Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Ley-Ngardigal : " ACTUS s'appelle désormais ACTUS/PRPE"



Le Docteur Ley-Ngardigal, secrétaire général du parti ACTUS/PRPE, s'entretient avec Tchadoscopie. Il nous livre en exclusivité la nouvelle de la mise en place d'un parti rénové appelé ACTUS/PRPE dont il est naturellement le Secrétaire général. Docteur Ley-Ngardigal revient en outre sur leurs différends avec l'ancien Premier ministre Fidel Moungar et son ami Ahmat Yacoub. Il rappelle également que face à l'intransigeance du Président Idriss Déby Itno et à sa confiscation du pouvoir par les armes, les peuples opprimés n'ont d'autre choix que le combattre par les armes pour recouvrer leur liberté. Il donne enfin son avis sur les rapports franco-tchadiens et le conflits entre le Tchad et le Soudan.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Entretien avec Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum,
Secrétaire Général de l' ACTUS
/ PRPE

(Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et  Écologique)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

                                  

Tchadoscopie (Tdpie) : Dr Ley-Ngardigal. Que vous inspire cette nouvelle donne politique avec la nomination du Président du RFC à la tête de la coalition des mouvements politico-militaires ?

Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum (LND) : Cher compatriote,je vous remercie infiniment de m’accorder  la tribune du site internet, Tchadoscopie pour répondre à votre interview.

Je profite de votre tribune pour annoncer solennellement la décision prise par la conférence extraordinaire de notre Parti du 2 au 4 février 2009 à Amiens, du changement de dénomination de l’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme (ACTUS) s’appellera désormais: Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique (ACTUS / PRPE).

Le prochain Congrès de Lyon entérinera  d’importants documents élaborés pendant cette rencontre.

Revenons à notre entretien.La désignation de Monsieur Timane Erdimi à la présidence de l’Union des Forces de la Résistance (UFR) est un acte de realpolitik aux ramifications nationales et internationales.Nous lui adressons nos vives félicitations pour son élection et lui souhaitons plein succès dans la lourde tâche qui est celle d’anéantir le dictateur Déby et son régime afin de poser les jalons d’un Tchad véritablement démocratique et de justice sociale. Cette nouvelle donne est un immense soulagement pour les masses populaires, suppliciées du tyran Déby depuis 18 ans. En effet, l’absence d’une véritable unité et de programme politique des Forces de résistance nationale d’une par, et  la désignation dûment constatée d’un Président d’autre part, ont été à l’origine du retrait de la capitale des patriotes résistants en Février dernier. Aujourd’hui, ces entraves sont levées. Nous assisterons alors à  la prochaine  et foudroyante victoire de l’UFR sur la soldatesque du dictateur Déby.

Notre Parti, l’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme/Parti Révolutionnaire Populaire et Ecologique (ACTUS/PRPE) et nous-même approuvons cette décision prise par les sept(7) autres Leaders des Forces de Résistance membres de l’UFR en l’occurrence le Général Mahamat Nouri,Président de l'Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD),le Colonel Ahmat Hassaballah Soubiane, Président du  Front pour le salut de la République (FSR),Mr.Abderaman Koulamallah Président de l'Union Démocratique pour le Changement(UDC),Mr.Abdelwahid Aboud Makaye,Président de l'Union des Forces pour la Démocratie et le Développement-Fondamentale (UFDD-F),le Colonel Adoum Hassabalah,Président de l'Union des Forces pour le Changement et la Démocratie (UFCD), le Colonel Adoum Yacoub Koukou,Président du Front Populaire pour la Renaissance Nationale (FPRN) et Mr.Acheick Ibn Oumar Président du Conseil démocratique  Révolutionnaire (CDR).

Nous tenons également à féliciter ces Leaders pour avoir réussi à surmonter leurs divergences suicidaires, en mettant en priorité l’intérêt national sur les ambitions individuelles, permettant ainsi de désigner le Président de l’UFR.

Tdpie : Pourquoi le dirigeant d'un parti politique (ACTUS) que vous êtes soutient sans réserves la lutte armée ?

 

LND:Notre Parti,l’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme/Parti Révolutionnaire Populaire et Ecologique (ACTUS/PRPE) et nous-mêmes sommes demeurés constants dans notre analyse politique et notre soutien sans réserves aux Forces de résistance nationale  qui assènent des coups à la soldatesque du tyran Déby. Nous ne faisons pas l’apologie de la guerre car ce sont des Tchadiens qui tombent des deux côtés. Cependant, le peuple tchadien, victime d’un tyran criminel a le droit de recourir aux armes pour se libérer. La guerre des Patriotes de l’UFR est une guerre légitime car c’est de la légitime défense reconnue par les lois de tous les pays mais par  la Constitution du Tchad dans son préambule.

