Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Sachant qu’il va devoir faire face à une attaque après la saison des pluies, Deby utilise la même tactique qui lui a si bien réussi depuis tant d’années, la division ethnique.

Le but du tyran a cependant monté d’un cran dans l’horreur, il essaie carrément de créer la guerre civile en excitant les haines à l’intérieur de l’opposition.

Le dictateur sait qu’il peut compter sur les opposants/businessmen pour se livrer, avec lui, aux pires exactions s’ils peuvent en tirer profit.

Depuis hier, des soldats de Deby déguisés attaquent les villages dans le Dar Tama.

Aux alentours de Birak les pires horreurs sont commises, les fillettes de huit ans sont violées, les tortures, les meurtres se multiplient. Les paysans épouvantés s’enfuient en direction du Darfour et ils sont attaqués en chemin par le MJE.

.

Les Sébédéyés, les jandjawids tchadiens, en fait une coalition des forces debyques menées par Abderahim Bahar et des bandits rassemblés autour de Timane se sont joint aux massacres. On fait tout pour faire croire aux Tamas,  Ouaddaïens, aux Dajos, aux Mimis etc. que ce sont d’autres ethnies qui les agressent alors que c’est une manœuvre de Deby et des opposants /businessmen.

Mais que fait l’Eufor, qui voit tout cela et qui est censée protéger les populations civiles ?

.

Pour cacher ces horreurs, Deby fait courir le bruit que des dissensions ethniques ont cours au sein de la rébellion et, au besoin, il les crée en corrompant à grande échelle. C’est par camions entiers que les opposants/businessmen reçoivent la monnaie.

La puissance coloniale couvre tout cela, comme elle fait semblant de ne pas savoir qu’Ibni a été assassiné par son protégé. Les massacres seraient donc, d’après la propagande officielle, le fait de querelles entre opposants, mais c’est un affreux mensonge.

Tout est fait en ce moment par Deby pour semer la mort et le chaos car c’est le seul moyen qu’il connaît pour se maintenir au pouvoir. Il manigance tout pour que ses opposants se haïssent trop pour pouvoir s’unir.

.

Aucun opposant/businessmen n’est digne de respect, tous ils magouillent de façon indigne.

Nouri se sachant lâché par ses anciens maîtres soudanais tente une manœuvre de bas étage.

Il a d’abord essayé de mettre en avant Abakar Tollimi mais celui ci n’a pas pu rassembler autour de sa personne.

Le nouveau poulain de Nouri est maintenant Taher Guinassou parce qu’il est bideyat et parce qu’il a été, comme Nouri, Ambassadeur en Arabie. En effet Nouri a reçu armes et soutien de certains fondamentalistes et, en retour, il s’est engagé à établir au Tchad une république islamique. C’est le sens caché de ses déclarations à Al Jezira.

.

On voit le niveau lamentable de tous ces agissements.

Ou donc se trouve l’intérêt national dans tout ce désordre médiocre ?

Est ce qu’une minute, tous ces pourris ont songé qu’il existait un peuple tchadien à protéger, à aimer et à défendre ?

.

Il n’y a rien à espérer de cette clique. Tous ceux qui se sont compromis avec Deby ont été mortellement infectés par la haine et la corruption. Il faut les mettre à la poubelle de l’histoire.

.

La vraie opposition est située totalement en dehors de ces abominables personnages.

C’est celle dont on parle pas, celle qui se glorifie d’être pauvre car elle n’est pas corrompue, celle qui se bat pour de vrai pour la liberté et la dignité du pays.

Les éternels cyniques peuvent préférer les millions de dollars des opposants/businessmen ou la servitude dorée ( mais dangereuse et indigne) du tyran de N’Djaména, tout cela ne durera pas et va être emporté par le vent puissant qui se lève.

En attendant faisons un petit rappel historique à la puissance coloniale, puisque ses gouvernants actuels et provisoires, ne connaissent pas l’histoire de leur pays et notamment que cette grande nation a été le refuge des opprimés.

En 1789 c’est encore la monarchie absolue. Devant le mécontentement général le roi décide de réunir les Etats Généraux à Versailles.

En premier lieu entre la noblesse, puis vient le clergé et en dernier le peuple, appelé avec mépris le tiers état.

C’est l’abbé Sieyes qui est le porte parole de la plèbe et que dit il ? :

 «  Qu’est ce que le tiers état ? Rien –

 Qu’aspire t’il à devenir ? Tout ! « 

Peut de temps après, les émeutes commencent et on connaît le mot de Louis XVI à son Premier Ministre :

«  C’est une révolte ?

 - Non sire, c’est une révolution ! « 

.

Nous, les Tchadiens, patriotes, démocratiques et sincères, on va la faire, notre révolution.

«  Aux armes citoyens, le jour de gloire est arrivé… ! »

 

anr.tchad@gmail.com