Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

J’ai lu avec beaucoup de stupéfactions, certaines réactions à propos de ma réaction sur la déclaration de l’UFCD et je me permets d’apporter des précisions pour lever toute équivoque.

Avant toute chose, je jure sur « le saint coran et le mois saint de ramadan mais aussi sur le jeun que je suis en train d’accomplir», que Mr Assileck Mahamat Halata n’est pas Abou Zahra AlMazloum. Vous pouvez tout dire sur lui et  l’accusez de tous les maux car je ne suis pas son avocat pour le défendre mais je vous assure qu’une fois encore, ce n’est pas Mr Assileck Mahamat Halata qui est Abou Zahra AlMazloum. Donc, de grâce, arrêtez de l’accabler et de le traquer mais pour les autres charges portées contre lui c’est à lui de se défendre ou pas.

L’autre importante précision que j’aimerai apporter c’est que dans mes écrits passés ou récents, je n’ai jamais pris à partie un individu ou groupe d’individus en tant que tel pour parler de sa vie privée, de sa famille mais j’ai toujours critiqué l’Homme politique ou le mouvement politique. Mais malheureusement au Tchad, comme tous les mouvements sont créés sur des bases ethniques et claniques alors à chaque fois qu’on critique un mouvement ou un individu, c’est l’ethnie qui se sent visée.

En son temps, j’avais critiqué la Coordination Militaire Unifiée (CMU) et je ne suis pas trompé et les évènements du 2 et 3 février peuvent nous en édifier plus. J’avais critiqué son porte-parole de l’époque, le grand frère Abderaman Koulamallah , qui aujourd’hui m’a démontré le contraire en montrant chaque jour qui passe, une agressivité et une farouche opposition au régime dictatorial de Déby Itno et qu’il trouve à travers ces quelques lignes toute ma sympathie et mon estime. Il faut que nos hommes politiques acceptent les critiques du moment où elles ne sont pas agressives et non fondées mais des critiques constructives.

J’avais également fais une critique sur les autres responsables de la CMU y compris Nouri et l’ensemble des forces de résistance nationale mais toutes mes analyses et critiques étaient objectives et je cherchai à amener les responsables politiques « futurs libérateurs » de faire attention et de prendre en compte certaines réalités qui les échappent afin de faire mieux sinon plus, une fois arrivés au pouvoir car après il sera trop tard. Vous ne trouverez jamais dans tous les articles signés par Abou Zahra AlMazloum, des insultes, des vulgarités ou toutes autres formes d’injures. Mais, je reconnais que ma réaction à la déclaration de l’UFCD signée de son représentant a été guidée plus par le cœur que par la raison mais je n’ai aucune intention de manquer de considération à ce mouvement ni à ses responsables moins encore à ses militants. Si, à travers ma réaction, des personnes ou groupes de personnes ou encore des ethnies se sont vues indexées, frustrées voire marginalisées, je leur présente toutes mes excuses et qu’Allah le Tout puissant me pardonne et qu’elles-mêmes me pardonnent également en ce début du mois de ramadan. Au Tchad, aucune ethnie ni aucune famille n’a le monopole de la bravoure ni celle de la peur.

A l’UFCD, vous donnez l’impression que ce mouvement est un creuset national de tous les fils du Tchad exceptés certains que vous appelez les GAZ (Goranes-Arabes-Zaghawas) et véhiculer une telle doctrine c’est très dangereux non seulement pour votre mouvement mais aussi pour le Tchad de demain. Vous faîtes comme si ce sont ces GAZ là qui sont les sources de nos problèmes et c’est ce que tout le monde ressent à travers vos écrits. Cette idéologie est en train de faire son petit bonhomme de chemin à moins que vous ne vous rendiez pas compte mais elle vous dessert  et vous enfonce dans un extrémisme très grave. Le grand frère Abderamane Koulamallah l’a bien souligné dans sa réponse à la réaction de son neveu Abba Mahamat Koulamallah en disant que « l’UFCD n’est pas encore solide politiquement et n’arrive pas à dépasser les enjeux tribaux et subjectifs » et l’autre réaction intitulée « l’UFCD et ses contradictions internes » de Brahim Abakar Kamane va dans le même sens.