Nous avons été à l’initiative ou partie prenante de certaines démarches afin de trouver une solution pacifique à la tragédie que vit notre pays. Permettez-moi de vous faire une brève rétrospective de celles-ci :

- Nous avons été en 2002 Commissaire aux Relations Extérieures de la Coordination des Mouvements Armés et Partis politiques (CMAP). A ce titre, nous avons dirigé une délégation de cette coalition de 13 Mouvements à N’Djaména.Nous avons transmis au dictateur Déby un solide projet d’une Conférence inclusive de paix qui est demeuré lettre morte.

- En mars 2006 à Paris, la Conférence  des Mouvements politico-militaires, des Partis politiques et de la Société civile a crée le Comité chargé de l’Organisation de la Conférence Inclusive de Paix(COPORT).Notre élection à la présidence de cette structure nous a permis d’effectuer de nombreuses démarches auprès des partenaires internationaux  du Tchad afin de favoriser la tenue d’une Conférence inclusive de paix. 

- En Août 2007, sous l’égide du Président Goukouni Weddeye, nous avons pris part aux travaux du Groupe de Libreville à l’initiative du Président gabonais, Omar Bongo Odimba. La délégation dirigée par le Président Goukouni Weddeye a effectué un aller-retour de quelques heures à N’Djaména pour soumettre à Déby un projet d’une Conférence inclusive de paix. 

Ces trois démarches auxquelles nous avons été parties prenantes n’ont jamais été acceptées  par le dictateur Déby. Au demeurant, rappelons que plusieurs dizaines de missions de paix antérieures initiées par d’autres organisations politiques ont été elles aussi balayées d’un revers de la main par le tyran,et enfin,un certain nombre de Leaders de Partis de l’opposition ayant franchi le pas pour signer des accords séparés de paix ont été tous assassinés à leur retour au pays.

Le constat et les conclusions sont sans appel : le dictateur Déby s’obstine à refuser toute Conférence inclusive de Paix. Il est par conséquent le premier responsable de la tragédie  dans laquelle il a plongé le Tchad et continue de le maintenir dans ce chaos.

Face à un criminel invétéré qui refuse toute solution pacifique,  qui ne prône que le langage des armes dont lui-même s’en vante d’avoir pris le pouvoir par les armes, et ne pourrait être détrôné que par les armes. Les masses populaires embastillées et torturées  collectivement n’ont pas d’autres alternatives que celle de recourir aux armes pour assurer leur légitime défense et leur survie.

Cher compatriote de Tchadoscopie,vous comprenez que notre soutien inconditionnel et constant depuis plusieurs années aux Forces de résistance nationale, bras armé du peuple est  par conséquent  justifié,  légitime et rationnel.

Certains adversaires de la lutte armée afin de discréditer les  patriotes résistants avancent les arguments fallacieux selon lesquels les Leaders des Forces de résistance étaient des Généraux et ex-proches du régime MPS de Déby. Nous pensons que de  telles assertions seraient contradictoires à la dynamique et à l’évolution d’une société dont ces personnes sont membres. Au nom de quelle logique et de quel principe devrions-nous exclure les anciens collaborateurs du tyran Déby qui ont pris leur distance avec lui en rejoignant les Forces de résistance pour le combattre militairement ? Ce sont de facto nos alliés car ils courent les mêmes risques que ceux qui n’appartenaient pas au MPS.

La plate-forme minimale implorée par le peuple martyr du Tchad est de se débarrasser en premier lieu par tous les moyens du dictateur Déby.

L’histoire nous enseigne que le Président Nelson Mandela avait pardonné aux bourreaux blancs de l’Apartheid, ceux-là même qui l’avaient incarcéré et torturé pendant 28 ans dans sa cellule.Il réussit ainsi à rétablir la paix sociale permettant de reconstruire ensemble la nation arc-en-ciel d’Afrique du Sud. Nous pensons qu’il faudrait aussi après la prochaine foudroyante victoire de l’UFR, à l’instar de  l’Afrique du Sud, créer une Commission vérité et réconciliation afin de panser les plaies baillantes de la haine et des rancœurs accumulées pendant des décennies.

Les vengeances entre les communautés nationales seraient une réaction en chaîne incontrôlable et qui conduiraient le pays vers l’abîme car il n’y aurait ni vainqueurs, ni vaincus.

