Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Dans le contentieux qui oppose le dirigeant soudanais Oumar Hassane El-béchir à la Cour Pénale Internationale (CPI) qui l'accuse de responsable et auteur  d'actes de génocide au Darfour; deux pays  non les moindres et les plus influents du continent lui viennent au renfort. Il s'agit de l'Egypte, alliée fidéle des Etats-Unis dans le Moyen-Orient et du Sénégal, pays au sud du sahara,connu pour son leaderhip diplomatique en Afrique.

L'Egypte a déclaré par le biais du porte-parole de la Présidence, s'être opposée clairement à cette  démarche  de la Cour  et le Sénégal, de façon officielle par  son Président Me Abdoulaye Wade, d'affirmer que la CPI ne détient pas des preuves tangibles pour incriminer le dirigeant soudanais.

L'opposition, en général, des pays africains aux poursuites de la CPI, résulte du fait que cette  justice internationale censée jouer un rôle d'arbitraire, applique une sorte de persécution judiciaire de façon sélective,sous l'influence des puissances occidentales, qui  attisent les conflits ici et là et reviennent sous d'autres formes en  donneurs des léçons.

Ainsi, le front commun de l'Egypte et du Sénégal  contre la CPI, est légitime dans la mesure où celle-ci est sous la coupe réglée des Etats nébuleux comme la France, les Etats-Unis d'Amériques et consorts.



Makaila Nguebla