Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Des actes de violence mettent en question l’assistance humanitaire.

 Au cours du week-end passé, deux bureaux de Médecins Sans Frontières (MSF) dans l’est du Tchad, l’un à Adé et l’autre à Goz Beïda, ont été dévalisés par des hommes en armes.
Les équipes MSF ont été évacuées et les activités sont désormais suspendues. De ce fait, 70 000 personnes sont actuellement privées de soins médicaux, y compris pour les cas graves. Ces incidents ne sont pas isolés. Pendant ce même week-end, deux autres organisations non gouvernementales ont été victimes de vols à mains armées et un véhicule des UN a été détourné sous la menace. Devant l’augmentation constante du nombre d’attaques visant les organisations humanitaires au cours des six derniers mois, MSF met aujourd’hui en question la reprise de ses activités.

« Ces attaques répétées contre MSF mettent à mal notre capacité, comme celle des autres organisations d’aide visées, à apporter une assistance aux populations de l’est du Tchad. C’est avec beaucoup d’inquiétude et de peine que nous avons dû, cette fois-ci, nous retirer de ces deux endroits, laissant 70 000 personnes sans accès à des soins de santé de bonne qualité. En fin de compte, ce sont toujours les personnes malades et fragiles qui souffrent le plus » confie Karine Kliejer, chef de mission MSF au Tchad.
Dans l’est du pays, les différentes équipes de l’organisation répondent aux besoins médicaux de plus de 250 000 personnes déplacées, réfugiées du Darfour et résidents tchadiens en leur offrant des soins médicaux de base et hospitaliers, en les approvisionnant en eau potable, en nourriture et en biens de première nécessité.

Ces dernières attaques font suite à une série d’agressions armées subies par les organisations humanitaires dans les derniers mois. Pour MSF uniquement, 24 incidents considérés comme sérieux ont été enregistrés au cours des 10 derniers mois, provoquant plusieurs interruptions d’activité et des évacuations de personnel. Si cette fois, ni les patients ni le personnel médical n’ont été blessés, ceci n’a malheureusement pas été le cas dans des attaques précédentes contre des travailleurs humanitaires. Il y avait eu alors des blessés graves et même des morts. Dans ces incidents, les voleurs visent la plupart du temps l’argent liquide destiné au paiement des salaires des employés, les véhicules et les téléphones satellitaires.

MSF travaille au Tchad depuis 1981 pour répondre aux conséquences des violences, à la carence des soins de santé et aux épidémies qui touchent régulièrement les populations. Actuellement, 85 personnels internationaux et 1200 personnels tchadiens travaillent dans le pays avec MSF.
Dans l’est, MSF apporte son assistance pour les résidents et déplacés tchadiens et pour les réfugiés du Darfour à Adré, Guereda, Abéché, Adé, Kerfi, Goz Beïda et Iriba.