Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Je réponds à la question « à qui la faute », posée dans un paragraphe de cette analyse ?

 

À qui la faute dites-vous ? La faute à nos partis politiques d’opposition africains !

Entre-nous, à quoi servent encore les mouvements politiques d’opposition en « Afrique dictatoriale » et notamment en Guinée-Conakry – puisque c’est elle qui est d’actualité – si tous les 24 ans, des putschistes doivent se relayer à la présidence, en prenant en otage le pays, au nez et à la barbe de ces fameux opposants, un pouvoir que ces derniers sont finalement incapables d’assurer au peuple.

 

Je conseille à tous les partis politiques des oppositions africaines de s’inspirer du cas de l’ANC, parti créé en 1912, et qui a su, durant les 82 longues années au cours desquelles ses dirigeants se préparaient à la prise de pouvoir, affiner un grand nombre de stratégies qui peuvent s’avérer utiles aujourd’hui à tous ces partis d’opposition africains, dont les dictateurs des pays respectifs rendent finalement l’action inutile, tellement leurs partis sont en fin de compte incapables d’assurer aux populations la prise de pouvoir qu’ils promettent à longueur de meeting aux peuple.

 

On ne le dira jamais assez : le pouvoir, ça ne se donne pas, ça s’arrache… des mains des dictateurs tels l’apartheid,… biya, bongo, sassou, déby, compaoré et consorts.

 

Tels que les partis d’opposition aux systèmes dictatoriaux ne l’intégreront pas (comme l’a fait l’ANC), ils pourront toujours divertir les peuples à longueur de rigolades…


Afriquedossier