Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La récente  viste à Khartoum( Soudan) du Président Sud-africain Thabo Mbeki, architecte de l'accord historique intervenu entre Robert Mugabé et son principal opposant Morgan TSHANGARAI,au Zimbabwé a été un soutien de taille pour son homologue Oumar Hassane El-béchir poursuivi par la Cour Pénale Internationale qui a lancé un mandat d'arrêt à son encontre.

En effet, depuis la décision de la haute juridiction internationale d'inculper le Président Soudanais pour sa responsabilité dans le génocide au Darfour, on a vu et entendu des prises des positions opposées des uns et des autres dans cette affaire en fonction de sympathie ou d'antipathie  pour le Soudan.

C'est ainsi que des pays comme la Libye, l'Egypte, l'Afrique du Sud et des institutions comme l'Union africaine et la Ligue Arabe ont adopté une posture équidistante de la Cour Pénale Internationale dont la démarche serait perçue comme destabilisatrice et compromettante dans la recherche de la paix  au Darfour, région en proie à la fois à un conflit interethnique et une crise humanitaire désastreuse qui perdure.

Soucieux de la gravité des conséquences éventuelles pour le Soudan et la sous-région, des pays comme la France et la Grande-Bretagne, qui, au départ encourageaient la CPI dans ses poursuites, semblent aujourd'hui se désolidariser d'elle.

C'est ainsi que nous venons d'apprendre que Paris et Londres, entreprennent des démarches auprés de l'ONU pour demander un sursis en faveur du Président Oumar Hassane El-béchir confronté à ses  démêlées judiciaires avec la CPI.

Cette démarche de la France et de la Grande-Brétagne reste tout de même conditionnée par l'ouverture du dialogue politique entre Khartoum et les groupes armés du Darfour.

Aujourd'hui, la surprise générale  pour les observateurs internationaux, reste cependant le volte-face de la France qui soutient politiquement et militairement la rébellion du Darfour au regard de la présence chez elle de M.Abdelwahid Elnour, leader du MLS.

Le realpolitik international est défini le plus souvent par les intérêts des puissances que par leurs motivations pour les droits de l'homme et la justice sur cette terre.

La versatilité et l'instabilité de la politique des puissances étrangères visent  donc à préserver leurs acquis géo-stratégiques dans la sous-région que pour compâtir aux peuples en détresse.

Au vue de cette situation flutuante, le monde ne connaîtra jamais un équilibre  et une  stabilité politique proportionnelles aux attentes des pays en voie de développement dont les populations  demeuront éternellement marginalisées.

Par Makaila Nguebla