Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Le conflit armé qui s’intensifie en République Démocratique du Congo (RDC), replonge le pays dans une crise politique grave qui mobilise, depuis quelques jours ,  les efforts de la communauté internationale pour une recherche de la paix entre le Général Laurent Nkounda et le Gouvernement congolais.

 

Mais aujourd’hui, l’auto-implication de la diplomatie française est perçue comme une démarche néfaste pour la résolution pacifique du conflit entre les parties en conflit.

 

Pour les observateurs de la crise dans les Grands-Lacs, la partition de la diplomatie française  aux côtés des autres membres de la communauté internationale complique dangereusement la situation. Car, par le passé, la France traîne un lourd héritage sur sa responsabilité dans le génocide au Rwanda, ce qui a considérablement altéré les relations entre Paris et Kigali.

La preuve est que l’arrivée à Kigali( Rwanda) de la délégation composée des ministres français et britanniques n’a pas suscité  un enthousiasme chez Paul Kagamé qui s’est montré réservé par rapport à la présence de Bernard Kouchner.

 

De plus, à entendre  la déclaration ce matin sur Rfi de Hervé Morin, ministre de la défense français qui disait : «  la France apporte son soutien au Gouvernement congolais ».

Une telle cette déclaration suffit pour comprendre le penchant  des autorités françaises  disqualifiées d’office de l’obligation assignée à un médiateur.

 

La France ne peut donc être juge et partie dans un conflit d’envergure stratégique comme celui de la RDC.

 

Il est vrai que le Président Nicolas Sarkozy, est à la tête de l’Union européenne (UE), mais, toujours est –t-il que  rien ne justifie l’auto-implication de la France en RDC,étant donné que ni les autorités congolaises moins encore la rébellion n’ont sollicité la médiation de Paris  dans la recherche de la paix dans leur pays.

 

 

 

Il convient de souligner que devant l’impasse de la crise ivoirienne, celle du Tchad et du Darfour, l’opinion africaine a constaté la faille de la diplomatie française qui a perdu une grande part de sa crédibilité sur le continent pour être totalement démystifiéé.

 

 

C’est pourquoi, nombreux sont les analystes politiques sur le continent  qui pensent  une nouvelle fois encore, que  l’implication de la France dans la résolution des conflits partout en Afrique, aggrave plutôt la situation, car elle  est vouée à l’échec et que la recherche de la paix en RDC est déjà compromise !

 

Makaila Nguebla