Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Il y a de cela quelques mois, une jeune tchadienne, Haoua Maloum, militante de la Convention citoyenne pour le Tchad (CCT), attirait l’attention des tchadiens sur la présence du crane de Toumaï dans le bureau de l’ancien président français devenu membre du Conseil constitutionnel.  Son alerte s’était basée, en effet, sur un reportage d’une télévision française (France2, JTV du 13-11-2007) où Monsieur Chirac, désormais aristocrate de l’Etat français, présentait fièrement le crâne installé sur son bureau sans justifier la manière d’acquisition de ce patrimoine national tchadien.    

L’appel de Haoua Maloum n’a pas suscité beaucoup de réactions de la part des citoyens tchadiens et ni même de la part des autorités en charge des questions de patrimoines dans notre pays. Si faudra déplorer le manque de réaction des citoyens tchadiens, cela n’est toutefois pas une surprise pour l’irresponsabilité des dirigeants actuels qui sont peu regardant sur des questions d’enjeux aussi importants. Nous avons la fraîche mémoire de l’opération de l’Arches de Zoé qui a montré que le régime de Deby réduit de plus en plus le Tchad à un paradis de prospérité à toute entreprise macabre.   

 Cependant, les consciences nationales sont imperturbablement éveillées et actives dans les questions d’intérêt national. On pourrait se réjouir aujourd’hui, car un groupe de citoyens tchadiens mène depuis un certain moment un travail dans l’ombre pour retrouver la trace de Toumaï. Son but est de faire des investigations sur cette question et entamer toutes les démarches réglementaires pour permettre le rapatriement de ce patrimoine au cas où le reste de Toumaï se trouve toujours dans le bureau de l’aristocrate français.

Ce comité s’est formé d’une façon spontanée et est animé par l’unique but citoyen et patriotique de faire la lumière sur cette question. Jusqu’à là, les investigations menées au Tchad n’ont pas permis de retrouver la trace du crâne de Toumai. Et cela ni au Musée national de N’Djamena, ni même au laboratoire du Centre national d’appui à la recherche scientifique (CNAR). Ou est Toumaï ? Est-il toujours dans le bureau de Chirac ? Si oui, comment l’a-t-il acquis ? La question reste entière, et nous nous brulons d’envie de le retrouver le plus vite possible et cela avec la même élégance patriotique qui nous a permis de nous faire respecter dans l’histoire.

 A cette fin, nous lançons un appel urgent pour une contribution massive des citoyens tchadiens et notamment celle des intellectuels tchadiens installés en Europe et aux Etats-Unis. L’enjeu est très crucial, et il n’y a que par nous mêmes et nos efforts personnels que la lumière sur cette question soit établie. La place de Toumaï est au Tchad, et jusqu’à ce que nous y arriverons, de grâce, ya djama, comme vous l’a fait la citoyenne Laokolé pour l’image du grand citoyen Ibni Oumar, « taisons ces querelles nauséabondes  qui resurgissent avec violence ces jours ci sur les sites nous plongeant dans les moments les plus sombres de notre histoire » et rejoignons ce chantier noble de recherche de la trace de Toumaï.

 

Merci ya djama.

 

pour tout contact :

 conscience.yadjama@yahoo.fr