Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Aux yeux des membres qui forment ce qu'on appelle "la communauté internationale", seuls, les organisations de la société civile et les partis politiques légalement constitués, demeurent des interlocuteurs privilégiés dans le cadre de processus, de renforcement ou d'enracinement de culture démocratique en Afrique.

Mais force est de constater,depuis quelques années, les régimes les plus réfractaires et allergiques à la démocratie, ont verrouillé hermétiquemet l'espace politique et des libertés publiques pour marginaliser les voies indépendantes de s'exprimer sur l'échiquier politique national à égalité de chance pour le triomphe  de l'alternance démocratique.

Le cas  du Tchad, illustre bien le contexte,  anime notre réflexion et préoccupation.

 Une  telle situation de désillusion a conduit les uns et les autres ne plus croire  à une alternance politique paisible dans le pays pour ouvrir libre cours à l'émergence des mouvements  militaro-politiques, ici et là, dont les exigences s'articulent autour  de plus de démocratie et de transparence face aux régimes les plus impopulaires et contestés un partout.

Malgré,  plusieurs faits  dénoncés et  soutenus,  reprochés à l'enontre du régime tchadien, généralement relayés à l'étranger par des organisations indépendantes les plus sérieuses,  il nous est permis de constater une certaine léthargie voire une indifférence de l'opinion internationale vis-à-vis de la crise tchadienne et sa complexité.

Pourquoi?

C'est parce que d'aucuns nous disent  que l'expression armée reste violente, peu crédible et ne peut être une alternance sûre dans le temps.Aussi, nous affirment, certains analystes politiques étrangers, la voie armée conduit souvent à des réglements de comptes continus et des revanches sans cesses entre les différents compagnons de lutte.


Le peuple tchadien, qui appelle  de son voeux à un véritable  processus démocratique dans le pays, a attendu longtemps la siréne des répondants sur le plan africain et international à même de  transmettre  ses aspirations démocratiques.


Voilà, c'est pour toutes ces raisons, que l'expression armée est perçue comme une démarche censée ouvrir les voies obstruées pour l'épanouissement réel d'une démocratie effective  au Tchad.

Néanmoins, les Tchadiens pensent que cette démarche n'est guère irréversible, si et seulement si des partenaires étrangers soucieux de l'avenir de ce pays, tentent de  convaincre les parties en conflit, de s'assoir pour dialoguer, en vue d'une sortie pacifique de la crise, en priorisant,  le  language de la raison en lieu et place des rapports armés violents et meurtriers.


Nguebla Makaila