Regardez autour de vous et vous constaterez que certains Officiers, Hommes politiques ou Cadres…ont été  pendant leurs parcours des proches du PPT-RDA et MNRCS du régime de Tombalbaye,d’autres ont collaboré avec le CSM du Général Malloum,le GUNNT du Président Goukouni, l’UNIR du Président Habré enfin il existe des inoxydables qui ont traversé toutes les époques : ils ont collaboré avec tous les différents régimes. Ces véritables dinosaures de la vie politique tchadienne inhibent pourtant l’émergence des nobles aspirations du peuple et de sa jeunesse engagée. Si nous pratiquons l’exclusion systématique, il est évident qu’il ne restera pas grand monde pour bâtir le Tchad. Il faudrait se surpasser pour contribuer à la renaissance de notre pays. Le Peuple martyr attend plutôt de la repentance  de ces derniers  que de la vengeance.

Les réserves suscitées par la nomination de Mr.Timane Erdimi à la présidence de l’UFR sont compréhensibles. Cependant, pourrait-on refuser de se soumettre à cette décision adoptée démocratiquement par la majorité des premiers concernés, en l’occurrence les Leaders, membres de l’UFR? Le Général Nouri aurait lui-même proposé la candidature de Mr.Timane Erdimi. Ne serait-il pas  irrationnel d’affirmer que tous les Leaders auraient été atteints collectivement de cécité politique  pendant cette  séance de travail? Nous ne le pensons pas car la sagesse aurait  prévalue,  nous semble t-il chez ces responsables de l’UFR. Enfin,le délai de grâce accordé à tous les nouveaux dirigeants politiques dans le monde ne devrait-il pas prévaloir aussi pour  le Président de l’UFR , Mr.Timane Erdimi ?

Ce n’est qu’après ce délai de grâce et à la lumière des actes pertinents posés par ce dernier que l’on pourrait logiquement condamner, désapprouver ou approuver cette  désignation à la présidence de l’UFR.

Nous devrions plutôt et logiquement être soulagés qu’enfin les huit (8) Leaders aient désigné un Président  de l’UFR.C’était le point  capital dont l’absence faisait la faiblesse des Forces de résistance nationale et garantissait, par ailleurs, la survie au pouvoir du dictateur  Déby.

 

Tdpie : Docteur Ley-Ngardigal, pouvez-vous nous dire combien y a-t-il de Partis dénommés ACTUS sur la scène politique nationale ?

LND : Ceux qui ont suivi l’histoire et l’évolution démocratique de notre Parti, l’ACTUS, vous diront sans ambages qu’il existe un seul Parti : l’ACTUS.Cependant, l’ancien Secrétaire  Général de l’ACTUS, Fidel Moungar qui est, par ailleurs, exclu du Parti  au Congrès de Lyon de 1996 pour haute trahison et forfaiture continue  à se prévaloir de ce titre. Ce qui est illégitime.Les Tchadiens ont eux-mêmes commencé par utiliser les vocables de «ACTUS Ley » et «ACTUS Moungar »  pour différencier les deux pôles antagonistes.

En introduction de notre entretien nous vous avons informé du changement de dénomination de l’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme(ACTUS) qui s’appellera désormais: Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Ecologique (ACTUS / PRPE). La clarification est  donc ainsi  faite.

Quelle est la genèse de ces divergences politiques qui ont conduit à ce schisme ? Les trahisons du programme politique par Fidel Moungar, ont suscité des divergences idéologiques qui s’étaient par la suite approfondies par un soubassement tribalo-familial initié par ce dernier. Il était inacceptable  de trahir les raisons et le contenu idéologique et programmatique  qui ont conduit à la création du Parti,l’ACTUS. En résumé, nous avons combattu le comportement réactionnaire et révisionniste de Fidel Moungar. Il renie aujourd’hui sans vergogne le Marxisme-Léninisme, la révolution, le communisme dont il se faisait le chantre lorsqu’il était en dehors du pouvoir. Après avoir savouré aux fastes  du pouvoir et à son ivresse lors de son éphémère passage au poste de Premier ministre pendant environs 5 mois (le plus court règne de tous les Premiers ministres du dictateur Déby), Fidel Moungar a pris la grosse tête en  reniant notre idéologie, l’essence de notre combat politique, méprisant de plus belle les Camarades militants qu’ils qualifient  d’un air  méprisant de « Mandjagos » (Minables)…Quel opportunisme ! Le lien ci-dessous vous donnera plus d’éléments d’appréciations : http://www.tchadoscopie.com/article-23725963.html

Nous détenons aujourd’hui la légitimité démocratique,programmatique et idéologique de l’ACTUS aujourd’hui Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Ecologique (ACTUS / PRPE). Nous demeurons le gardien du temple tel que les militants l’ont  bâti sous le feu de la lutte politique. Malgré le politiquement incorrect du langage pour certains, nous tenons à réaffirmer ici avec force que notre Parti, (ACTUS / PRPE) que nous dirigeons est bien un Parti révolutionnaire communiste qui se bat pour un projet de société basée sur le socialisme scientifique. Tel a été le programme du Parti depuis sa création, il le demeure encore et le sera encore tant que persistera la lutte de classes entre la minorité impérialiste, capitaliste, bourgeoise et leurs valets locaux au pouvoir au Tchad qui oppressent la majorité des masses populaires constituées des paysans, éleveurs, ouvriers, employés...

