Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Dans la lutte contre le paludisme, la Gambie fait figure de bon élève. Engagée dans un combat sans merci contre ce fléau depuis le début des années 2000, elle commence à récolter les fruits de ses efforts : le palu est tout bonnement en chute libre dans le pays.

 

Déjà l’an passé, le « Partenariat faire reculer le paludisme »  dressait un bilan flatteur des actions entreprises dans le pays.  Et pour cause, les autorités sanitaires locales ayant bien compris que seule la combinaison de plusieurs armes pouvait venir à bout de la maladie : distribution massive de moustiquaires imprégnées d’insecticide et introduction des nouveaux traitements combinés  en remplacement de la chloroquine, de moins en moins efficace. Sans oublier la formation de personnels soignants qualifiés, capables de quadriller l’ensemble du territoire.

 

Entre 2000 et 2008,  le nombre de décès a diminué de 90% dans de nombreuses régions. Ce constat est vraiment encourageant estime le Dr David Conway de la London School of Hygiene and Tropical Medicine. A tel point que nous envisageons désormais de retirer la Gambie de la liste des pays où le paludisme est endémique.

 

Cet exploit laisse espérer une maîtrise réelle de cette maladie qui fait des ravages : plus d’un million de personnes en meurent encore chaque année à travers le monde. Et comme trop souvent, l’Afrique lui paie le plus lourd tribut, avec 800 000 enfants de moins de 5 ans décédés en 2006