Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Au Tchad et en  Afrique de façon générale,  l’impunité est devenue une lutte irréversible,un défi à rélever. Elle  est  au cœur des préoccupations  des organisations de défense des droits de l’homme et  des  victimes qui  traquent et poursuivent devant des juridictions spécialisées certains  dirigeants du continent, reprochés pour leur dénégation aux valeurs humaines lorsqu’ils étaient en exercice  dans leurs pays.
 

 Aujourd’hui, une question  soulève un autre débat, il s’agit de l’immunité présidentielle accordée aux chefs d’Etats en fonction et autres personnalités politiques.



Le méchant!

Nombreux sont les Tchadiens et Africains qui portent un jugement critique à ce privilège dont bénéficient des Présidents qui  terrifient, terrorisent leurs populations par  des méthodes répressives propres aux régimes d’exceptions dans une ère démocratique où ces pratiques transgressent les règles les plus élémentaires qui régissent les instruments internationaux relatifs aux droits civiques et politiques des citoyens.


Ce constat , nous emmène dans le cas de notre pays,  à identifier et cibler Idriss Deby, dont le règne au Tchad, est associé à l’arbitraire, à l’intolérance, au mépris, aux exactions perpétrées sur des personnalités politiques civiles comme militaires sans compter des citoyens ordinaires de façon disproportionnée à l’échelle globale des catégories socioprofessionnelles   de la société tchadienne.
 


Cette  campagne d’extermination ethnique et de purge qui s’abat au jour le jour et  à tour de rôle sur l’une ou l’autre des composantes de la nation tchadienne, trouve sa réponse dans l’appellation des vocables tels que : le génocide, les crimes contre l’humanité, des crimes de guerre et autres jargons employés régulièrement  par les juristes de la Cour Pénale Internationale et autres experts de l’ONU.


C’est bien dans ce contexte des violations massives au Tchad et en Afrique  que nous exigeons la reforme de l’immunité présidentielle pour qu’elle ne devienne un refuge inviolable pour des dirigeants bourreaux,tortionnaires, bouchés et criminels  qui maintiennent une lourde atmosphère de peur et de panique générale sur leurs peuples sans qu’ils ne rendent compte dans l’immédiat et nulle part sur cette terre de leurs abus des pouvoirs à qui que ça soit !


Nous déplorons aujourd’hui que les dirigeants de ce monde bénéficient à la fois de l’impunité et de l’immunité pour régner à vie et  à leurs guises  sans être interpellés ni inquiétés par leurs victimes.


Notre préoccupation repose au Tchad, notre pays d’origine où Idriss Deby qui bénéficie du soutien de la France, de l’indulgence des organisations sous régionales et internationales, liquide physiquement de manière extra-judiciaire des illustres personnalités de l’opposition civile, contraint à l’exil quelques unes d’entre elles  dans l’anonymat total des protestations internationales.


Nous souhaiterions demander à la communauté africaine et internationale de  réviser dans un bref délai leur appréciation sur le principe de l’’immunité présidentielle pour permettre aux victimes tchadiennes et africaines d’ester en justice les Chefs d’Etats dont les mains sont pleines de sang.


Aussi, estimons-nous que les juridictions internationales souffrent d’un grave dysfonctionnement dans leurs approches en terme de l’impunité et de l’immunité.


Réviser l’immunité présidentielle des Chefs d’Etat suppose mettre à l’abri les populations opprimées, garantir leurs droits et leurs libertés  contre toutes formes des violences politiques des régimes totalitaires.


Nous osons espérer que nos recommandations retiennent l’attention des responsables   des instances internationales au plus haut niveau, pour que l’impunité et l’immunité ne restent indéfiniment des faveurs  réservées aux potentats et despotes de ce monde.


Au Tchad, Idriss Deby fait de son immunité un sanctuaire redoutable pour jouir de l’impunité. Pour la nation tchadienne, il  urge de lui lever celle-ci pour qu’il soit traduit en justice pour les innombrables atteintes aux droits de l’homme dont il en est indéniablement auteur et commanditaire.


Par Makaila Nguebla