Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Djourab habite Djambal-Bahr, un quartier à proximité du  palais présidentiel, il  a quitté Ndjaména depuis les  événements des 02 et 03  février dernier  pour trouver refuge  à Maïdouguri au Nigéria.

 

A l’occasion de l’Aïd El-Fitr Al-mouraback de Ramadan, Djourab s’est permis d’envoyer un sms à l’un des ses cousins Dago , qui réside toujours à Ndjaména, lui souhaitant ses voeux de la fête, tout en lui annonçant la probabilité de la reprise des hostilités militaires entre l’armée et la rebellion prévues au mois d’octobre.

 

Djourab a eu le simple tort,  dans son message texto de dire ceci: ” cette fois-ci, sera la fin du régne de l’empereur Tchadien Idriss Deby, car la rébellion évitera de tomber dans le piége de février.”  tel est le contenu du message de l’expéditeur, parvenu au destinataire, son cousin Dago.

 

Mais, hélas! Djourab a dû oublier que l’armée française a outillé et renforcé le dispositif  d’écoutes télèphoniques de l’Agence Nationale pour la Sécurité (ANS) et les services de renseignements tchadiens en leur dotant d’un intercepteur de sms, système permettant de décrypter les communications vocales et écrites émises d’une  personne à une  personne via leurs telephones  portables.

 

C’est ainsi que les agents de renseignements ont intercepté, localisé  puis effectué  une descente au domicile de Dago et le conduire dans leurs locaux où il est détenu.

 

Djourab a été alerté par des amis et voisins  qui s’étaient rendus à Kousserie, localité camérounaise limitrophe de la capitale tchadienne, pour lui announcer que   son cousin Dago est arête par l’ANS.

 

 

Ne sachant à quel saint se vouer, Djourab, qui se trouve actuellement à Maïdouguri, a saisi notre rédaction comme medium pour lancer un cri de détresse à l’endroit des associations de defense des droits de l’homme tchadiennes afin qu’elles intercédent en faveur de son cousin et plaider pour sa libération.

 

Rappelons que depuis les événements de février dernier, le régime de Ndjaména a procédé au renforcement de sa capacité sécuritaire en agents et autres outils performants pour mieux assurer sa défense.

 

Cette disposition de contrôle des autorités tchadiennes dans le pays, porte atteinte au  secret de correspondances des citoyens exposés aux risques d’interpellations et d’arrestations des agents de renseignements à la solde du pouvoir.

 

Par Makaila Nguebla