Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Si la France ne reconnait pas les valeurs des opposants africains chez elle, ces derniers sont, par contre  plus  cotés  sous d’autres cieux. 

C’est le cas de Barack Obama, le tout nouveau Président élu des Etats-Unis et l’homme le  plus médiatisé au  monde, qui vient personnellement d’adresser un message  au député fédéraliste tchadien, Ngarléjy Yorongar.

Les autorités françaises qui ont fait venir à Paris le fédéraliste tchadien  dans des conditions troublées, sans lui apporter le soutien proportionnel et digne de son honorabilité, doivent s’apercevoir maintenant, que leur pays n’est plus le centre du monde.


Selon une source proche du Comité International de Soutien au député Ngarléjy Yorongar, le Président américain Barack Obama, à peine élu le 04 novembre dernier, lui a envoyé un message le 05 novembre courant à 5heures du matin.


Ce courrier   souligne  à juste titre l’importance qu’accorde le Président Obama aux leaders africains dont l’opposition politique aux régimes totalitaires sur le continent est justifiée et mérite d’être soutenue au niveau international.


Il n’y a que la France qui étouffe toute voix contestataire populaire  qui aspire à la  démocratie en Afrique.


Avec l’avènement au pouvoir de Barack Obama, les chefs de l’opposition démocratique africains, espèrent bien  que les Etats-Unis mettent aux agissements de  la France qui soutient les régimes dictatoriaux les plus répressifs. Ceux qui sévissent sur le continent noir et transgressent la volonté du peuple.


Tous porte  à croire , désormais, que les rapports entre la France et certains pays africains, soient décomplexé, reconsidérés et que  Paris prenne du recul des Chefs d’Etats qui verrouillent toute voie d’alternance politique et  démocratique dans leurs pays.

Le Tchad qui figure en tête des pays où la démocratie est en panne, doit tirer une leçon du message de Obama à Yorongar et  que le maintien au pouvoir par les armes ne fait plus l’ordre du jour.


Le fait que Barack Obama écrive au député Ngarléjy Yorongar, est une marque de considération notable sur l’homme, reflète l’idée que la question tchadienne reste au cœur des préoccupations du nouveau Chef de l’Etat américain.


Makaila Nguebla