Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Pour avoir sauvé son régime en février dernier face à une redoutable offensive des forces coalisées tchadiennes, Idriss Deby a posé un acte à l’endroit de la France en accordant la grâce aux membres de l’Arche de Zoé qui ont tenté d’exfiltrer illégalement  103 enfants tchadiens  sous prétexte d’enfants darfouri et les acheminer vers des horizons inconnus.


Après Douze (12) mois, d’accalmie, l’affaire resurgit et devient un sujet difficile à interpréter aussi bien par la France que le Tchad.


 
Ndjaména vient de réclamer une somme de 6,3 millions d’Euro à Paris comme dommage et intérêt à verser aux  parents de 103 enfants et  affirme  avoir apporté  sa part à ces derniers.

Du Côté de Paris,  officiellement, on  affirme:" Il n'y a eu aucun engagement à payer cette somme", a déclaré Eric Chevallier, porte-parole du ministère des affaires étrangères, sur France-2.", tandis que les avocats des membres de l'Arche de Zoé de leur côté, ont expliqué que leurs clients n'avaient pas à régler une telle somme. Me Collard, avocat d'Emilie Lelouch et d'Eric Breteau, a déclaré sur France-3 que "l'arrêt de la cour d'assise de N'Djamena n'octroie de dommages et intérêts à aucune victime identifiée". Il a ajouté : "On voit pas au profit de qui des dommages et intérêts pourraient être réclamés. C'est une tentative d'extorsion de fonds."

Un autre avocat de l’un des membres de l’association,renchérit ne rien comprendre de ce que réclament les autorités tchadiennes: « Pour nous, c’est terminé, la grâce entérine toutes autres poursuites judiciaires y  comme pécuniaires"

L’opposition tchadienne en exil, fait sa propre version des faits et  pense que le régime de Ndjaména, après avoir utilisé  les recettes pétrolières pour l’achat d’arme sans contrainte aucune d’un organe de contrôle, s’est finalement tourné vers la France pour compenser le déficit financier de sa trésorerie.

Vraisemblablement, Paris n’est disposée à  rembourser aucune somme aux parents des enfants dans cet imbroglio ou ce contentieux qui l’oppose à Ndjaména.

Alors, que va-t-il advenir dans les relations entre la France et son protégé tchadien qui échappe à son contrôle et ne soumet à aucune autorité  dans le giron de la nébuleuse Françafrique qui saigne le Tchad et le continent noir ?


Makaila Nguebla