Qui oserait encore nier qu’une minorité constituée d’individus parrainés par les puissances impérialistes, notamment la France,dominent la vie politique tchadienne depuis plusieurs décennies? Qui oserait nier qu’il existe une classe de dinosaures politiques véritables mutants qui empêchent l’éclosion de la nouvelle génération des Tchadiens et de leur vision d’un Tchad libre, indépendant, démocratique et de justice sociale? Qui oserait nier que les masses populaires tchadiennes sont exploitées, pillées, assassinées …par les régimes dictatoriaux successifs qui ont été imposés, soutenus militairement, politiquement et financièrement par la France?  A titre d’exemple citons le cas du règne dictateur Déby, qui survit depuis 19 ans grâce au soutien inconditionnel et multiforme de la France. En Avril 2006 et Février 2008, les combattants patriotes des Forces de Résistance Nationale avaient pris d’assaut la capitale N’Djaména.Le tyran a été sauvé in extremis par les interventions des troupes françaises. 

Qui oserait enfin nier que la paupérisation des masses populaires tchadiennes évolue exponentiellement  d’année en année  et que jamais de mémoire de tchadien, le pays tout entier serait à la limite du chaos? Qui oserait nier que les milliards de FCFA  engrangés par la vente du pétrole ont été pillés par le tyran et  ses sbires ?

Ce régime est  criminel, il doit être anéanti le plus tôt  que possible. Nous lançons ici un appel solennel à toutes les Forces de Résistance Nationale  de  s’unir dans un élan patriotique et nationaliste afin de libérer les masses populaires du dictateur Déby.

Tdpie : Entre vous et l'ancien Premier Ministre Fidel Moungar, qui est le président légitime de l'ACTUS ?

 

LND : Permettez-moi de rectifier votre question: Les statuts officiels de l’ACTUS (aujourd’hui,ACTUS / PRPE)  ne présentent pas d’organigramme avec une présidence mais un Secrétariat Général.

Nous avons expliqué depuis de nombreuses années dans tous les écrits de notre Parti, l’ACTUS, le problème de légitimité. Nous avons été démocratiquement élus pour la première fois, Secrétaire Général de l’ACTUS en 1996 au Congrès de Lyon, suivis de trois autres élections. Ce Congrès qui fut présidé par le Camarade Mbaïpor Ndoubaye André de Lyon est un tournant historique du Parti. La légitimité  est incontestablement de notre côté. Mr.Fidel Moungar qui s’autoproclame démocrate, n’en est pas un car il refuse de reconnaître le verdict des urnes.

Comment  celui qui se réclame de démocrate refuse t-il d’appliquer le verdict des militants ? Comment pourrait-il favoriser la démocratie au Tchad alors qu’il en est allergique et incapable de l’appliquer au sein d’une petite structure de Parti comme l’ACTUS ? Le fait d’avoir été dans des conditions douteuses puis imposé (à la CNS de 1993 au détriment de Hel Bongo) par le dictateur Déby au poste de Premier ministre, donne t-il le droit  d’être Secrétaire Général à vie du Parti ?

Ce comportement de Fidel Moungar présenterait des similitudes avec la culture dictatoriale des dirigeants africains qui tripatouillent les Constitutions afin de s’éterniser à vie  au pouvoir. 

Au demeurant, rappelons que Fidel Moungar est l’un des nombreux Premiers ministres collectionnés par le dictateur Déby et dont le règne fut le plus court à peine six mois. Mais qui paradoxalement s’en vante à tout vent ! La modestie et l’humilité sont inconnues dans la culture de ce personnage, affirment  tous les   Tchadiens qui l’ont côtoyé !  (Cf : http://makaila.over-blog.com/article-19033095.html)

 

Tdpie Vous êtes aussi connu pour être fréquemment en bisbilles avec votre ami Ahmat Yacoub Dabio. Pouvez-vous nous éclairer sur le différend qui vous oppose au Directeur du groupe Alwihda Internationale?

 

LND : Nous nous sommes connus  avec Mr.Ahmat Yacoub Dabio pendant les périodes de la création de la CMAP, du COPORT et à la Rédaction d’Alwihda où je fus rédacteur en Chef.

Au retour de la délégation de la CMAP de NDjaména,Mr.Ahmat Yacoub Dabio a déployé une batterie d’intrigues pour s’accaparer de la direction du Mouvement ou de le détruire. Il a appliqué la même stratégie afin de s’accaparer de la direction du COPORT ou dans le cas échéant de l’atomiser.

