Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Tchad : Situation confuse à l’UFCD de Hassaballah qui pourrait bien être le début de la fin


C’est un choc terrible de constater que ceux qui prétendent se battre pour la démocratie, contre la tyrannie, s’arrogent le droit à l’arbitraire en condamnant sans motiver, en exécutant sans sommation sur la place publique. C'est pourtant l'une des réalités du micmac politico-militaire au Tchad et au Darfour. Évènement.


Incompétence, ou machination, le Colonel Hassaballah organise un terrible micmac qui pourrait bien être, pour l’UFCD, le début de la fin. Surtout lorsque l’on comprend que «l’exécution publique» de Mahamat Charfadine, le jeune Leader du FNTR, a pour but de saboter les chances de la paix et renforcer le camp des supporters d’Hissène Habré.

Hassaballah le fomente depuis son logement douillet de Khartoum, mettant en mauvaise posture le Général  Fizani, qui, au maquis entre Darfour et Ouaddaî, ne partage avec  ses hommes qu’un repas par jour; ce même Fizani qui a assumé l’offensive sur N’Ndjamena de février 2008 avec les conséquences que l’on connaît.

J’ai rencontré Mahamat Charfadine à Paris, au meeting organisé par F. Moungar, ancien Premier Ministre du Tchad et leader de l’ACTUS, parti officiel de l’opposition au Président Déby. Il était alors directeur de cabinet du Colonel Hassaballah, leader de l'UFCD. Charfadine est un garçon réservé, empreint de cette pudeur que montrent les rebelles rendus candides par leur idéalisme. Je n'avais qu'une question à lui poser: "L'UFCD est elle prête au dialogue et à la négociation avec le Gouvernement de Ndjaména? La réponse est connue: il suffit pour s'en assurer de visiter le site Tchad Info.net pour y lire que l'UFCD se félicite de l'initiative de paix du Premier Ministre Moungar.



Charfadine aurait rencontré le beau-frère du Président Déby à Paris

Quelques jours plus tard, j’ai appris, toujours par Tchad-Info.net de Mohamed Kebir, l'exclusion de Charfadine pour «haute trahison». Interrogé en sa qualité de représentant de l'UFCD pour la France et l'UE, Mohamed Kebir n'hésite pas à affirmer qu'il n'a pas à exposer les faits qui sont reprochés à Charfadine, mais fait la confidence que celui-ci aurait rencontré à Paris le beau-frère du Président Déby. Surprenante réponse dans la bouche de celui qui ne cesse d'affirmer, à l'instar de Hassaballah, que le dialogue doit être permanent et inclusif. Lorsque je soulève la question des contacts téléphoniques de Hassaballah avec le président Déby, via un certain Abdelrazik Idriss (+88 216 21444488 +235 9920272), réputé proche de Déby, Kebir confirme ces contacts et les justifie par la nécessité, pour l'UFCD, de rallier à sa cause les alliés de Déby. J'en déduis que le beau-frère de Déby n'est pas un allié de Déby, je lance une boutade: « Mais, Kebir, Charfadine, voulait peut-être rallier la femme de Déby à l’UFCD : pourquoi n’en aurait-il pas le droit ? Kebir ne relève pas, ne comprend pas. Je lui fais enfin noter que si Hassaballah à condamné Charfadine, c'est bien lui qui, en publiant la décision, a procédé à son exécution, commettant ainsi une grave atteinte à l’honneur sans en justifier aucunement.

Par communiqué de presse qu’il nous a adressé, Charfadine conteste cette exclusion qui n'aurait pas respecté les statuts de l'UFCD: «Le colonel Adouma Hassaballah m’accuse de haute trahison sans préciser laquelle. Je rappelle que la décision de mon exclusion est totalement arbitraire, contraire à l’article 38 sur les modalités d’adhésion et d’exclusion fixées par le
règlement intérieur de l’UFCD; elle viole l’article 44 qui stipule que l’exclusion est prononcée par le congrès sur proposition de l’organe dont relève le membre défaillant.»  

En effet, la décision publiée dans Tchad Info.net ne donne aucune précision quant aux faits reprochés à Mahamat Charfadine. Et celui-ci n'aurait pas comparu devant une autorité collégiale ni sommé de s'y expliquer.



L'UFCD en position de faiblesse

Enfin, au cours d’une conversation téléphonique, le désormais ex-directeur de cabinet de Adouma Hassaballah, nous annonce reprendre le contrôle du FNTR, mouvement politico – militaire du Tchad appartenant jusque-là à l’UFCD. Le communiqué qu’il nous adresse précise: «Le FNTR, Front National du Tchad Rénové, après une étude réfléchie de la situation interne de l'UFCD, est convaincu que le colonel Adouma Hassaballah est incapable de diriger l'UFCD, considérant que le colonel Adouma Hassaballah, par son comportement de combattre les intellectuels, a mis l'UFCD dans une position de faiblesse, étant donné que la décision de mon exclusion est une violation grave des articles 38 sur les modalités d’adhésion et exclusion fixées par le règlement intérieur de l’UFCD, de l’Article 44 stipulant que l’exclusion est prononcée par le congrès.»

C'est ainsi que, jour après jour, le fameux Colonel Adouma Hassaballah, à partir de Khartoum et sans jamais se rendre dans le maquis auprès de ses militants, démantèle l'UFCD. Pour le compte de qui? Nos investigations continuent avec l'espoir que le FNTR, dans son fonctionnement interne, soit un modèle de démocratie et se détourne du miroir aux alouettes brandi par un leader préoccupé surtout, dit-on, par le chantier de sa  nouvelle maison familiale à Ndjaména.

Source: Editoweb Magazine Internationale

----------------------------------------------------------------
F.N.T.R WEBSITE
OFFICIEL
Contact : fntrtchad@aol.fr