Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Union Nationale Pour le Développement et le Renouveau (UNDR)

Paix - Discipline -Travail

 

 

POINT DE PRESSE DU PRESIDENT NATIONAL

Ndjaména le 31 Octobre 2008

 

 

Mesdames et Messieurs les journalistes

Mesdames et Messieurs les invités

Camarades militantes et militants

 

 

L’UNDR organise à partir de ce jour sa rentrée politique après quelques moments de vacances. L’occasion pour moi de faire le point de la situation sur le plan politique économique et social de notre pays vu par le parti.

 

Mesdames et Messieurs

 

L’accord du 13 Août 2007 âprement négocié pendant près de 8 mois entre les acteurs politiques Tchadiens, sous la facilitation des partenaires Internationaux, avait soulevé l’espoir légitime du peuple Tchadien. Devant les crises interminables que traverse le pays voici plusieurs décennies, crises qui ont gravement sapé les bases de l’Unité Nationale et détruit le pays par des affrontements meurtriers, les acteurs de la scène politique, pensait-on, ont réussi à se surpasser pour trouver une voie de sortie  de crise du moins sur l’épineux dossier électoral.

 

Les élections, voila un point brûlant  qui a envenimé le climat dans le pays depuis l’avènement de la démocratie. L’accord signé règle de façon précise ce problème et, les Tchadiens devraient donc en principe se préparer à aller aux urnes dans la quiétude, tant tous les mécanismes conduisant à l’expression du suffrage universel sont techniquement balisées. On devrait logiquement se préparer à ne pas enregistrer de contestations importantes lors des prochaines consultations législatives ou autres puisque les meilleurs auront gagné dans la netteté ; ce qui couperait court à toute remise en cause des résultats issus des urnes dans ces conditions.

 

A l’UNDR, on s’attendait donc à ce que le climat entre les différents protagonistes se détende et que l’on envisage avec sérénité les préparatifs et le déroulement des élections.

 

Mais à l’heure où il est, force est de constater que l’évolution du processus politique par  rapport à l’accord du 13 Août n’est pas satisfaisante.

 

Plusieurs dispositions de l’accord politique ne sont toujours pas appliquées, notamment les textes de loi à rendre conformes à l’esprit et à la lettre de l’accord qui devraient être examinés et adopté par le Gouvernement avant d’être envoyés à l’Assemblée Nationale. Et L’UNDR de s’interroger sur la volonté  politique réelle du pouvoir à faire appliquer ce texte qualifié par le Président de la République lui-même de très important, puis qu’il la classé, après le Coran, la Bible et la Constitution.

 

Plus préoccupant encore, on remarque nettement ces derniers jours la montée insidieuse d’un  certain courant anti-accord du 13 Août 2007 au sein de la majorité parlementaire.

 

Les joutes oratoires constatées ces derniers temps à l’Assemblée Nationale, conforte  l’UNDR dans son scepticisme quant aux tenants et aboutissants de cette nouvelle position  de certains Députés de la majorité qui semblent  tout simplement vouloir remettre en cause cet accord que tout le monde avait pourtant salué chaleureusement.

 

C’est pourquoi L’UNDR après ce constat, en appelle au sens de responsabilité des courants politiques impliqués dans l’accord. Elle invite tous les partis politiques à œuvrer ensemble pour son application effective, dans un sursaut patriotique.

 

Concernant la paix maintenant, l’UNDR réitère son appel à un dialogue ouvert à toutes les composantes de la scène politique afin de parvenir à une entente globale qui cimenterait l’unité retrouvée des fils du Tchad. Il faut à tout prix empêcher la reprise de la guerre à l’Est du pays.  Le Gouvernement est invité à entamer des pourparlers directs avec les politico-militaires en vue de décréter un cessez- le feu général et œuvrer pour la mise en place d’un Gouvernement d’Unité Nationale regroupant les différents courants politiques autour d’un seul idéal : Préserver l’intégrité territoriale et l’Unité Nationales. De même, il s’avère urgent que le SOUDAN et le TCHAD renouent le dialogue pour normaliser leurs relations dans l’intérêt bien compris des peuples Soudanais et Tchadiens en cessant d’armer leurs groupes rebelles et milices respectifs.

