Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Lettre Ouverte au Président de la République du Sénégal Me WADE



Monsieur le Président,

Dans ce continent martyr, où le peuple vit au quotidien la pauvreté, l’instabilité politique, les conflits, la corruption, les arrestations injustes et injustifiées, les tueries arbitraires, la cherté de la vie, le seul souci qui préoccupe tous nos dirigeants noirs est de savoir comment  modifier la constitution afin de se maintenir au pouvoir a vie. 

M. le Président,

Au moment où les sénégalais qui ont choisis de vous confier une deuxième fois le Sénégal endurent quotidiennement pour manger 1 plat dans la journée, les cadres de votre parti PDS se font la guerre et prennent en otage toutes les institutions du pays en ayant comme objectif inavoué de préparer votre succession.

Et quant à vous M. Le Président, en voulant être présent ailleurs qu’au Sénégal vous risquez sans se rendre compte dans vos déclarations et vos prises de position susceptible de détruire  l’image du Sénégal. L’exemple le plus récent est votre déclaration sur RFI par rapport au putsch en Guinée.

M. le Président,

Tous ceux ou celles qui suivent avec attention vos sorties médiatiques, et la manière par laquelle vous condamnez les putschs, la prise de pouvoir par des systèmes anticonstitutionnels ont regretté le soutien apporter au Capitaine Moussa CAMARA, alors qu’hier vous vous êtes opposez à une prise de pouvoir par les armes au Tchad, en allant jusqu’à dire le Sénégal n’acceptera jamais que des bandes armées viennent renverser un régime démocratique. Mais sans donner la position du Sénégal par rapport à l’arrestation arbitraire de l’opposant Ibn Oumar MAHAMAT SALEH, ce musulman intègre, irréprochable et père de famille qui à accepté de mener un combat démocratique dans son pays jusqu'au 03fevrier 2008 date de son enlèvement. Voilà déjà 1an que sa famille est sans aucune nouvelle de lui.

En examinant, cette condamnation de la prise de pouvoir par les rebelles tchadiens, ce silence que vous avez observé au sujet d’IBN OUMAR et ce soutien au coup d’Etat en Guinée en défendant ipso facto la junte, peut on vous prendre comme un démocrate ? Et ceux que vous avez condamné leur actes hier, accepteront ils demain votre médiation dans leur pays ? Existe-t-il un intérêt pour votre parti ou pour vous dans l’appui apporté aux putschistes guinéens ?

 

 

M. le Président,

Ce qui s’est passé en Guinée est un coup d’Etat, bien que ce peuple ait souffert 24 ans sous un régime militaire où les ressources de ce pays ne sont destinées qu’au clan Conté, cherche un changement, mais il existe une constitution et un gouvernement qui fonctionne normalement après la mort du président. Dissoudre cette constitution est un acte antidémocratique, et mérite de la part d’un vrai démocrate une sanction pure et simple.

M. le Président,

Il y a des urgences dans votre pays, des urgences telles que : l’augmentation du jour au lendemain du prix des denrées de premières nécessites, la crise énergétique récurrente qui a amené des chefs religieux à sortir dans la rue pour montrer leur ras-le-bol, élévation du taux de chômage, manque de dialogue avec l’opposition significative…     

Le combat que vous avez mené de 1974 à 2000 date de votre accession au pouvoir est inscrit dans l’histoire du Sénégal et de l’Afrique en générale. Pour cela, l’unique chose que les sénégalais attendent de vous c’est un départ du pouvoir par la voie normale.

Recevez par cette occasion mes salutations les meilleures.

 

Vive l’Afrique libre et unie

 

NB : Pour les lecteurs, cette contribution a été publiée au Sénégal par le journal Sénégalais L’observateur.sn en date du  27 janvier 2009.

 

Mahamat Saleh Abdallah KENDJI

Etudiant Tchadien à Dakar

kendjimi@yahoo.fr   77 245 53 14