Je constatais déjà au sein de la rédaction d’Alwihda que ce dernier publiait régulièrement des articles qui affaiblissaient  les Forces de Résistance Nationale. De mon côté, je faisais le contraire : l’apologie des patriotes résistants était ma préoccupation. Cette divergence  a conduit naturellement à ma démission d’Alwihda.

Nous vous conseillons de lire les détails de notre interview accordée à votre confrère de Ialtchad. (Cf : http://www.ialtchad.com/interview.htm)

De nombreux articles  parmi lesquels la longue série des révélations de Mr.Tokinon Gong Alphonse a ravi la palme d’or  d’investigations policières. C’est ainsi que ce détective hors pair nous a livré des détails croustillants  sur les activités macabres de l’agent espion, en l’occurrence Mr.Ahmat Yacoub qui a les références suivantes  sur la liste des Membres de l’Agence Nationale de Sécurité(ANS),la redoutable Police politique du dictateur Deby :           Son numéro matricule est le 11472; Son nom de code : Wara. 

Ces articles et notamment ceux de Tokinon Gong Alphonse ont été publiés par plusieurs sites tchadiens dont  le notre « Tchad Espoir » où je suis Rédacteur en Chef  (Web: http://www.tchadespoir.net    E-Mail: contact@tchadespoir.net)

Ma démission d’Alwihda pour les raisons susmentionnées, a été précédée par celles  de Messieurs Baboye Thiam ,Bourma Daoud,Dr Albissaty, puis plus tard par celle de Maikaïla Nguebla…Comment expliquer  que cet homme provoque t-il autant d’inimité de différents horizons ?

Enfin, il y a quelques mois vous avez constaté la  genèse d’une alliance contre nature « Anti-Ley » constituée d’Ahmat Yacoub-Moungar-Kébir-Nodjiadjim Ndoh. Des propos orduriers et diffamations d’une rare bassesse humaine ont été écrits.

Un honorable père de famille, titulaire d’un Doctorat de Biochimie-Biologie de l’Université de Nancy (à l’Est de la France), aujourd’hui Professeur de Biochimie-Biologie et vivant avec sa famille dans un pavillon, est qualifié de clochard et autres insanités par Mr Mohammed Kébir.

Tous les Tchadiens qui connaissent ma famille ainsi que tous les Camarades africains et européens pourraient  témoigner contre ces mensonges. La déclaration de l’ACTUS sur le lien suivant vous donnera d’amples informations à ce sujet. (Cf : http://www.toumai-tchad.com/article-23678482.html)

Quel crédit pourrait-on accorder à une telle alliance et notamment à l’auteur de ces minables mensonges  qui n’ont rien d’un débat politique digne et civilisé ? 

Tdpie : Que pensez-vous de la présence des troupes françaises au Tchad, de la coopération entre les deux pays  et de l’Union Africaine (UA)?

LND : Notre Parti, l’ACTUS / PRPE a réaffirmé dans toutes ses déclarations  et ce, depuis plusieurs années notre farouche opposition à toute présence militaire étrangère sur le territoire nationale. Nous avons par conséquent exigé la fermeture immédiate et inconditionnelle de toutes les bases militaires françaises au Tchad. C’est une question de souveraineté  et de sécurité nationale.

Le Général De Gaulle en son temps avait exigé la fermeture de toutes les bases américaines de France pour les mêmes raisons. Pourquoi ne doit-on pas reconnaître à notre Peuple ce même droit ?

Ces  bases et leurs troupes n’ont jamais aidé à bâtir un quelconque début  de  démocratie au Tchad. Au contraire, elles ont permis d’imposer, de maintenir par la force et de consolider les dictatures. C’est le cas du tyran Déby que nous évoquions plus haut.

La coopération entre les deux pays doit respecter les intérêts mutuels. Pour le Tchad la coopération française devrait être avant tout au service du développement social des masses populaires(santé et éducation)et aider à la construction des infrastructures (routes, ponts, logements…). Il est intolérable qu’elle serve les intérêts d’un certain milieu permettant d’asservir davantage le pays. Notre Parti affirme  qu’il est un devoir pour notre Peuple de renégocier les termes des accords de coopération qui sont anachroniques car issus de la Françafrique ou du colonialisme français des temps modernes.

L’aberration de l’existence de la zone franc dans le pré-carré d’Afrique à nos jours doit être examinée  en accord avec les autres  partenaires de la sous-région de la CEMAC. La création d’une monnaie  africaine, d’une défense commune africaine sont autant de sujets  qui doivent orienter les pensées des nouvelles générations africaines et tchadiennes.

