Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

La Banque mondiale(BM) a rendu publique une déclaration dans laquelle, elle souligne avoir  rompu et suspendu son partenariat avec le régime tchadien.

Pour les témoins occulaires du projet pétrolier au Tchad, il était prévu et évident que les exigences de l'institution financière ne seront guère honorées par Idriss Deby, qui fait de ce pays sa propriété personnelle, confonds le patrimoine national et collectif aux biens personnels et familiaux.

Le Tchad est géré non par un clan mais, strictement par une famille, c'est ce  que refusent d'admettre les dignitaires du régime et tous ceux qui sont assujetis.


Aujourd'hui, la réticence et  la méfiance face à  ce projet pétrolier de Doba, des membres de la société civile, des dirigeants des partis politiques et autres citoyens Tchadiens qui connaissent la gestion du régime en place se vérifient par cette rupture entre la Banque mondiale et le Gouvernement tchadien.

La France qui, par le passé, avait soutenu l'idée de l'extraction du pétrole au Tchad, se trouve démentie par le divorce et la suspension de la Banque mondiale qui découvre autres réalités  en terme de non respect d'Idriss Deby de ses engagements comme en illustre ce paraphe de sa déclaration
: "
Au cours des années, le Tchad n’a pas mis en oeuvre les conditions clés de cet accord. Un second accord a été signé en 2006, mais cette fois encore, le Gouvernement n’a pas alloué des ressources adéquates vers les secteurs critiques à la réduction de la pauvreté – éducation, santé, infrastructure, développement rural et gouvernance. Malheureusement, il était devenu évident que les arrangements et objectifs sous-jacents à l’engagement de la Banque dans le projet oléoduc ne fonctionnaient pas. Dans ces circonstances, la Banque est donc arrivée à la conclusion quelle ne pourrait plus continuer à soutenir le projet oléoduc."

Ce clash entre la Banque mondiale et le Tchad ne fait donc l'ombre d'aucun doute, et consacre le constat d'échec de l'une des institutions financières la plus importante au monde piégée par un pouvoir déjà connu pour ses excés financiers et limites démocratiques d'où la mal-gouvernance socio-économique et politique.
Il fallait s'y attendre qu'Idriss Deby emménerait la Banque mondiale dans des telles déconvenues. Nous ne sommes pas surpris!

La Banque mondiale tirera-t-elle les léçons de ses investissements au Tchad pour ne pas réediter les mêmes erreurs dans un autre pays du tiers monde ?

Par Makaila Nguebla