Nous Tchadiens, avons la mémoire courte et oublions très vite le passé et faisons comme si l’histoire du Tchad avait commencé en 1979 comme beaucoup de nos compatriotes le pensent mais l’histoire tragique du Tchad (je ne parle de la période coloniale car cela en est une aussi) mais celle que nous avions imposée nous-mêmes à notre pays à la veille de la proclamation de la République le 28 novembre 1958. Le Général Félix Malloum et le conseil supèrieur militaire (CSM) auraient pu rectifier le tir mais malheureusement, ils avaient continué à faire du « Tombalbayisme » sans Tombalbaye et la suite tout le monde la connaît et nous nous sommes embourbés jusqu’en ce moment. Hier c’était Habré, aujourd’hui Déby et peut être demain un autre seigneur de guerre mais qu’Allah nous en épargne.

Je voudrai également dire aux internautes que Abou Zahra  n’a jamais été un « Ddiste » et ne le sera jamais. Je n’ai jamais été non plus ni UNIR ni « UNIRON » comme le disait en son temps le défunt Abdarahman Hamdane (Paix à son âme). J’ai combattu dés mon plus jeune âge Habré, je combats aujourd’hui Déby et je combattrai demain Nouri, Adouma, Soubiane, Abdalwahid, Koulamallah ou tout autre individu qui veut régner dans la terreur et l’injustice.

Il faut que cette campagne de destruction de l’opposition politico-militaire à travers le net cesse car avant cela, nous avons vu comment le FUC et Mahamat Nour ont été détruits et à chaque fois qu’on sent qu’une certaine dynamique est en train de se créer alors on met la machine en marche. Il faut que cette cabale contre l’Alliance Nationale et ses dirigeants cessent également. Nous savons tous que Habré a commis des crimes mais laissons la justice faire son travail et le moment viendra où chacun répondra de ses actes mais il en faut pas continuer à nous distraire par tel est un agent de la DDS tel autre agent de qui je ne sais quoi alors que tout le monde sait que Déby est en train de préparer la grande offensive. Il est décidé de nous traquer jusqu’au soudan et cela même si nous ne faisons rien. Donc, essayons de canaliser toutes nos énergies pour qu’ensemble nous puissions faire face à cette grande offensive qui se prépare contre les forces de résistance nationale. Je pense que tout le monde avait vu cette armada débyenne qui a été présentée à la fête nationale du 11 août 2008. Dés la fin de la saison des pluies, Déby attaquera les forces de résistance nationale même si ces dernières ne prennent pas le devant et selon des sources sûres, il est décidé à en finir avec nous et ce, même en territoire soudanais. Ce jour là, il n y aura ni UFCD, ni UFDD, ni UDC, ni FSR, ni UFDD-F, ni Abou Zahra, ni Abou Mariam, ni Abou Kaltouma, ni Abou Neloumta et nous n’aurons que nos yeux pour pleurer comme le disent nos frères ivoiriens. Et si nous continuons à nous entredéchirer, ce délinquant va continuer à gouverner ce pays jusqu’à sa mort. Après sa mort, ça sera un Daoussa Déby ou un Mahamat Ali Abdallah ou pire encore une Hinda Déby qui prendrait la relève dans la mesure où personne n’a le courage ni la volonté de faire sortir ce pays de l’impasse.

Pour finir, je lance un appel aux représentants de l’AN et de l’UFCD mais aussi à ceux des autres mouvements politico-militaires pour qu’ils puissent se retrouver pour échanger leurs points de vue et essayer de proposer des solutions à leurs responsables hiérarchiques respectifs qui sont sur le terrain pour réaliser une véritable unité d’action commune pour balayer cette dictature au lieu de se chamailler sur le net. Une autre de leur mission est de mobiliser les chancelleries occidentales sur le bien fondé de notre lutte.

Je pense avoir été clair dans mes différentes précisions et que dorénavant, je ne répondrai à aucune polémique tout en gardant ma liberté d’opinion et d’expression et je ne manquerai pas d’intervenir sur tel ou tel sujet.

 

RAMADAN KARIM WA SIMAH LIL KOUL.

 

Abou Zahra.