Il est temps de passer à la vitesse supérieure afin de concrétiser la création des Etats-Unis d’Afrique (EUA),vieux projet initié par Khrumah puis renforcée par le Colonel Kadhafi à la conférence de l’OUA de Syrte en 1999. A défaut de la création des Etats-Unis d’Afrique au sein de cette mondialisation néolibérale, notre continent risquerait d’être réduit en esclavage voire disparaître du concert des nations-continents. 

Tdpie: Que direz-vous des relations entre le Tchad et le Soudan ?

LND : C’est un pléonasme d’affirmer que le dictateur Déby est le géniteur  du mouvement rebelle soudanais, le MJE du Dr Khalil.Les rapports des ONG humanitaires et celui de la mission de l’ONU au Darfour en 2006 incriminaient le régime tchadien. Le MJE fut crée en février 2003 par le dictateur Déby, tandis que les différentes Forces de Résistance Nationale  contre le régime tchadien ont pris naissance sur tout le territoire depuis les années 90. L’antériorité des mouvements politico-militaires tchadiens démontre à suffisance les mensonges et autres manipulations, de l’opinion internationale  par le dictateur Déby selon lesquelles le Soudan a créé  ces Forces de Résistance Nationale tchadienne.

Toujours selon ces mensonges, ces anciens Officiers, Ministres, Diplomates, Administrateurs tchadiens connus de tous et qui exerçaient, il y a encore quelques années, dans l’administration du tyran Déby, sont qualifiés aujourd’hui de mercenaires soudanais par ce dernier. Le Général Mahamat Nouri,Président de l'Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD),le Colonel Ahmat Hassaballah Soubiane, Président du  Front pour le salut de la République (FSR),Mr.Abderaman Koulamallah Président de l'Union Démocratique pour le Changement(UDC),Mr.Abdelwahid Aboud Makaye,Président de l'Union des Forces pour la Démocratie et le Développement-Fondamentale (UFDD-F),le Colonel Adoum Hassabalah, Président de l'Union des Forces pour le Changement et la Démocratie (UFCD), le Colonel Adoum Yacoub Koukou,Président du Front Populaire pour la Renaissance Nationale (FPRN) et Mr.Acheick Ibn Oumar Président du Conseil démocratique  Révolutionnaire (CDR)...sont pour le tyran Déby des mercenaires soudanais. Quelle honte pour un Chef d’Etat de se livrer à ce genre de mensonges de petits écoliers !

Le lobby impérialiste anti Al-Bachir utilise tous les moyens dont celui du problème de Darfour afin d’occulter le génocide programmé du peuple tchadien en cours d’exécution depuis 19 ans par la petite créature maléfique d’Idriss Déby, soutenue et défendue par ce même lobby qui est aphone et aveugle au drame tchadien.

Le peuple martyr du Tchad en a assez de cette hypocrisie internationale car c’est bien le dictateur Déby qui est à l’origine du problème du Darfour et de la tragédie tchadienne. C’est lui qui continue d’agresser le Soudan et  d’exterminer son propre peuple. C’est plutôt lui que le TPI devrait traduire en justice pour crimes contre l’humanité au Darfour et au Tchad.

Cher compatriote, de ce qui précède, il est évident que les relations entre le Tchad et le Soudan ne se normaliseront qu’avec le prochain anéantissement du régime de Déby par l’UFR. Enfin, pourquoi les patriotes résistants doivent-ils renoncer à l’aide que lui apporterait le Soudan pour notre  lutte de libération alors que le tyran bénéficie de l’aide inconditionnelle, illimitée et multiforme de la France ? Le Peuple tchadien doit appliquer la loi de talion qui est la légitime défense pour sa survie.  

 

Tdpie : Fidel Moungar  se déclare Candidat au présidentielles en 2011.  Le seriez-vous aussi ?

LND :  A l’heure où le Peuple tchadien  est assassiné par le dictateur Déby, où des milliers de Tchadiens  meurent de maladies, de famine, à l’heure où les jeunes  et enfants ne vont pas à l’école…,nous estimons que de telles déclarations sont incongrues. Elles sont une insulte intolérable pour notre Peuple.La lutte politique pour Fidel Moungar est incontestablement un moyen pour assouvir ses ambitions personnelles pour la conquête du pouvoir.

A votre question de savoir si je serai Candidat, je vous rassure que cette idée n’effleure pas mon esprit. Nous pensons d’abord  comment notre Parti,

l’ACTUS / PRPE  pourrait contribuer à la chute immédiate du dictateur  Déby puis  comment procéder à la matérialisation du projet de société qui permettrait de procurer le bien-être social à la population.


