Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Le sud du Tchad est une  region connue légendairement pour sa pluviométrie excellente. De ce fait, la période allant de mai à septembre est généralement considérée comme une saison de pluies où les dispositions doivent être prises pour éviter les deluges et autres catastrophes.

Contrairement à cela, les autorités tchadiennes ne semblent être preoccupies  par le sort de leurs sujets.

Selon une source bien informée, la localité de Komé, zone pétrolifère a fait l’object des graves inondations sciemment et délibérement causées par la SATOM faute des buses  entre Moundou et Nyan.Pourquoi alors? Sachant bien entendu qu'entre Komé et Mbikou il y a un fleuve souterrain appelé Barmbaga qui provoque des crues en août.Depuis donc l'ouverture de la route Doba-Moundou,il y a toujours des buses  à cet endroit.Pourquoi pas par SATOM?
Les buses permettent surplus d'eaux de passer sous les routes.

“ Pourquoi donc que SATOM devienne si cynique? S’est indigné un ressortissant de la localité qui a joint notre blog pour decrier l’insouciance des dirigeants face à l’ampleur des dégâts suscités et exprimer son amertume la plus totale.

Le bilan provisoire  des inondations à Komé  se présente comme suit:

-         454 cases fissurées, plusieurs autres écroulées dont 45 en tôles,

-         20 personnes blessées,

 A Mbikou, entre hier et aujourd’hui, 200 maisons sont par terre.

Cette situation de calamites provoquée volontairement par les autorités en place a obligé M. Ngarléjy Yorongar, depute fédéraliste et originaire de la region d’interpeller directement le Premier ministre Youssouf Saleh Abbas devant ses responsabilités et surtout ses manquements en terme d’obligations sur des questions sociales et sur le role que doit jouer un Gouvernement pour épargner les populations des intempéries et calamités naturelles.

Tout le monde reste convaincu qu’au Tchad, le sort des citoyens demeure le dernier souci des régimes qui ont eu l’opportunité politique  historique  à un moment ou autre   de présider à la destinée   de ce pays.

Par Makaila Nguebla