                                                                                        

Au plan économique et social, l’UNDR constate avec amertume un marasme généralisé  du pays caractérisé par une hyper- inflation qui met à mal le tissu social national.

 

Face à certaines dépenses somptuaires constatées de la part de l’Etat s’oppose une misère noire des couches sociales du pays. La corruption bat son plein à tous les niveaux et les Tchadiens continuent d’attendre de goûter aux délices de l’argent du pétrole.

 

L’UNDR demande instamment au gouvernement d’orienter ses actions vers le règlement de la crise socio-économique en priorisant les investissements en faveur des secteurs sociaux sensibles comme la santé, l’éducation, l’agriculture, l’élevage …. Les projets de développement devraient être programmés équitablement pour l’ensemble du pays pour éviter les injustices régionales constatées dans l’implantation des différents projets.

  

Les décisions officielles prises dans le sens de l’allégement du fardeau des ménages sont souvent foulées au pied par certains opérateurs économiques. C’est le cas du non respect par les charbonniers du prix unitaire du sac de charbon de bois. L’Etat a le devoir de jouer son rôle régalien en faisant exécuter les mesures socio-économiques qu’il prend en faveur des citoyens. L’UNDR constate que l’Etat peine  à faire appliquer les décisions qu’il prend et dénonce ce laxisme généralisé générateur de la déliquescence des pouvoirs publics. Mais il est aussi vrai qu’il ne suffit pas de prendre des actes, il faut aussi les faire suivre des mesures d’accompagnement. C’est vrai, la coupe abusive des arbres pour produire le charbon de bois est un véritable désastre pour notre environnement. Mais où est le gaz butane promis pour suppléer à l’utilisation du charbon de bois comme source d’énergie des ménages ?

 

La crise alimentaire, le manque de visibilité dans la politique de l’habitat avec le renchérissement scandaleux des matériaux de construction, la paralysie de l’Université de NDjaména pour cause de non paiement des bourses des étudiants, l’abandon des familles dans la prise en charge de leurs enfants sur le plan scolaire… sont autant de maux qui freinent gravement l’évolution socio-économique du pays.

 

L’UNDR estime que le Tchad ne mérite pas un tel état de délabrement alors qu’il est entré depuis plus de cinq (5) ans, dans le cercle des pays producteurs de pétrole. Que fait-on avec les recettes de l’or noir ?

 

La situation des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales interpelle également le gouvernement. Plusieurs actes d’atteinte à la sécurité des biens et des personnes sont signalés ces derniers temps à N’djamena comme dans l’arrière pays. Le phénomène des coupeurs de route prend des proportions inquiétantes dans presque toutes nos contrées. L’exemple du coup de filet dans les milieux de la pègre N’Djaménoise ces jours ci en est l’éloquente illustration.

 

L’Etat doit assurer la protection des citoyens et endiguer l’insécurité imposée par les bandits de grand chemin. De même, le comportement peu Démocratique de certaines autorités de l’administration territoriale et traditionnelles contre les défenseurs des Droits Humains  et les populations viole la constitution.

 

L’UNDR demande au gouvernement de prendre des mesures drastiques pour enrayer ces dérapages qui mettent en danger la coexistence Nationale.

 

En ce moment précis où les grands défis attendent le pays, il serait suicidaire que les dirigeants, les acteurs politiques toutes tendances confondues ferment ainsi les yeux et refusent de voir le péril. Nous pensons qu’un réveil de dernière minute de la classe politique est possible pour épargner le pays d’un chaos certain si on faisait comme si de rien n’était.

 

Voilà, Mesdames et Messieurs les journalistes,

 

Mesdames et Messieurs les invités,

 

Camarades militants et sympathisants, le message que l’UNDR a souhaité partager avec les citoyens, espérant une fois de plus que la sagesse animera les uns et les autres afin d’abréger les innombrables souffrances de notre peuple.

 

Je vous remercie

 

                                                                  LE DEUXIEME VICE PRESIDENT CHARGE DE                                                                  L’ORGANISATION ET DE LA MOBILISATION

 

 

 

                                                                   CELESTIN TOPONA MOCNGA

Tél (00235)623.27.37