LND : Permettez-moi de vous faire observer que notre Parti n’est pas au pouvoir. Cependant, dans cette éventualité, une plate-forme politique minimale et un  programme commun avec d’autres partenaires politiques seraient établis. N’anticipons pas les choses. Notre priorité actuelle et objective est le devoir de mobiliser toutes les énergies afin d’anéantir le dictateur Déby grâce aux Forces de Résistance Nationale de l’UFR et autres.

La période transitoire déterminera les règles des élections démocratiques et transparentes. Le Manifeste de l’UFR, pour lequel nous avons été parmi les premiers à apporter notre soutien, est déjà en soit, un programme politique minimal.

Nous profitons néanmoins de la tribune de Tchadoscopie  pour informer le Peuple tchadien que notre Parti possède un projet de société conforme à ses besoins élémentaires. Les éléments de ce programme que nous souhaiterions appliquer immédiatement dès la première année si notre Parti avait l’opportunité d’assurer cette lourde  responsabilité de pouvoir seraient  la réalisation  de :

1- La révolution de calories : le peuple doit manger à sa faim en qualité et en    quantité. Chaque citoyen doit avoir ses 2300 calories par jour de nourriture.

2- La révolution de l’eau : chaque famille doit avoir de l’eau potable pour sa consommation.

3- La révolution de santé: Généralisation des centres de santé de soins primaires gratuits dans  toutes les communautés urbaines  et  de campagnes. 

4- La révolution de l’éducation: Alphabétisation gratuite massive et généralisée des populations surtout de celles des campagnes. Création d’internats scolaires et de résidences universitaires et augmentation des bourses d’études.

5- La révolution énergétique : fournir à la population de l’énergie en mettant en valeur les énergies écologiques et renouvelables (solaire, éolienne, géothermie et biomasse)

6- La révolution de l’habitat : l’Etat doit aider à loger décemment chaque famille dans des constructions issues de matériaux écologiques locaux et peu onéreux.

7- La Révolution économique : contrôle des secteurs clés de l’économie nationale par l’état.

 

Nous ne prétendons nullement tout résoudre en un temps record. Cependant, notre détermination  et conviction soutenues par la volonté d’un Peuple qui y trouve ses conditions de vie améliorées, viendraient à bout de la misère en devenant l’architecte le bâtisseur et le mécène de ce projet.

 

Tdpie : Le site internet de la Présidence du Tchad rapporte  les activités de l’ACTUS de Moungar .Quelle est votre opinion sur  ce sujet ?

LND : Le site d’un gouvernement dictatorial qui fait l’éloge des activités d’un Parti qui se proclame de « l’opposition », c’est une aberration. Le site Tchadactuel généralement bien informé sur les sujets du Palais Rose a affirmé dans sa livraison du 11 février que le dictateur Déby a financé l’installation des cellules du Parti« ACTUS-Moungar » au Tchad .Cela prouve que Fidel Moungar n’est pas un véritable opposant. C’est un collabo du tyran. Il appartient plutôt à la mouvance présidentielle du dictateur Déby. Par conséquent  son parti « ACTUS Moungar » n’a rien de commun avec l’authentique Parti révolutionnaire de l’opposition radicale, ACTUS (aujourd’hui ACTUS/PRPE) dont nous sommes Secrétaire Général et les dignes héritiers de cette tradition révolutionnaire communiste, Marxiste Léniniste et écologique.

Le récent séjour à Khartoum de Fidel Moungar serait une preuve supplémentaire de ses accointances avec le dictateur Déby. Il a été le petit facteur et télégraphiste du tyran auprès des patriotes résistants de l’UFR.

De tous les Leaders de l’opposition démocratique, Fidel Moungar est le plus farouche opposant  à la lutte de libération nationale des patriotes résistants. Alors  quel crédit donner à une telle mission commandée par un tyran à son fidèle allié ?

Le mépris et la haine  de Fidel Moungar contre les Forces de Résistance  Nationale qu’il accable quotidiennement d’injures ont été confirmés par les FPIR dans leur lettre ouverte du 15 février 2009 à ce dernier :« nous adhérons de façon péremptoire à la vision politique des responsables des mouvements rebelles de l’Est que vous traitez de tous les noms d’oiseaux. » (Cf : Web: http://www.tchadespoir.net ) .

Avoir une telle haine  pour assouvir ses ambitions de pouvoir  au détriment de ceux qui sacrifient leur vie pour la libération nationale, est  intolérable. C’est un crime. Partant de ce constat, Fidel Moungar aurait reçu la mission du dictateur afin de démobiliser la dynamique de la libération enclenchée depuis la création de l’UFR. Sa mission de Khartoum  aurait pour objectif  de débaucher une partie de l’UFR pour un accord séparé de paix avec le tyran Déby, provocant de facto l’atomisation de cette dernière. Pour le Dictateur Déby et son allié, il faudrait à tout prix  sauver le régime qui  vit depuis la création de l’UFR sous la hantise d’être anéantie sous un déluge de feu des patriotes résistants.

