Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

"...Le temps est révolu où l’Occident donnait seul le ton, servait de référence et imposait sa vision", affirme le Président français et Président en exercice de l’Union Européenne.

Le président français Nicolas Sarkozy a évoqué, dans son discours prononcé mercredi à Paris devant la conférence annuelle des ambassadeurs, plusieurs évolutions majeures qui ont marqué un "changement d’époque" dans le monde.

Les cartes de la puissance économique sont redistribuées

La crise financière qui a débuté avec le "scandale des subprimes" aux Etats-Unis, est la première qui a atteint "le coeur du capitalisme mondial", "avec la perspective, si nous ne faisons rien, d’une déconnexion durable de la croissance des pays de l’OCDE avec celle des pays émergents", a noté le président Sarkozy. "Les cartes de la puissance économique et politique sont redistribuées", a signalé le président français, estimant que les pays émergents et la Russie, forts de la nouvelle donne économique, voudraient intégrer le "nouveau concert des grandes puissances", " mais à leurs conditions".

"Le temps est révolu où l’Occident donnait seul le ton, servait de référence et imposait sa vision", a-t-il ajouté.

Du G-8 au G-13 ou mieux, G-14

Le président Sarkozy a prôné le renforcement de l’Europe, " indispensable acteur global", et le relancement avec détermination des initiatives sur la gouvernance mondiale. Il a proposé la réforme du Conseil de sécurité de l’ONU, et l’élargissement du G-8 au G-13 ou mieux, G-14, ce dernier qui pourrait s’occuper des questions globales telles que l’environnement, l’énergie et l’économie mondiale.

L’"ère des +puissance relatives+" et les insuffisances d’un système multilatéral fragmenté sont porteuses de risques d’instabilité, de rivalités, d’affrontements, a indiqué M. Sarkozy. Mais cette nouvelle donne peut aussi déboucher sur une coopération "plus solide et plus durable", "si elle est fondée sur des " principes partagés" sur des "compromis élaborés en commun".

Une Europe forte

L’Union européenne peut contribuer à "façonner" le monde du 21e siècle, parce qu’elle représente "l’exemple le plus achevé d’une démarche substituant la coopération à la rivalité grâce à des règles communes et à un esprit de compromis", et parce qu’elle est appelée à jouer un "rôle irremplaçable" pour bâtir un "monde de prospérité, de stabilité et de démocratie", a souligné le président français.