Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

Depuis son départ du pouvoir, l'ancien président Hissène Habré ne s'est pas exprimé publiquement. Cela fait huit ans. Depuis le déclenchement de l'affaire Hissène Habré où il a été inculpé au Sénégal en 2000 pour complicité de crimes contre l'humanité, actes de torture et de barbarie, l'ex-chef d'Etat tchadien n'a dit mot. Une ordonnance du juge Demba Kandji lui interdit de parler on ne sait pourquoi. Dommage.


Aujourd’hui, les victimes, leurs sympathisants et ceux de Habré, chaque camp ne se lassent pas d'inonder les médias de leurs "vérités". Mais l'un des principaux acteurs de cette affaire reste muet. Même si à travers ses avocats, on arrive à connaître ses opinons, il y a là un problème.

Il faut que cette ordonnance soit levée et que les Tchadiens, en particulier, et les Africains en général, puissent entendre de la bouche même de Habré comment il appréhende cette affaire. Je pense que des déclarations directes émises par l'ex-président permettront de lever le voile sur beaucoup de zones d'ombre dans cette histoire.

Même si ceux qui le défendent relatent exactement ce que Habré veut dire, la prise de parole publique de l’ancien président est plus que nécessaire.

 

Brahim Moussa

bramous@yahoo.fr