Tdpie: Dr Ley-Ngardigal d’où tirez-vous cette énergie intarissable pour votre militantisme et activisme ? Pourquoi cette fougue révolutionnaire ?

LND : Trouvez normal que les braves paysans et éléveurs tchadiens qui travaillent durement durant leur existence continuent de vivre dans des conditions extrêmes  et dans la misère ? Où sont les fruits de leur travail ? Ils sont exploités par la minorité dominante et alliée de l’impérialisme capitaliste.

Trouvez-vous normal que les richesses naturelles (coton, bétails, pétrole…) du Tchad exportées et qui rapportent des milliards de FCFA ne profitent pas aux populations dont la paupérisation évolue en croissance exponentielle ? Trouvez-vous normal qu’une poignée de prédateurs s’accaparent  du pays, pillent ces richesses, maintiennent la majorité en esclavage et vivent comme des princes ? Trouvez-vous normal que les employés  sont  incapables d’acheter  des stylos et cahiers pour la scolarisation de leurs enfants,  d’acheter des comprimés d’aspirine pour soigner un mal de tête ? Vous voyez, cher compatriote, la liste des conséquences  de la domination de notre pays par l’impérialisme et leurs valets locaux comme Déby qui nous sont imposés, est non exhaustive.

J’ai horreur de l’injustice imposée par cette classe minoritaire aux masses populaires tchadiennes. Vous comprenez, pourquoi j’ai le devoir de combattre de toutes mes forces cette injustice. J’ai une conviction inébranlable, celle de combattre par tous les moyens, les injustices dont les Peuples tchadiens, africains et les travailleurs du monde entier sont victimes. Cette détermination nous alimente en énergie combative. Notre vision d’une société socialiste guidée par la pensée révolutionnaire communiste nous a valu d’être qualifié « d’enfoiré bolchevick »par un de nos adversaires politiques. Ne serait-il pas plus positif que le débat politique tchadien tourne autour des idéologies et des projets de sociétés  et non sur des considérations tribales et /ou  confessionnelles ?

Ma fougue révolutionnaire est ma certitude que la lutte de classe définie par Karl Marx dans le Manifeste du Parti Communiste est toujours d’actualité. 

Tdpie : Dr Ley-Ngardigal, ne pensez-vous pas que le communisme a disparu et que ce terme fait peur aujpurd’hui ?

 

LND : J’affirme que la révolution communiste est toujours d’actualité. Cher compatriote, pourriez-vous nier que les braves paysans, ouvriers, éleveurs, employés tchadiens…ne sont pas exploités ? Pourquoi ne connaissent-ils pas le bien-être social  alors qu’ils travaillent durement durant leur vie.

Ces termes ne doivent pas faire peur car cette réalité de la lutte de classe "saute aux yeux de tous ceux qui prennent le soin de voir la vérité en face. Les révolutions d’inspiration communiste, marxistes-léninistes qui triomphent ces dernières années en Amérique latine : au Venezuela avec Hugo Chavez, en Bolivie avec Evo Morales, au Nicaragua avec Daniel Ortega, en Équateur avec Correa ou d’inspiration

progressiste de gauche : Lula au Brésil, Tabaré en Uruguay, Bachelet au Chili…sont autant de symboles du triomphe du système socialiste.

Le néolibéralisme ou le capitalisme a causé des dégâts incommensurables dans  les sociétés: les peuples se sont révoltés contre ce système et aspirent au socialisme.

La crise financière mondiale actuelle est le résultat du capitalisme. Les dirigeants des principaux pays capitalistes du G7ont eu recours aux recettes économiques du socialisme et du communisme, qu’ils fustigeaient naguère, c'est-à-dire à l’intervention directe des Etats dans les  économies libérales. N’est-ce pas là un aveu de la faillite du système capitaliste ? C’est une  preuve de la vivacité du socialisme plus efficace et apte à résoudre les problèmes sociaux des communautés humaines que le capitalisme et ou le néolibéralisme? 

Tdpie : Dr Ley-Ngardigal, quel serait votre mot de la fin au Peuple tchadien ?

LND : Nous avons le droit à l’instar de  tous les autres Peuples du monde de vivre dignement et humainement. Nous avons le devoir de nous battre par tous les moyens y compris militaires contre tous les oppresseurs et exploitateurs qui nous maintiennent dans la servitude.

Merci Docteur Ley-Ngardigal

Tchadoscopie

 

Tdpie: Quelles seraient les premières mesures  si votre Parti, l’ACTUS / PRPE venait à exercer un jour le pouvoir?