Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

le changement effectif et observable dans une société est l’effet d’un changement invisible qui s’est préalablement effectué dans les pensées des citoyens et aussi l’effet d’une renaissance politique des classes dirigeantes. Or, au Tchad, c’est très loin d’être le cas et je vais vous citer quelques facteurs de cet immobilisme :

  • Le fond héréditaire de nos pensées est resté le même depuis les âges ancestraux.
  •  De plus, l’esprit de nos dirigeants est tellement vicié par les résidus des temps primitifs qu’aucune reforme politique significative n’a vu le jour. Lorsque nous réclamons le changement politique, nos dirigeants vont tout simplement dans leurs garde-robes, retirent leurs grands boubous, portent leurs vestes et se coiffent. De retour parmi nous, ils tentent de nous convaincre de leur renouveau. Qu’ils sont devenus quelqu’un d’autre. Qu’ils ont changé et qu’ils apporteront les reformes demandées.  Vraiment ? Oui, ils ont changé d’habits mais quoi d’autres ? C’est avec ce même procédé que les reformes politiques ont été effectuées. C’est la raison pour laquelle nous tournons en rond et nous sommes restés les mêmes depuis des décennies.
Nos dirigeants, eux-mêmes, mettent à feu et à sang le Tchad et reviennent, par d’autres chemins, se présenter à nous comme des sauveurs, en exhibant des foutus de papiers qu’ils appellent plan de paix ou programme politique. Ce qui n’est pas dit, c’est que ceux-là mêmes qui nous promettent  le changement développent une telle résistance aux réformes qu’on peut les déclarer comme presque irréformables.

Tirer de cet article sur librafrique.com

Brahimy