa personne, Hissein Habré a désigné feu Tombalbaye comme le symbole des Sudistes. Ces derniers doivent donc payer toutes les dérives politiques de Tombalbaye qui est un des leurs. Ce mode de pensée est toujours d'actualité en ... 2009. Dès lors qu'un citoyen se permet de lever un coin de voile sur les atrocités commises par Habré, la même réponse revient comme un refrain sur les lèvres de habréistes : "l'histoire du Tchad n'a pas commencé avec Hissein Habré. Et Tombalbaye qui faisait couper les seins des femmes pour donner aux chiens... Et Déby qui est en train de tuer...". Il est impossible de faire comprendre aux habréistes que les atrocités commises entre 1982 et 1990 ne doivent en aucun cas être justifiées par l'existence d'autres atrocités sous d'autres régimes. Si nous raisonnons tous ainsi, c'est que nous ne voulons pas du tout de paix dans notre pays. Tombalbaye a commis des erreurs politiques très graves qui lui ont d'ailleurs coûté la vie. Il faut rappeler que ce sont les Saras qui ont mis un terme à son régime. Tombalbaye avait la lourde responsabilité d'être le premier président du Tchad. Il n'avait aucun repère et n'avait de leçon à tirer d'aucun régime tchadien avant lui. Il est mort, suite à ses dérives multiples. Logiquement, tous les régimes qui sont venus après lui étaient tenus de faire mieux que le premier président en se servant des leçons du passé. Mais nous avons assisté à l'effet inverse. Le seul et unique programme politique d'Hissein Habré, était de permettre enfin, aux nordistes de prendre leur revanche sur les Sudistes par rapport à toutes les injustices qui auraient été commises uniquement au Nord. C'est ainsi que lors des conquêtes successives des villes du sud en août septembre 1992, les FAN étaient autorisés à terroriser les populations du sud et à les déposséder de leurs biens. A leur entrée dans chaque ville, ils pouvaient prendre tout ce qui les intéressaient, moto, vélo, voiture, mobylettes, voire maisons. La moindre contestation est suivie de bastonnade, se ce n'est pas une balle qui est envoyée dans la cervelle du récalcitrant. Puis, le même refrain revient : "Tombalbaye a fait coupé les seins de nos mamans pour donner aux chiens". Le summum de tout a été la terrible et indescriptible "Septembre Noir ", oprération visant à éliminer physiquement tous les cadres du Moyen Chari, peut-être toujours en représailles aux "seins des femmes coupés et donnés aux chiens" de l'époque de Tombalbaye.
 
Il suffit de faire un tour sur les sites internet tenus par les habréistes pour constater que Tombalbaye continue de leur poser problème alors qu'il est mort il y a bientôt 34 ans ! Tombalbaye et Kadhafi reviennent régulièrement dans leurs écrits. On se croirait au temps de temps Habré où l'agression libyenne est dénoncée sur les antennes de la radio nationale alors que les Tchadiens mourraient comme des mouches sous les balles de monsieur Habré. A propos de Kadhafi que les habréistes détestent, on nous dit souvent : "Si Habré n'était pas là, vous seriez en ce moment esclaves des Libyens". Insensés ! Le régime de Habré était déjà un régime esclavagiste : tueries massives, demi-salaire ponctionné pour effort de guerre et cotisation à l'UNIR. La moindre contestation est réprimée dans le sang. N'est-ce pas déjà de l'esclavage ?
 
 
L'heure est à la vigilance. Aujourd'hui, la question de l'après-Déby est abordé en termes de problèmes Zaghawas-Goranes. On ne parle même plus des Sudistes. On ne parle surtout pas des élections. Des élections transparentes est la seule chose que les ennemis du Tchad craignent comme la peste, car, il est impossible que leur éventuel candidat soit élu. Il leur reste les armes, encore les armes. Ces gens croient fermement qu'il est hors de question de donner le pouvoir à un autre que les leurs. Ils s'activent et les Tchadiens doivent être vigilents.
 
En ce moment, Déby est en position de force militaire indéniable. Il a plus de moyens que les rebelles, utilisant les moyens de l'Etat. La guerre moderne est une question de moyens, il ne faut pas l'oublier. Déby a toujours le soutien de Paris. Si les rebelles veulent vraiment le renverser, ils doivent taire leurs divergences et surtout oublier la question de la succession. Or, en ce moment, on se chamaille déjà sur fauteuil présidentiel, car les Habréiste veulent absolument un régime type Habré au pouvoir après Déby. On nous dit souvent que si Timane Erdimi prend le pouvoir, ce sera du Débyisme sans Déby. Mais il faut également dire que si Nouri prend le pouvoir, ce sera du Habréisme sans Habré. Or, à l'heure actuelle, les Tchadiens ne veulent ni Débyisme, ni du Habréisme.
 
Nous voulons tout simplement un régime de paix. La paix, rien que la paix. Donnez-nous la paix.
 
 
BELEMGOTO Macaoura

 
contact: macaoura@aol.com