Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Communiqué de Presse

 

LIRE ICI

 

26 juin 2011 : journée internationale des Nations Unies pour le soutien des victimes de Torture

1511115_3_1a9f_des-affrontements-a-duekoue-ont-fait-de_-1-.jpg

 

Aucune circonstance, quelle qu’elle soit, qu’il s’agisse de l’état de guerre ou de menace de guerre, d’instabilité politique intérieure ou de tout autre état d’exception, ne peut être invoquée pour justifier la torture.

Même l’ordre d’un supérieur ou d’une autorité publique ne peut être invoqué pour justifier la torture (Article 2 de la Convention Contre la Torture)

A l’occasion de cette Journée Internationale, la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) réaffirme ses vives préoccupations quant à la recrudescence de la pratique de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants  au Sénégal.

En effet, ces dix (10) dernières années plus d’une dizaine de personnes  ont été victimes de torture ou de mauvais traitements et pour la plus part, dans des lieux de privation de la liberté :

ü  Alioune Badara Mbengue torturé le 12 juillet 2002 par six(6) gardes pénitentiaires de la prison de Rebeuss de Dakar ;

ü   Talla Sylla agressé en septembre 2003 ;

ü    Bineta Guéye, Margo Samb, Ousmane Ndiaye, Serigne Boubou Ndoye et  El hadj Malick Samb violentés et torturés le 26 septembre 2006 par des éléments de Légion de la Gendarmerie d’intervention  (LGI) à Ouakam ; 

ü  Dominique LOPY tué dans les locaux du Commissariat de Kolda  le 13 avril 2007 ;

ü  Alioune Badara Diop, tué dans les locaux du Commissariat de Ndorong à Kaolack le 13 décembre 2007 ;

ü  Boubacar Kambel Dieng de la Rfm et Kara Thioune de «West african radio» sauvagement violentés le 21 avril 2008 par une douzaine d’éléments de la Brigade d’Intervention Polyvalente (BIP) ;

ü  Aida Camara est tuée dans les locaux du Commissariat central de Dakar le 27 novembre 2008 ;

ü   Mamadou Bakhoum tué le 23 janvier 2009 dans les locaux de brigade de Gendarmerie de Karang ;

ü  Aboubacry Dia tué dans les locaux du Commissariat de Matam le 18 novembre 2009 ;

ü  Abdoulaye Wade Yinghou tué le 14 juillet 2010 par des policiers du Commissariat de Yeumbeul ;

ü  Yatma Fall décédé à la suite de mauvais traitement dans les locaux du Commissariat  de police de Saint Louis le 13 avril 2011 ;

 

Presque toutes les personnes décédées étaient en gade à vue  dans un commissariat de police ou une brigade de gendarmerie. Et, pour tous les cas, aucune des procédures judiciaires ouvertes n’a abouti au jugement et à la sanction des présumés auteurs.          

 

Nonobstant ces cas énumérés des membres du mouvement Y EN A MARE ont été arrêtés et torturés par des éléments de la police sénégalaise à l’occasion d’une manifestation pacifique à la place de l’indépendance le 22 Juin 2011.

 

En cette journée dédiée aux victimes de la torture et de mauvais traitements, la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO),

 

-          tient à rappeler  que la torture est un crime en droit international, elle fait l’objet d’une interdiction absolue et ne peut être justifiée par aucune circonstance ;

-         souligne que toutes les victimes de torture ont  droit à un recours effectif, ont droit d’obtenir une réparation complète, y compris une compensation et une réhabilitation ; ce qui est indispensable pour le rétablissement de la dignité;

-         dénonce vigoureusement cette pratique de la torture et des mauvais traitements  caractérisée par un climat d’impunité, car les tortionnaires sont rarement mis à la disposition de la justice ;

-         Interpelle  le Gouvernement du Sénégal, quant au respect de ses engagements internationaux conformément aux articles 11 et 12 de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants et aux  dispositions relatives au Principe des Nations Unies relatif aux moyens d’enquête efficacement sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants.

 

Fait à Dakar le 25 Juin 2011

 

Le Président