Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Communiqué de presse : Puisse la terre de nos ancêtres être légère à Ibni Oumar Mahamat Saleh


Idriss Déby, Ismaël Shaïb et leurs complices connus doivent répondre de nos enlèvements, du génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité ayant entraîné la mort de plus de 700 Tchadiens dont Ibni Oumar Mahamat.

 




Le Député Ngarlejy Yorongar
15, Rue Edouard Manet
750134 Paris
yorongarn@yahoo.fr
www.yorongar.com

 Idriss Déby et Ismaël Mahamat Shaïbo sont les principaux responsables de notre enlèvement et de la mort de Ibni Mahamat Saleh dans la nuit du 5 au 6 février 2008 et de tant d’autres.


Dans ma toute première interview accordée à Afrique Education n°247 du 1er au 15 mars 2008, j’avais, depuis ma cachette à Garoua (Cameroun), dit que je connaissais le visage du chef d’équipe de la garde présidentielle qui m’avait enlevé ainsi que Lol Mahamat Choua et Ibni Oumar Mahamat Saleh. Il s’agit, en fait, de M. Ismaël Mahamat Shaïbo, Directeur général de l’agence nationale de sécurité (ANS) - police politique.

 

J’avais, en outre, dit qu’une personne aux accents français était venue dans la nuit du 5 au 6 février 2008 pour constater le décès d’Ibni Oumar Mahamat Saleh. C’était le capitaine français Daniel Goutte en service à la police.

 

Aussi, j’avais rapporté que ledit chef d’équipe en l’occurrence le sieur Ismaël Mahamat Shaibo était venu, tôt le matin du 6 février 2008, pour se préoccuper curieusement de notre régime alimentaire et de notre santé (Lol et moi). Il était resté longtemps dans la cellule de Lol avant de me rejoindre dans la mienne. Visiblement, il était sonné par la mort, la veille, d’Ibni Oumar Mahamat Saleh.

 

J’avais, enfin, parlé de deux militaires originaires du sud du pays qui nous servaient à manger et à boire durant notre captivité. Il s’agissait du lieutenant Masra et d’un parent à Saleh Kebzabo d’après ce dernier.

 

En dépit de toutes ces informations, personne ne voulait me croire tant les manipulations d’Idriss Déby à profusions balayaient tout sur leur passage à telle enseigne qu’aucune ONG des Droits de l’Homme ni diplomate et encore moins la commission n’avaient effectué des recherches pour localiser la prison secrète où nous étions séquestrés, nonobstant les croquis et les plans établis grâce à la télédétection que j’avais eu à distribuer à qui de droit (cf.www.yorongar.com).

 

Avant mon audition, j’avais demandé à M. Gilles Lhulier, Vice-président de Human Rights Certification (HRC) commis par l’Union Européenne pour la représenter, de tout mettre en œuvre pour obtenir la visite de cette prison secrète où j’avais laissé des indices prouvant que j’y avais été détenu. Tous les prisonniers qui étaient passés dans cette fameuse cellule y compris Ibni Mahamat Saleh y avaient également laissé des indices.

 

A certains membres de la commission et pas des moindres ’dont je tais provisoirement les noms pour l’instant), j’avais également fait ces confidences sans provoquer le moindre intérêt de leur part.

 

Aussitôt après mon audition à Paris par la commission d’enquêtes sur les enlèvements du 3 février 2008, j’avais, entre mai et juillet, saisi :

 

1)- La sous-Commission technique d’investigations pour lui demander l’audition des personnes mises en cause et/ou des témoins, à savoir : 

 Ismaël Mahamat Shaïbo, Directeur général de l’ANS, auteur de nos enlèvements ; 

 Gaucher Boyalngar, Directeur Adjoint de l’ANS dont l’un des bureaux n’est séparé de la cellule de Lol et de la mienne que par un mur mitoyen ;

le capitaine français Daniel Goutte en service à la police, qui avait constaté le décès d’Ibni Oumar Mahamat Saleh dans la nuit du 5 au 6 février 2008.

2)- J’avais, par ailleurs, demandé au Président de la commission, le bâtonnier de l’ordre des avocats, Me Djaïbé, l’audition de ces trois personnages clés et la confrontation avec eux ainsi qu’avec M. Lol Mahamat Choua qui disait qu’il n’avait vu ni Ibni Oumar Mahamat Saleh à son arrivée. Ni moi.

 

3)- De même, j’avais attiré la Haute Attention de M. Louis Michel, Commissaire au développement de l’union Européenne, M. Jean Ping, Président la Commission de l’union Européenne, M. Ban Ki-Moon, Secrétaire général des Nations-unies ainsi que le Président Sarkozy sur les manœuvres dilatoires d’Idriss Déby tendant à occulter la manifestation de la vérité.

 

Idriss Déby, Ismaël Mahamat Saleh et leurs complices dont je tais volontairement les noms pour l’instant doivent répondre de nos enlèvements et du génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité ayant entraîné la mort de plus de 700 Tchadiens dont Ibni Oumar Mahamat.

 

J’attends la copie dudit rapport pour faire part de mes impressions.

 

Je présente mes condoléances les plus attristées à Mme Ibni Oumar Mahamat Saleh née Sadié Ardalcham et à sa famille.

 

Paris, le 3 septembre 20O8