Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

 Le Tchad présente une instabilité institutionnelle récurrente depuis une vingtaine d'années. Depuis 1975, date du premier coup d'Etat, le pays est gouverné par des groupes militaires et paramilitaires. Le régime actuellement au pouvoir est confronté au défi de la démocratisation dans un système fragile et désorganisé.

La Conférence Nationale Souveraine (CNS) censée en jeter les bases en 1993, est présentée comme un rite d'initiation et de passage à la démocratie. Espace de négociation, cette conférence a pu proposer des alternatives à la violence et la reconquête de certains droits, mais elle reste une entreprise de démocratisation « par le haut » et le problème de sa représentativité quant aux différentes factions rebelles reste posé. Pensée comme étape préliminaire, la CNS a donné lieu à une phase de transition aux objectifs de réformes et de réorganisation louables mais peu entrés dans les faits. La démocratisation reste dépendante de l'aide extérieure, notamment française, et le multipartisme demeure fragile. Dans l'attente d'élections, l'opinion voit dans les associations de la société civile les meilleurs acteurs de la démocratie.
Par ailleurs, on assiste à un phénomène de regroupement politique sur des bases ethniques.


R. TORIAIRA