Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La rancune et la crainte de perdre son pouvoir sont des puissants moteurs pour Deby.


Lors de la dernière attaque de N’Djaména, le tyran avait du son salut à Mahamat Ali Abdallah, figure de proue des zaghawas kobé. L’ancien Ministre de la Défense a commis l’erreur de trop le faire savoir et il est fort probable qu’il a été empoisonné par Deby qui a voulu éliminer ainsi un rival potentiel.

Tout le clan Deby s’était d’ailleurs ému de la trop grande présence, à leurs yeux, des Kobés.


A l’époque en effet les Chefs Militaires les plus en vue comme Le Général Abakar Kereinkenon DG de la gendarmerie, Le général Dirmi, DG de la GR , ou le général Moussa Haroun Tirgo, chef d'état major particulier de Deby sont des Kobés.

Sous l’influence de Timan Deby, Daoussa Deby, Abderahim Bahar Itno, Tahir Erda et tant d’autres, la chasse aux Kobés a été ouverte.

Deby l’a fait en s’appuyant en partie sur les Bideyats, utilisés par le tyran chaque fois qu’il l’a pu contre les autres ethnies. Dans tous les montages meurtriers contre les Sara, les Ouaddaï, les Hadjarai, les Toubou, les Arabes etc., le gang Deby utilise les Bideyats comme chair à canon.

Il semblerait, et la rébellion de Timane Erdimi le prouve, que les Bideyayts commencent enfin à comprendre la vérité. Ils devront faire beaucoup pour se faire pardonner car chaque morceau du Tchad a souffert de leurs exactions.

L’un des premiers gages de leur rédemption consisterait à convaincre leurs cousins du MJE d’abandonner Deby et de cesser leurs massacres sur les populations civiles.

Une chance de réconciliation nationale se présente, il faut la saisir.

.

Car partout Deby continue la même tactique funeste.

Une colonne de 200 véhicules menés par Saleh Touma est arrivée à Iriba ( le Puit de la vache en dialecte zaghawa ). Stationnés à 74 km de la frontière soudanaise, les éléments divers de l’armée debyque sont censés officiellement empêcher les rebelles d’agir dans le Wadi Fira et notamment de faire la jonction avec les troupes de l’opposition dans le massif de l’Ennedi.

Ils n’empêcheront rien du tout et opprimeront la population comme ils le font habituellement.

Le but réel est tout autre. Il y a la tout un attirail, dont les soldats ne sont qu’une partie, dans un but bien précis, exciter les haines inter ethniques car Deby joue des divisions et des haines pour se maintenir au pouvoir.

Les jours qui viennent vont voir se multiplier les conflits entre les habitants de la région du Wadi Fira, en particulier les Tamas vont être la cible de toutes les atrocités.

Tout à fait à l’autre bout, les Ouaddaïens vont aussi avoir à souffrir d’attaques tous azimuts car la aussi les milices debyques ont avancé sur le terrain.

Entre les deux parties du croissant, tout l’Est va connaître des embrasements inter ethniques fomentés par Deby.

.

Les différents chefs de la rébellion doivent lutter contre les horreurs debyques pour enfin montrer qu’ils ont le sens de l’Etat.

Ils doivent résister aux appels à la haine et à la division. Ils peuvent montrer qu’ils ont changé en ordonnant à leurs troupes de faire régner un peu d’ordre et de justice.

Ce serait un signe extraordinaire d’unité de voir une ethnie protéger une autre ethnie des attaques debyques.


Le tyran a créé la garde nomade, les escadrons de la mort qui attaquent, pillent et tuent les villageois. Ils agissent déguisés en ethnies supposées ennemies de ceux qu’ils agressent, afin d’attiser sans fin le cycle des agressions et des représailles.

Ce sont les sbires de Deby les coupables des crimes et ils ont réussis jusqu’ici à faire accuser des innocents.


Nous lançons un appel à tous les chefs militaires afin qu’ils ne se laissent pas prendre au piège de ces provocations meurtrières.

Au contraire il faut lutter contre les bandits armés par Deby et protéger tous les villageois, sans distinction de races.

Nous sommes tous des Tchadiens, défendons nous ensemble contre l’injustice qui nous opprime et nous divise depuis si longtemps.

.

Peut être sommes nous trop optimistes mais, pourtant, quelque chose nous dit que les esprits et les cœurs sont prêts à entendre cette demande d’unité et de fraternité.

OUVREZ VOS COEURS ET ECOUTEZ, vous entendrez le long soupir que pousse le Tchad, ce géant endormi et blessé qui demande à renaître.

Toutes nos sœurs, tous nos frères doivent reprendre et amplifier cet appel à vivre ensemble, dans la paix et la justice.

Après une si longue nuit, entendez, regardez, agissez et parlez de tout ce qui s’annonce, cela s’appelle l’aurore !

.

anr.tchad@gmail.com